Test DVD : Le Ravissement

0
306

Le Ravissement

France : 2023
Titre original : –
Réalisation : Iris Kaltenbäck
Scénario : Iris Kaltenbäck
Acteurs : Hafsia Herzi, Alexis Manenti, Nina Meurisse
Éditeur : Diaphana
Durée : 1h34
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 11 octobre 2023
Date de sortie DVD : 20 février 2024

Comment la vie de Lydia, sage-femme très investie dans son travail, a-t-elle déraillé ? Est-ce sa rupture amoureuse, la grossesse de sa meilleure amie Salomé, ou la rencontre de Milos, un possible nouvel amour ? Lydia s’enferme dans une spirale de mensonges et leur vie à tous bascule….

Le film

[4/5]

C’est quelques jours avant la cérémonie des César 2024 pour lesquels ce film est nommé pour le César du Meilleur premier film français ainsi que pour celui de la meilleure actrice que sortent le DVD et le Blu-ray de Le ravissement, le premier long métrage de Iris Kaltenbäck. Ce prix du Meilleur premier film français, Le ravissement l’a déjà obtenu le 12 février dernier de la part du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et ce fut également le cas en décembre dernier pour le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film français de l’année 2023. Une telle unanimité s’explique facilement, ne serait-ce que par un extrait de la critique parue sur le site lors de la sortie du film en salles : « Dans ce premier long métrage particulièrement réussi, la réalisatrice a su parfaitement réunir une approche quasi documentaire pour tout ce qui concerne le travail d’une sage-femme et une histoire fictionnelle filmée en décors naturels, l’ensemble bénéficiant d’un montage très précis excluant toute longueur inutile. Souhaitant insister sur sa propre interrogation sur le personnage de Lydia, sur toutes les questions qu’il pose et qui n’ont pas forcément de réponse, Iris Kaltenbäck a fait un choix fort, celui d’accompagner le récit par une voix off, celle de Milos, entraîné malgré lui dans cette histoire douloureuse et qui parle de Lydia, de lui-même et de leur relation. Quant à la distribution de Le ravissement, elle est tout simplement parfaite avec  Hafsia Herzi qui a su beaucoup s’impliquer dans le volet documentaire du film et dont le côté mystérieux et sauvage qu’elle sait très bien montrer correspond parfaitement au personnage de Lydia qu’elle interprète ; avec Nina Meurisse qu’on avait énormément appréciée dans Camille, l’excellent film de Boris Lojkine, et qu’on retrouve pleine de spontanéité dans le rôle de Salomé ; avec Alexis Manenti, interprétant ici le rôle de Milos, un serbe chauffeur de bus vivant en France depuis l’âge de 11 ans, avec la même justesse que son interprétation de Jayden, éducateur dans un foyer de l’Aide Sociale à l’Enfance, dans le récent Dalva d’Emmanuelle Nicot. »

Pour en savoir un peu plus, c’est facile, il vous suffit de cliquer ICI pour accéder à la critique dans son intégralité.

Le DVD

[4/5]

Ce DVD édité par Diaphana offre un maximum de  confort concernant la vision et l’audition : choix entre son en 5.1 et en 2.0, possibilité d’audiodescription pour aveugles et malvoyants, ajout possible d’un sous-titrage pour sourds et malentendants. Si on ajoute que le piqué de l’image est de bonne qualité et que les couleurs sont bien respectées, on comprend qu’on est ici face à une très belle galette DVD. On rappelle que sort au même moment le Blu-ray de Le ravissement.


Le film est complété par 2 suppléments très différents mais qui se complètent parfaitement. Le premier est une discussion de 18 minutes entre Iris Kaltenbäck, la réalisatrice, et Ava Cahen, la Déléguée générale de la Semaine Internationale de la Critique cannoise. 18 minutes qui permettent d’apprendre beaucoup de choses sur Le ravissement. Pour commencer,  ce que la réalisatrice a recherché dans le tout début du film : en se focalisant sur la solitude urbaine, montrer que Lydia est un personnage parmi beaucoup d’autres, un personnage qui, comme beaucoup d’autres personnages, peut donner naissance à une histoire à raconter. La voix off ? La réalisatrice étant la première à s’interroger sur Lydia, elle a ressenti le besoin d’introduire un point de vue extérieur qui s’interroge sur Lydia.  Le « détail » qui a donné naissance à l’histoire racontée dans le film : un court fait divers dans un journal avec une jeune femme qui emprunte l’enfant de sa meilleure amie et se fait passer pour la mère de cet enfant auprès d’un homme. Et voilà un film qui, partant d’un mensonge,  raconte le bouleversement d’une amitié féminine et la naissance d’une histoire d’amour. Bien entendu, ce supplément très complet ne manque pas d’expliquer les choix concernant le casting du film et s’attarde aussi sur la musique composée par Alexandre de la Baume et qui doit être considérée comme étant un personnage à part entière du film.

Le second supplément n’est autre que le court-métrage Le vol des cigognes, réalisé par Iris Kaltenbäck en 2015, dans le cadre de ses études à la Fémis. Un film de 28 minutes dont le sujet est là aussi un rapt de bébé, mais dans un contexte toutefois différent. Ce court-métrage n’est pas inintéressant mais on regrette que, sans être mal-entendant, on ne puisse pas bénéficier d’un sous-titrage : le mal malheureusement fréquent des jeunes comédiens qui n’articulent pas correctement. 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici