Test DVD : HPI – Haut Potentiel Intellectuel – Saison 2

0
821

HPI – Haut Potentiel Intellectuel – Saison 2


France, Belgique : 2022
Titre original : –
Création : Stéphane Carrié, Alice Chegaray-Breugnot, Nicolas Jean
Acteurs : Audrey Fleurot, Mehdi Nebbou, Bruno Sanches
Éditeur : UGC
Durée : 7h environ
Genre : Série TV, Policier
Date de sortie DVD : 23 novembre 2022

Morgane, 38 ans, 3 enfants, 2 ex, 5 crédits, 160 de QI et une bonne dose d’insoumission, va voir son destin de femme de ménage chamboulé lorsque ses capacités hors norme sont repérées par la police qui lui propose un poste de consultante. Problème : Morgane déteste les flics !

La saison

[3,5/5]

Dix ans après la « révolution » télévisuelle américaine, et la multiplication sur le petit écran de shows tellement ambitieux et soignés qu’ils n’ont littéralement plus rien à envier à la production cinématographique, il semble que la France se mette enfin à penser au-delà des limites un peu trop étriquées de la fiction télévisuelle telle qu’elle était envisagée chez nous dans les années 90/2000. Ainsi, après les séries produites et diffusées par Canal+ depuis quelques années, d’autres chaînes ont également envisagé la série sous un angle plus adulte et ambitieux.

Depuis quelques années, le service public est parvenu à accrocher le public avec une poignée de séries policières centrées sur des personnages originaux : Candice Renoir (2013), Capitaine Marleau (2015), Astrid et Raphaëlle (2019)… La recette est simple : vous prenez une trame policière tout ce qu’il y a de plus classique, vous la saupoudrez d’un personnage saugrenu ayant des difficultés à avoir des interactions sociales classiques avec son entourage, et le tour est joué. C’est ce qu’on pourrait appeler la méthode Monk – du nom de la série ayant mis en scène Tony Shalhoub entre 2002 et 2009 : les enquêtes en elles-mêmes sont reléguées au second plan, seule compte au final la personnalité atypique du héros.

Après plusieurs années à galérer dans le domaine de la fiction policière, TF1 est parvenue à faire un gros coup en 2021 avec HPI – Haut Potentiel Intellectuel. Créée par Stéphane Carrié, Alice Chegaray-Breugnot et Nicolas Jean, la série s’inspire donc clairement de Monk : comme le personnage incarné par Tony Shalhoub dans la série américaine, celui de Morgane Alvaro incarné par Audrey Fleurot est une « consultante » un peu spéciale. On passera rapidement sur le fait que le concept du consultant collaborant de façon régulière avec la police n’existe pas en France, et on se concentrera plutôt sur la fraîcheur et l’humour, qui sont les deux points forts de cette série policière légère mettant en scène une Miss Marple d’un nouveau genre : look un peu voyant, phrases choc, et un problème certain avec l’autorité.

Après une première saison ayant permis à TF1 de s’offrir quelques gentils cartons d’audience, Audrey Fleurot revient donc pour une deuxième saison de HPI – Haut Potentiel Intellectuel qui, en termes d’écriture, permettra aux auteurs du show de se lâcher un peu plus que sur les séries auxquelles ils étaient jusqu’ici habitués. En effet, on n’est plus exactement ni chez Navarro, ni chez Julie Lescaut, et le concept même du programme donne l’opportunité à la batterie de scénaristes travaillant sur la série d’aller bien au-delà de ce qu’ils pouvaient faire sur leurs précédentes œuvres, en termes de contenu et d’ambition. En effet, Stéphane Carrié, Alice Chegaray-Breugnot et Nicolas Jean avaient jusque-là travaillé sur diverses séries TV « grand public », telles que Alice Nevers le juge est une femme, Joséphine Ange gardien, Léa Parker, RIS police scientifique, Profilage, Demain nous appartient… Dès lors, on ne doute pas un instant du plaisir qu’ils doivent avoir à retrouver le personnage de Morgane Alvaro !

Deuxième saison oblige, l’effet de surprise n’est plus tout à fait le même, et si HPI – Haut Potentiel Intellectuel repose toujours globalement sur les mêmes mécanismes comiques (en gros le contraste entre la femme super cash et le reste du monde), les auteurs de la série tentent tout de même de faire évoluer les personnages. Ainsi, si Morgane est désormais bien intégrée à la police, cette nouvelle saison nous réserve tout de même quelques surprises, notamment lorsque, perdant sa maison, elle se retrouvera à devoir squatter chez ses collèges avec ses enfants. Parallèlement, le commandant Karadec (Mehdi Nebbou) sera l’objet d’une procédure de l’IGPN, et l’héroïne incarnée par Audrey Fleurot se retrouvera à devoir justifier de son utilité auprès d’une enquêtrice interne incarnée par Clotilde Hesme.

Mais la deuxième saison de HPI – Haut Potentiel Intellectuel sera également l’occasion d’approfondir la psychologie de Karadec, et même de Morgane, qui ne nous avait pas habitué à cela au fil de la première saison, mais pourra également par moments rester sans voix face à des événements qu’elle n’avait pas vu venir – ce qui ajoute au personnage une pointe de vulnérabilité inattendue. Bien entendu, tout n’en devient pas pour autant parfait dans HPI – Haut Potentiel Intellectuel – Saison 2, dans le sens où la série souffre toujours d’une certaine artificialité, notamment dans les dialogues ou dans la tendance d’Audrey Fleurot à en faire des caisses. Voilà donc une série qui ne révolutionne en rien le genre dans lequel elle s’inscrit, mais qui a su conserver sa fraîcheur. Bien rythmés et souvent assez distrayants, les huit épisodes de cette deuxième saison s’enchaînent donc avec plaisir !

Le coffret DVD

[4/5]

Niveau transfert, les deux DVD qui composent le coffret de HPI – Haut Potentiel Intellectuel – Saison 2 proposé par UGC sont littéralement impeccables : beau piqué, encodage sans problème malgré quelques séquences tournées de nuit… Les couleurs sont globalement très agréables, même si, bien sûr, les noirs ont par moments une légère tendance à tirer au vert, limites du support obligent. Des limites qui semblent cela dit avoir été habilement contournées en ce qui concerne la définition et le piqué, qui nous réservent de bien belles surprises par moments ; de même, les contrastes et la profondeur de champ s’avèrent tout simplement excellents. Côté son, les épisodes bénéficient d’une spatialisation très sympathique en Dolby Digital 5.1 – le rendu sonore est efficace et contribue clairement à l’ambiance développée par le show. Un mixage Dolby Digital 2.0 est également disponible, et s’avérera sans doute plus cohérent si vous visionnez la deuxième saison de HPI – Haut Potentiel Intellectuel sur un simple téléviseur, sans barre de son ou système de Home Cinema. Pas de suppléments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici