Test Blu-ray : Watchmen – L’intégrale de la série HBO

0
1015

Watchmen


États-Unis : 2019
Titre original : –
Créateurs : Damon Lindelof
Acteurs : Regina King, Jean Smart, Tim Blake Nelson
Éditeur : HBO
Durée : 9h environ
Genre : Série TV, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 19 août 2020

Tulsa, Oklahoma, de nos jours. Il y a 3 ans de cela, un groupe de suprématistes blancs appelés « La septième Kavalerie » s’est attaqué à tous les policiers de la ville ainsi qu’à leurs familles. Afin de protéger leur identité depuis cette attaque poétiquement surnommée « La Nuit Blanche » les policiers portent désormais un bandana jaune afin de conserver leur anonymat. Profondément marqués par cette nuit tragique, Angela Abar et le chef de la police de Tulsa, Judd Crawford, décident d’enquêter de concert sur ce groupuscule et ses adeptes…

La saison

[4,5/5]

Comme dans le cas de films tels que Da 5 Bloods : Frères de sang, le dernier film de Spike Lee, ou encore Antebellum que l’on a évoqué il y a quelques jours à l’occasion de sa sortie en Blu-ray et DVD, la mini-série Watchmen, développée par Damon Lindelof pour HBO en 2019, prendra sans aucun doute une dimension supplémentaire pour quiconque la visionnera aujourd’hui, moins d’un an après l’émotion internationale suscitée par la mort de George Floyd et l’essor que prendrait le mouvement « Black lives matter » dans les semaines et mois qui suivraient.

En effet, même si bien entendu la série se déroule dans une réalité « alternative », et que les États-Unis présentés dans le show ne correspondent pas tout à fait à l’Amérique contemporaine, l’idée d’un racisme exacerbé rongeant le pays de l’intérieur et s’insinuant jusque dans ses services de police se retrouve littéralement au cœur de cette saison de Watchmen, qui dès lors développe une grande partie de son intrigue sur un sujet extrêmement sensible et dans l’air du temps.

Ainsi, si la saison se déroule dans l’univers uchronique du comics Watchmen créé par Alan Moore et Dave Gibbons, la série n’en démarre pas moins par l’évocation du Massacre de Tulsa (1921), chapitre triste et bien réel de l’histoire américaine, qui servira de base narrative à tous les événements ou presque se déroulant dans le show. L’histoire imaginée par Damon Lindelof et ses auteurs se déroule une trentaine d’années après les événements relatés dans le comics original, alors que sévit un groupe de suprémacistes blancs appelé « la 7ème Kavalerie », se revendiquant successeur de Rorschach.

La série Watchmen n’est donc pas à proprement parler une adaptation du roman graphique d’Alan Moore et Dave Gibbons, mais s’impose plutôt comme une « variation » sur celui-ci, prenant place dans le même monde, à la façon des différentes séries mises en boite par DC Comics réunies sous l’appellation Before Watchmen et publiées en France par Urban Comics entre 2013 et 2014. Il est d’ailleurs assez amusant de noter la façon dont le showrunner Damon Lindelof et son équipe sont parvenus à surfer sur le roman graphique original et le film de 2009 sans jamais pour autant leur être totalement assujettis.

On retrouvera donc dans Watchmen des personnages du comics original, comme le Dr. Manhattan, Ozymandias ou encore Laurie Juspeczyk / Blake (alias le Spectre soyeux II). Quelques personnages sont également tirés de la série Doomsday Clock, la suite (non autorisée) de Watchmen, qui mélangeait l’univers créée par Moore et Gibbons avec l’univers DC Comics. Mais on trouvera également et surtout un tas de nouveaux personnages dans Watchmen, l’arc principal tournant autour d’Angela Abar alias Sœur Nuit, personnage créé de toutes pièces pour le show. Quelques petits points de l’intrigue et une série de références visuelles se répètent tout au long des neuf épisodes, mais ils ne constituent pas pour autant de références écrasantes, et au final, la série s’impose comme une œuvre originale de tout premier ordre.

Visuellement saisissante et interprétée par une série d’acteurs en grande forme, la série Watchmen parvient donc à nous proposer une histoire à la croisée des chemins entre l’œuvre de Moore et Gibbons et le travail typique de Damon Lindelof, qui aime entrelacer les destins d’un riche panel de personnages. Passionnant, intéressant, stimulant d’un point de vue narratif, impressionnant d’un point de vue plastique et technique, Watchmen s’avère donc une franche réussite – on applaudit donc à deux mains le travail de Damon Lindelof et HBO.

Le coffret Blu-ray

[4/5]

Présenté dans un joli coffret 3 Blu-ray par HBO, cette première (et unique) saison de Watchmen affiche un transfert impeccable, ce qui est d’autant plus remarquable si l’on considère l’explosion pop colorée que nous propose la photographie du show. Tourné en numérique, la série s’impose rapidement avec un piqué précis et un niveau de détail bluffant, le tout étant soutenu par des couleurs naturelles et des contrastes au taquet. Côté son, seule la version originale est encodée en DTS-HD Master Audio 5.1, dans un mixage immersif, riche en effets d’ambiance s’avérant très réussis et même parfois assez étonnants (brouhaha, échos). Un poil en retrait, la version française uniquement mixée en Dolby Digital 5.1 s’avère également très efficace, mais fait naturellement montre d’un peu moins de finesse dans ses effets.

Du côté des bonus, l’éditeur HBO nous propose un peu plus d’une heure trente de suppléments, mélangeant de façon assez habile les featurettes promo et les sujets un peu plus conséquents. On commencera donc avec le « gros morceau » de cette interactivité, qui est sans aucun doute le panel du Comic Con 2019 de New York consacré à Watchmen (36 minutes). Une large sélection d’acteurs de la série ainsi que Damon Lindelof y reviendront donc avec humour sur leur attachement – ou pas – au comics original ainsi que sur leur façon d’aborder la série et leurs personnages respectifs. On poursuivra ensuite avec un court making of (16 minutes) au cœur duquel l’équipe du show évoque les différentes thématiques soulevées par la série, ainsi que le défi de retrouver l’esprit du roman graphique d’origine. Comme pour souligner la filiation entre le comics et le show, le dessinateur de Watchmen Dave Gibbons évoquera et dessinera le personnage de Sœur Nuit (2 minutes).

On terminera enfin avec une douzaine de featurettes nous proposant une présentation des différents personnages (3 minutes) et de la 7ème Kavalerie (2 minutes), mais revenant également sur l’univers de la série (2 minutes), sur la réalisation, les effets spéciaux, les décors, les cascades et les scènes d’action… Toutes sont de courte durée mais relativement intéressantes. Parmi celles-ci, on retiendra tout particulièrement les focus un peu plus longs réservés au personnage du Juge Masqué (11 minutes) ainsi que sur celui consacré à Adrien Veidt alias Ozymandias (12 minutes).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici