Test Blu-ray : Un seul amour

0
202

 
France : 1943
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : Pierre Blanchar, ,
Éditeur :
Durée : 1h41
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 25 novembre 1943
Date de sortie DVD/BR : 29 mars 2017

 

 

En 1815, le Comte Gérard de Clergue rencontre une danseuse, Clara Biondi. Il est aussitôt subjugué par sa beauté et l’emmène vivre dans son manoir de Vendôme. Mais il ne sait pas que la jeune femme a autrefois eu une aventure avec James de Poulay. Ce dernier ressurgit dans sa vie et la menace d’un odieux chantage. Les choses prennent une tournure désastreuse pour la Comtesse…

 

 

Le film

[3,5/5]

Librement adapté de deux nouvelles de Balzac (La grande Bretèche et Le message), Un seul amour fut tourné en 1943 pendant l’occupation allemande. Ecrit, réalisé et interprété par le ténébreux Pierre Blanchar, le film dresse un portrait sans concession de la bourgeoisie de la fin du XVIIIème siècle, et s’impose rapidement comme une fable cruelle et volontiers cynique, aux accents fantastiques, évoquant dans son dénouement le chef d’œuvre de William Shakespeare Roméo et Juliette.

Visuellement somptueux (superbe photo de Christian Matras), Un seul amour est illuminé par la présence du couple Pierre Blanchar / Micheline Presle, qui parvient sans peine à maintenir en éveil l’attention du spectateur jusqu’au dénouement tragique de cette histoire d’amour contrariée. Blanchar en particulier se démarque par son interprétation toute en nuances d’un être torturé et complexe, qui n’hésitera pas à « punir » sévèrement sa bien-aimée qui, en bonne masochiste, en redemandera jusqu’à un point de non-retour, que le spectateur sait de toutes façons inéluctable étant donné que le film est construit en flash-backs.

Une jolie réussite !

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Disponible chez Gaumont au sein de la seizième vague de sa collection Blu-ray Découverte, Un seul amour s’offre donc un lifting HD sur galette Blu-ray, que l’éditeur propose au prix tout doux de 14,99€.

Aussi bien côté image que côté son, le master proposé par l’éditeur est d’excellente tenue ; le film est proposé au format 1.33:1 respecté et encodé en 1080p. L’image est d’une belle stabilité, le grain d’origine est scrupuleusement respecté, le piqué est d’une étonnante précision et les contrastes pointus accentuent l’impression de profondeur de l’ensemble ; seuls les plans « à effets » (fondus enchainés, mentions écrites…) marquent naturellement, et comme d’habitude, les effets du temps. Le mixage audio est proposé en DTS-HD Master Audio 1.0 mono d’origine, clair, net et précis.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose un court entretien avec Pierre Blanchar tiré des archives de l’INA ; anecdotique certes, mais intéressant !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici