Test Blu-ray : Un flic à la maternelle

0
621

Un flic à la maternelle

États-Unis : 1990
Titre original : Kindergarten cop
Réalisation : Ivan Reitman
Scénario : Murray Salem, Herschel Weingrod, Timothy Harris
Acteurs : Arnold Schwarzenegger, Penelope Ann Miller…
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h51
Genre : Comédie, Action
Date de sortie cinéma : 13 février 1991
Date de sortie DVD/BR : 5 mai 2021

John Kimble est agent de police et traque impitoyablement les barons de la drogue. Cette fois, le défi est de taille : il doit retrouver la trace d’un trafiquant par le biais de son fils… et pour cela, il lui faut infiltrer un milieu totalement inconnu dans lequel il vaut mieux cacher ses appréhensions : une classe de maternelle…

Le film

[3/5]

A la fin des années 80, les stars incontestées du film d’action – on pense à Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone ou encore Chuck Norris – ont vu débarquer de jeunes athlètes aux dents longues bien décidés à piétiner leurs plates-bandes et à croquer leur part du gâteau. Ainsi, des personnalités telles que Jean-Claude Van Damme, Dolph Lundgren ou encore Steven Seagal ont commencé à donner un petit « coup de vieux » aux stars établies, qui ont de fait chercher à se diversifier, notamment en tournant des comédies.

Et quoi de plus facile que de faire rire en jouant sur le contraste entre ces « Hercules » des temps modernes et leurs contemporains ? Ivan Reitman confronterait donc dans un premier temps la montagne de muscles Schwarzenegger au petit Danny DeVito dans Jumeaux (1988), avant d’avoir l’idée de placer le Titan autrichien face à une classe d’enfants de six ans dans Un flic à la maternelle. Et force est de constater que dans son créneau (celui de la comédie familiale), le film d’Ivan Reitman fonctionne tout à fait.

On ne vous l’apprendra pas : il suffit parfois d’un rien pour passer un bon moment. Ainsi, un film n’a pas forcément besoin de développer une histoire très profonde pétrie de thématiques riches ou de personnages extrêmement fouillés psychologiquement pour s’imposer comme un bon divertissement. Un flic à la maternelle fait donc partie de ces films ne reposant quasiment que sur leur « concept » – ici, un acteur bodybuildé catapulté instituteur – mais qui a su conserver un impact net sur le spectateur. Le plus étonnant est d’ailleurs que le film résiste plutôt bien à l’épreuve du temps ; on en veut pour preuve qu’Un flic à la maternelle 2, qui mettait en scène Dolph Lundgren, tenait finalement bien d’avantage du remake que de la suite – certains gags y étaient même repris tels quels.

Bien qu’il se caractérise par une certaine violence et une poignée de séquences qui pourraient de nos jours éventuellement être jugés comme trop intenses pour de très jeunes spectateurs, Un flic à la maternelle s’impose au final comme un divertissement familial tout à fait fréquentable. Conscient des limites de son script, Ivan Reitman et ses scénaristes ne cherchent pas à péter plus haut que leur cul, et jouent plutôt sur leurs points forts. Des points forts qui se résument en deux points : d’un côté, on a la prestation d’Arnold Schwarzenegger bien sûr, qui s’amuse visiblement beaucoup à jouer de son image et à être là où on ne l’attendait pas forcément. De l’autre, on a la profusion de petites créatures étranges qui lui font face. Ah, on me fait signe que l’on appelle ça des « enfants ».

Les enfants, donc, constituent en réalité l’âme d’Un flic à la maternelle ; sa « substantifique moelle » comme le dirait mon boucher. On ne peut que saluer le travail effectué par Ivan Reitman et son équipe, qui ont réussi à faire d’une douzaine d’élèves de maternelle de véritables personnages, existant réellement à l’écran, avec chacun ses particularités. S’ils sont souvent caractérisés par une simple phrase ou un gimmick, ils n’ont pas réellement besoin d’être plus développés, et leur naturel apporte une réelle vitalité au film.

Bref, en deux mots, qu’on l’envisage comme la quintessence du « plaisir coupable » ou comme une simple réminiscence nostalgique des années 90, Un flic à la maternelle fonctionne toujours aussi bien trente ans après sa sortie, à la manière d’un divertissement léger, avec de l’humour et de la romance, le tout étant suffisamment équilibré à l’écran pour ne jamais ennuyer. Un bon moment !

Le Blu-ray

[4/5]

C’est sous les couleurs de ESC Éditions que vient de débarquer Un flic à la maternelle au format Blu-ray, et côté master, la copie du film d’Ivan Reitman est de toute beauté, avec un grain cinéma respecté aux petits oignons, et des contrastes finement travaillés. Le master est stable et propre sans la moindre rayure ou autre griffe disgracieuse ; piqué et profondeur de champ répondent également présents à l’appel, bref, c’est du très beau travail. Côté son, l’éditeur nous propose de revoir le film en VF ou VO, les deux pistes étant mixées en DTS-HD Master Audio 2.0, sans souffle ni bruits parasites. Les dialogues sont parfaitement clairs, le rendu acoustique est homogène, et l’excellente partition de Randy Edelman toujours parfaitement placée. Pas de bonus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici