DVD — 09 mars 2017
Test Blu-ray : Tu ne tueras point

 
États-Unis, Autralie : 2016
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h19
Genre : Guerre
Date de sortie cinéma : 9 novembre 2016
Date de sortie DVD/BR : 9 mars 2017

 

 

Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer. Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés…

 

 

Le film

[4,5/5]

Personnalité controversée, Mel Gibson n’en demeure pas moins l’un des cinéastes contemporains en activité les plus intéressants à ce jour. Plein d’emphase, de lyrisme et de noblesse d’âme, son cinéma est cependant –et bien malheureusement– souvent jugé à l’aune des dérives de sa vie personnelle. Ainsi, les personnages peuplant ses films peuvent faire preuve d’une foi inébranlable en ce qui leur tient à cœur et, souvent, les détermine en tant qu’hommes ; mais cette foi, fut-elle justifiée par des éléments concrets du récit qu’il met en scène, apparait souvent comme une espèce de prosélytisme forcené pour une partie du public, qui semble clairement porter des œillères pour ne pas voir les immenses, monumentaux, viscéraux morceaux de cinéma que Mel Gibson nous offre avec une belle régularité depuis maintenant plus de vingt ans.

Apparaissant presque décalé à une époque où, au cinéma comme ailleurs, le cynisme est violemment de rigueur, l’Art de la mise en scène et de la narration de Gibson, directement hérité des maîtres d’antan (impossible de ne pas penser à John Ford à la vision de ce Tu ne tueras point), nous livre à nouveau ici un très grand film de guerre, dénué de la plus petite once de second degré. Si la première partie du film compose avec un certain nombre d’archétypes propres au genre (certains personnages, de soldats notamment, peinent il est vrai à dépasser ce simple statut de « silhouettes » ; il aurait sans doute fallu 40 minutes de plus au cinéaste pour développer d’avantage quelques-uns d’entre eux), mais nourrit indéniablement l’émotion et l’implication du spectateur dans la deuxième partie du métrage. Le deuxième partie de Tu ne tueras point se concentre donc sur la bataille de Hacksaw Ridge, et nous propose un énorme morceau de bravoure, abordant le film de guerre de façon épique et virtuose : le chaos du champs de bataille est retranscrit avec une maestria barbare hallucinante, le spectateur est littéralement au cœur du charnier, ça charcle et explose de partout, et tout jusqu’au « martyr » héroïque du héros du film est montré, mis en scène, agencé avec la frontalité typique du cinéaste, qui sait parfaitement où il va – la bande originale fait également clairement son office, soutenant l’emphase du message et la force des images. La puissance émotionnelle et l’adrénaline délivrées par le dernier tiers du film valent à coup sûr, à elles seules, la vision de ce nouveau « petit » chef d’œuvre de la filmographie de Mel Gibson, dont le seul défaut donc est d’être un poil trop court. C’est d’autant plus rageant que les 2h20 de métrage passent sans le moindre sentiment d’ennui pour le spectateur : on en aurait bien repris une louche pour atteindre les trois heures, qui auraient sans doute permis à « Mad Mel » de nous livrer le film de guerre définitif des années 2010.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Le Blu-ray édité par Metropolitan Vidéo fait une nouvelle fois honneur à son support Haute Définition. Le transfert 1080p de Tu ne tueras point est en effet bluffant de précision, avec un piqué et un niveau de détail assez époustouflant ; les couleurs sont éclatantes et naturelles, préservant pleinement l’esprit du film, qui propose une solide reconstitution de l’Amérique des années 40. Qu’il s’agisse des plans d’ensemble ou de détail, tout est parfait. Contrastes et niveaux de noirs sont également impressionnants de profondeur, et le transfert semble exempt de toute trace de bruit, fourmillements, banding ou tout autre écueil numérique. Un sans faute donc. Côté bande sonore, VF et VO sont toute deux proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 7.1 de très haute volée, naturellement riches en basses quand les explosions commencent à fuser, littéralement de toutes parts, à mi-métrage. Les deux mixages rivalisent d’effets d’ambiance, en particulier durant les impressionnantes scènes d’affrontements contre les japonais, et le caisson de basses ne faiblit jamais. Les dialogues sont par ailleurs toujours clairs ; on privilégiera néanmoins la version originale à la VF (pourtant soignée), car celle-ci se révèle plus convaincante, pour de simples raisons artistiques.

Du côté des suppléments, l’éditeur nous propose tout d’abord un long et passionnant making of (1h10), donnant largement la parole à un Mel Gibson pour le moins hirsute, mais également au fils de Desmond Doss, qui revient sur les exploits de son père. On poursuivra avec une courte sélection de scènes coupées (un peu moins de cinq minutes), peut-être un poil redondantes avec d’autres passages du film, et un hommage aux vétérans de la Seconde Guerre Mondiale rendu par Mel Gibson face caméra. On terminera enfin avec les traditionnelles bandes-annonces de films disponibles ou à venir sous les couleurs de Metropolitan Vidéo.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles