Test Blu-ray : The Rescue

0
483

The Rescue

Chine : 2020
Titre original : –
Réalisateur : Dante Lam
Scénario : Maria Wong, Tan Yuli, Yaqing Zhi
Acteurs : Eddie Peng, Yanlin Wang, Zhilei Xin
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 2h13
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 6 janvier 2022

Formé pour affronter les dangers les plus extrêmes, le capitaine d’une équipe de sauveteurs enchaine avec succès les missions héliportées spectaculaires. Mais le jour où un incendie se déclare sur un transporteur de gaz, son unité se retrouve prise au piège…

Le film

[3,5/5]

Artisan Hongkongais ayant réalisé rien de moins que 27 long-métrages en 23 ans de carrière derrière la caméra, Dante Lam est capable du pire comme du meilleur. On ne va pas faire durer le suspense : The Rescue fait plutôt office de haut du panier dans sa filmographie. Faisant partie des films chinois les plus chers jamais réalisés, le film est un immense spectacle, et s’avère réellement impressionnant d’un point de vue formel et technique. Cependant, il risque bien de provoquer de petits « blocages culturels » chez les cinéphiles de notre côté du globe.

On s’explique. The Rescue suit la vie personnelle et professionnelle d’un petit groupe de sauveteurs en mer membres de la China Rescue & Salvage Association. Il s’agit en fait du troisième film de Dante Lam écrit et tourné à la gloire des fonctionnaires chinois, après Opération Mékong en 2016 (qui rendait hommage à la police) et Operation Red Sea en 2018 (consacré à la marine). Le film a reçu le soutien financier du ministère chinois des Transports, et comme ses prédécesseurs, il s’agit d’une espèce de longue publicité destinée à louer le courage et l’abnégation de ce corps de métier, avec tout ce que cela implique de lyrisme épique, mais également d’hypocrisie et de naïveté.

Ainsi, comme dans le cas des deux films précédents de Dante Lam, les spectateurs les plus allergiques à la volonté clairement propagandiste de The Rescue pourront s’avérer profondément gênés par le déferlement de bons sentiments, de patriotisme exacerbé et de noblesse de façade véhiculés par le film. Mais pour ceux qui parviendront à franchir le fossé culturel et à mettre de côté leur défiance naturelle – très française – vis-à-vis des fonctionnaires et de ce type de double-discours, force est de constater que le spectacle est à nouveau total, absolu, les défauts de The Rescue le rendant paradoxalement encore plus attachant et fun.

Le film de Dante Lam est donc construit autour de plusieurs séquences de catastrophes / sauvetages spectaculaires et variées : une plate-forme pétrolière en feu, un camion-citerne tombé dans la flotte suite à un éboulement, un avion de ligne échoué en mer, un navire transportant du gaz inflammable qui coule… Entre ces séquences chargées en adrénaline, The Rescue s’offre également quelques temps de pause afin de nous faire découvrir les personnages dans leur vie personnelle. On aura donc droit à un enchevêtrement de sous-intrigues feuilletonnantes mettant en scène un peu de romance, une urgence médicale mais également un peu d’humour typiquement asiatique. On pense par exemple à cette scène durant laquelle le petit Cong Cong (Zhang Jingyi), 5 ou 6 ans, lâche une grosse caisse alors qu’il est sur le trône en train de faire caca – scène à l’issue de laquelle il saute dans les bras de son père sans avoir remonté son pantalon. Le saisissant par les fesses, son père se rend aussitôt compte que le bambin n’a pas essuyé son cul… Putain Cong ! On en rit encore.

Globalement, The Rescue est centré autour de la personnalité du charismatique Eddie Peng, acteur récurrent de Dante Lam, qui incarne Gao Qian, chef des opérations de sauvetage et symbole même du courage. Au début du film, ses exploits de tête brûlée créeront quelques tensions avec la nouvelle pilote, Fong (Zhilei Xin), mais cela se calmera au fur et à mesure que l’intrigue avance et que les deux personnages apprennent à se connaître et à se respecter – on assistera même à un début de romance par l’intermédiaire du petit Cong Cong, qui essaie tant bien que mal d’amener son père Gao à faire la cour à la pilote. Les rebondissements au cœur de ces sous-intrigues sont assez prévisibles : on devine par exemple rapidement quel membre de l’équipe va mourir durant une opération de sauvetage à mi-métrage.

Ainsi, et si cela n’empêche pas certaines de ces petites saynètes de s’avérer étonnamment efficaces dans leur genre (l’amusante relation se nouant entre Cong Cong – encore lui – et la petite joueuse de triangle), les temps morts entre les grosses scènes de catastrophes sont surtout là pour laisser le public respirer entre deux moments de bravoure. L’attrait de The Rescue réside en effet dans ces grandes scènes, chorégraphiées par Dante Lam lui-même, qui proposent au spectateur des environnements très différents les uns des autres. Cela se traduira à l’écran par des scènes assez variées et spectaculaires, laissant au cinéaste tout le loisir de s’éclater avec sa caméra comme il aime souvent à le faire.

Au final, The Rescue s’imposera donc comme un grand spectacle particulièrement attachant, porté par un enchaînement de scènes d’action monumentales : il sera ainsi bien difficile de ne pas se laisser porter par le punch et l’impact visuel des images du film, sur-filtrées et sur-esthétisées, tout autant que par son rythme et son découpage extrêmement énergiques. Malheureusement, la période post-Covid19 n’a pas été tendre avec le film de Dante Lam, qui malgré un bon démarrage, n’est pas parvenu à amortir ses 90 millions de dollars de budget. Qu’à cela ne tienne : Dante Lam n’en a en effet visiblement pas terminé avec le personnel public chinois, puisqu’il prépare actuellement une suite à Operation Red Sea, son gros film de guerre de 2018, qui avait totalisé 579 millions de dollars de recettes, en faisant le deuxième plus gros succès chinois de tous les temps.

Le Blu-ray

[4/5]

Côté Blu-ray, la belle photo lumineuse de The Rescue, signée Peter Pau (The Killer, The bride with white hair, La fiancée de Chucky, Tigre et dragon…) est rendue à la perfection par un transfert aux petits oignons mitonné par Metropolitan Vidéo : les séquences de jour affichent une belle luminosité naturelle et un niveau de détail assez époustouflant. Les couleurs explosent littéralement nos mirettes pas vraiment habituées à un tel chatoiement intensif. Les quelques passages nocturnes affichent également une netteté de tous les instants, c’est du très beau travail technique. Niveau son, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 littéralement explosifs, à l’image d’un film qui ne fait définitivement pas dans la demi-mesure. L’immersion est excellente pour le spectateur, la spatialisation joue la carte de la diffusion sonore frénétique, sur tous les canaux, avec un dynamisme échevelé. Du très beau travail technique.

Dans la section suppléments, le Blu-ray de The Rescue édité par Metropolitan Vidéo nous propose de nous plonger dans un intéressant making of (36 minutes), qui délaissera l’histoire et la direction d’acteurs pour se concentrer sur les aspects les plus techniques du tournage, notamment en laissant une large place à la conception des scènes de catastrophes dans les studios Baja au Mexique – là où James Cameron a tourné Titanic. On terminera ensuite avec une petite sélection de bandes-annonces de films disponibles chez l’éditeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici