Test Blu-ray : The end

1
221

 
France : 2016
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h25
Genre : Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 5 juillet 2016

 

 

Un homme part chasser dans une forêt qu’il croyait connaître. Mais son chien s’enfuit puis son fusil disparaît. Alors qu’il se perd, une atmosphère hostile et étrange s’installe…

 

 

Le film

[3,5/5]

Dernier film en date de , tourné en l’espace de quelques jours de disponibilité dans l’emploi du temps de , est un film pour le moins étrange, qui demandera au spectateur un total « lâcher prise » s’il désire réellement apprécier le spectacle qui lui est montré. De l’aveu même du réalisateur, le scénario de est la retranscription d’un de ses rêves, et la construction narrative de l’ensemble ne manquera en effet pas de surprendre, voire même de déstabiliser. On passe assez brutalement d’une idée à une autre, d’un personnage à un autre, voire même d’une séquence à une autre : il convient de se laisser porter par l’ensemble sans chercher à tout prix à donner du sens.

La logique ne semble pas au cœur des préoccupations majeures du cinéaste, qui se laisse aller à construire au fur et à mesure que le film avance une ambiance doucement délétère et oppressante, comme il les affectionne et sait si bien les mettre en scène, avec ses lents travellings et ses plans fixes interminables qui font la part belle aux performances d’acteurs extraordinaires. On se souvient que Thierry Lhermitte avait su donner le meilleur de lui-même dans Une affaire privée, que Josiane Balasko s’était livrée à sa caméra de la façon la plus crue qui soit dans Cette femme-là… C’est aujourd’hui au tour de de se livrer à nouveau, un an après Valley of love, à la caméra de Nicloux. Sa performance est hallucinante, il porte sur ses épaules une grande partie de la réussite du film.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

C’est qui se charge donc aujourd’hui de sortir le film, directement en Blu-ray / DVD après un passage par la case e-cinema. Et malgré le budget rikiki du métrage, le transfert HD de s’avère de toute beauté : la superbe photo signée Christophe Offenstein s’en trouve magnifiée, l’image affiche un piqué assez redoutable, bref, la galette Blu-ray fait honneur au boulot fait sur la patine visuelle du film, qui renforce le côté étrange et iréel du propos ; l’encodage ne prend jamais le spectateur en défaut, bref, tout est réuni pour que l’on découvre le film dans les meilleures conditions. Niveau audio, le film est proposé dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 à la spatialisation travaillée et immersive : on se retrouve à l’image de Depardieu complètement perdu au cœur des bois.

Du côté des suppléments, on trouvera tout d’abord la bande-annonce du film, qui a la particularité d’avoir été réalisée par Gaspar Noé. On poursuivra avec un court entretien avec et enregistré lors de la présentation du film à Berlin. Bon vivant, Depardieu parvient toujours à amuser la galerie, et semble sincèrement apprécier le travail avec Nicloux. On terminera enfin avec un entretien avec et Sylvie Pialat (productrice), durant lequel le cinéaste aborde plusieurs thèmes, et notamment celui de l’avenir du « digitographe », qu’il oppose de façon quasi-philosophique au « cinématographe » : très intéressant !

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici