Test Blu-ray : Slalom

0
840

Slalom

France, Belgique : 2020
Titre original : –
Réalisation : Charlène Favier
Scénario : Charlène Favier, Marie Talon, Antoine Lacomblez
Acteurs : Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud
Éditeur : Jour2Fête
Durée : 1h32
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 19 mai 2021
Date de sortie DVD/BR : 24 août 2021

Lyz, quinze ans, vient d’intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s’investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l’emprise absolue de Fred…

Le film

[2,5/5]

« Charlène Favier a subi des violences sexuelles dans le milieu du sport lorsqu’elle était adolescente. C’est en 2014, alors qu’elle était à l’atelier scénario de la Femis dans le but d’écrire un premier long métrage, qu’elle a commencé l’écriture du scénario de Slalom : pour un premier film, elle avait besoin de faire appel à ce qu’elle avait de plus fort en elle et, même si Slalom ne raconte pas sa propre histoire, il en est incontestablement imprégné. Son film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020 et il a reçu le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme. (…)

Ce film, non dénué de qualités par ailleurs, présente un défaut majeur : très vite, trop vite, n’importe quel spectateur peut deviner avec beaucoup de précision tout ce qui va se passer par la suite ! Si on ajoute une mise en scène sans grand relief (un comble, quand on est au milieu des montagnes !), on en arrive à presque oublier le sujet du film, un sujet pourtant très important et, malheureusement, tout à fait d’actualité : les violences sexuelles dans le sport, la façon dont des prédateurs à qui sont confié.e.s de jeunes athlètes, souvent mineur.e.s, arrivent à profiter de leur statut pour abuser de certain.e.s d’entre elles/eux. Il n’est pas d’ailleurs pas anodin de noter que la Ligue des Droits de l’Homme (à quand le changement espéré vers l’appellation Ligue des Droits Humains ?) a apporté son soutien au film de Charlène Favier : « un sujet des plus sensibles dans notre société, longtemps tabou, sur lequel il est urgent de continuer à faire la lumière ». (…)

C’est dans Ava, l’excellent premier long métrage de Léa Mysius, qu’on avait découvert Noée Abita dans son premier rôle au cinéma, celui de la jeune adolescente qui donnait son nom au film. Elle avait 17 ans au moment du tournage, son personnage avait 4 ans de moins. Dans Slalom, son personnage a 15 ans alors que la comédienne avait 20 ans au moment du tournage. On est donc dans la continuité ! Dans la continuité aussi en ce qui concerne la qualité de son jeu : ici, elle excelle à traduire le désarroi d’une adolescente face à l’emprise d’un homme dont elle dépend, une jeune fille qui pourrait sombrer complètement mais qui continue à se battre pour gagner. Pour ce qui est de sa représentation d’une skieuse de haut niveau, elle est d’autant plus crédible qu’elle a passé deux mois avec la coach sportive d’une section Sport Étude pour faire de la musculation et assimiler tous les détails qui font une skieuse de haut-niveau. A ses côtés, Jérémie Renier a fait de même auprès d’entraîneurs de clubs afin d’apprendre les fondamentaux du métier. Par ailleurs, et c’est le plus important, il campe un prédateur sexuel très crédible. Est-ce la première fois qu’il se conduit ainsi avec une de ses athlètes, on ne le sait pas ! Au tout début, il apparaît comme étant un entraîneur dur et exigeant vis-à-vis de Lyz, ne cessant de la pousser à se conduire de façon plus « professionnelle », ce qui, après tout, est son rôle. Dans un tout premier temps, il est donc difficile de percevoir en lui un homme susceptible de profiter d’une situation de domination physique et morale. Comme le dit la réalisatrice, il était important pour elle que Fred « n’apparaisse pas comme une caricature de pervers », important de montrer qu’un prédateur n’a pas un profil type. (…)

Slalom est donc un film important par son sujet mais dont le déroulé est trop prévisible et dont la mise en scène manque de relief. Heureusement, la qualité de l’interprétation et la beauté des images viennent s’ajouter au sujet pour en faire un film fréquentable… »

Extrait de la critique de notre rédacteur Jean-Jacques Corrio. Retrouvez-en l’intégralité en cliquant ici.

Le Blu-ray

[4,5/5]

C’est Jour2Fête qui propose aujourd’hui de (re)découvrir Slalom au format Blu-ray, et l’éditeur a, comme à son habitude, techniquement plutôt soigné sa copie. Côté image, la définition est d’une belle précision, les couleurs affichent une belle pêche et le piqué s’avère tout à fait satisfaisant, malgré quelques légères baisses de régime, principalement dans la gestion des noirs. Cependant, globalement, l’éditeur, rodé à la Haute-Définition depuis de nombreuses années, compose plutôt bien avec les avantages du format. Niveau son, la version française est proposée en DTS-HD Master Audio 5.1, à la spatialisation très discrète : le film ne se prête certes pas à la démonstration technique, mais le dynamisme est bien présent et promet une immersion totale au cœur du film de Charlène Favier. On notera également que Jour2Fête n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 plus cohérent si vous visionnez Slalom sur un « simple » téléviseur.

Du côté des suppléments, on commencera avec un entretien avec Charlène Favier (39 minutes), qui reviendra sur la genèse de son scénario, ainsi que sur ses partis pris esthétiques, tel par exemple que le refus de l’érotisation des corps. On poursuivra avec un entretien avec Noée Abita (9 minutes), qui reviendra sur son personnage ainsi que sur sa collaboration avec la scénariste / réalisatrice. On terminera le tour des interviews par un entretien avec Jérémie Rénier (7 minutes), qui évoquera la façon dont on lui a proposé le film et le rapport à son personnage. On terminera enfin avec le court-métrage Odol Gorri (26 minutes), réalisé par Charlène Favier, avec déjà Noée Abita dans le premier rôle. Ce dernier est également proposé en Haute-Définition (1080i).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici