DVD — 07 novembre 2019
Test Blu-ray : Rogue warfare – L’art de la guerre

– L’art de la guerre

 
États-Unis : 2019
Titre original : Rogue warfare
Réalisation :
Scénario : Mike Gunther
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h42
Genre : Guerre, Action
Date de sortie DVD/BR : 8 novembre 2019

 

Face à la menace de groupes extrémistes, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Chine s’unissent pour donner naissance à une unité d’élite internationale…

 


 

Le film

[3/5]

Le phénomène est apparu au début du vingtième siècle, avec des films tels que Ong-bak (2003), Born to fight (2004) ou encore The raid (2011), mais semble s’être encore amplifié avec le succès – jamais démenti depuis 2014 – de la saga John Wick : le cinéma d’action contemporain semble désormais aux mains des cascadeurs. Ceux qui, à l’image des chorégraphes de combats, n’étaient encore considérés hier que comme de simples maillons de la chaîne de production au service des « action stars ». C’est-à-dire qu’aujourd’hui, avoir une véritable « vision » de cinéaste ou des idées bien arrêtées concernant la mise en images d’une scène d’action ne suffit plus : si vous rencontrez un producteur dans le but de donner vie à vos rêves de gros fights de celluloïd, il vaut mieux être capable d’enchaîner vos arguments avec un petit salto arrière accompagné d’une riboulade retournée et d’un petit milouton acrobatique, voire même d’un gloubou à sens giratoire inversé (les lecteurs d’Edika savent pertinemment de quoi on parle ici).

Cascadeur de formation, Mike Gunther n’a pas dû s’y prendre autrement pour convaincre les exécutifs de Highland Film Group et Saban International de lui produire non pas un mais carrément trois films car après Rogue warfare – L’art de la guerre suivront encore deux épisodes des mésaventures de cet escadron de soldats badass, bien déterminé à éradiquer jusqu’au dernier terroriste en activité au Moyen-Orient. L’avantage avec les films imaginés par des cascadeurs, c’est qu’ils vont droit à l’essentiel : passée une exposition uniquement destinée à nous présenter, d’une part, le méchant terroriste tellement méchant qu’on le croirait sorti d’une production Besson, et de l’autre, son petit groupe hétérogène de soldats aux spécialités et aux méthodes très différentes. A partir de ce vague point de départ, c’est donc parti pour une heure et demie de gunfights et d’affrontements en tous genres. Si fait une apparition dans la peau d’un président des États-Unis autrement plus charismatique que Donald Trump, les véritables héros de ce film choral, renouant avec la tradition du film de soldats à l’ancienne sont incarnés par Will Yun Lee, Jermaine Love, Rory Markham, Bertrand-Xavier Corbi, Katie Keene et Fernando Chien.

Bourrin et plaisant, Rogue warfare – L’art de la guerre se paye par ailleurs l’extravagance de déployer un enchaînement quasi-ininterrompu de scènes d’action en se basant sur une intrigue quasi-inexistante : personne n’est dupe cela dit, on n’attendait pas vraiment La chute du faucon noir, et dans son créneau, le film de Mike Gunther s’avère parfaitement efficace, avec ce qu’il faut d’armes de destruction massive, d’explosions et de gadgets high-tech. Au final, le film – qui fait le choix audacieux de ne caractériser ses personnages qu’à travers ses scènes d’action – réussit même le tour de force de rendre son groupe de soldats attachants, au point que quand le personnage incarné par Will Yun Lee est capturé par l’ennemi à la fin du film, on se prend à trembler pour lui, et à trépigner d’impatience en attendant la suite des événements – pas de bol pour nous, il va falloir patienter un peu : la mission de sauvetage sera l’objet de l’intrigue de Rogue warfare 2 : En territoire ennemi, disponible le mois prochain chez Metropolitan Vidéo.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Comme à son habitude, Metropolitan Vidéo nous livre avec ce Blu-ray de Rogue warfare – L’art de la guerre une galette Haute-Définition en tous points irréprochable. Le master est d’une superbe précision, affichant un piqué d’une précision absolue, les couleurs montrent une belle pêche, les noirs sont solides et profonds ; c’est du très beau boulot, rendant pleinement honneur au tournage 100% numérique du film. Côté son, VF et VO sont proposés en DTS-HD Master Audio 5.1, et les deux mixages imposent un solide dynamisme, dont le spectateur profitera surtout durant les nombreuses scènes d’action, littéralement explosives, qui proposent de multiples détails sonores parfaitement rendus et spatialisés. Du beau travail technique.

Du côté des suppléments, et outre les traditionnelles bandes-annonces éditeur, on trouvera un intéressant making of (17 minutes) qui reviendra sur le défi de tourner trois films à la fois, dans des conditions climatiques parfois assez difficiles. La préparation des scènes d’action, l’entraînement militaire des acteurs, mais également le maquillage et les coiffures sont abordés au cours des entretiens avec les différents membres de l’équipe.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles