Test Blu-ray : Pompoko

0
910

Pompoko


Japon : 1994
Titre original : Heisei tanuki gassen pompoko
Réalisateur : Isao Takahata
Scénario : Isao Takahata
Acteurs (VO) : Kokondei Shinchou, Makoto Nonomura, Yuriko Ishida
Éditeur : Studio Ghibli
Durée : 1h59
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 18 janvier 2006
Date de sortie Blu-ray : 4 mars 2015

 

 

Dans une montagne résident les Tanuki, une espèce mi raton laveur mi blaireau. Comme dans les contes, les tanuki ont le pouvoir de changer de forme quand ils le désirent. Leur vie insouciante entrecoupée de batailles entre tribus de Tanuki ennemies leur fait ignorer la présence toujours plus proche des hommes, jusqu’au jour où ces derniers décident de faire de la montagne une ville. Les Tanuki vont alors tenter d’effrayer les humains en jouant avec leurs pouvoirs extraordinaires. Cependant, il en faudra plus pour que les hommes renoncent à s’approprier l’espace offert par les forêts… et nos Tanuki ne sont pas au bout de leurs peines !

 

 

Le film

[5/5]

Un dessin animé, qui plus est distribué par Disney, au cœur duquel des ratons laveurs utilisent la peau de leurs roubignoles comme des parachutes, vous en avez rêvé ? Ghibli l’a fait. Réalisé en 1994 par Isao Takahata, sur une idée de départ d’Hayao Miyazaki, Pompoko nous narre les déboires des derniers « tanuki » (créatures mythiques et métamorphes japonaises proches du raton laveur donc) aux prises avec les hommes et l’urbanisation grandissante qui réduit de jour en jour leur habitat naturel. Ouvertement et violemment écolo, le film de Takahata n’a pas pris une ride en vingt ans ; au contraire, son propos désabusé tend à trouver un écho encore plus profond dans la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Quinze ans avant Wall-E, Pompoko pointait déjà du doigt les dérives de la société de consommation, avec une verve, une acuité et un humour qui en font une petite merveille, sans doute trop mésestimée -et pour tout dire un peu à part- au sein de la riche production des studios Ghibli.

Vous l’aurez compris : plutôt bien rythmé (les rebondissements sont nombreux et les digressions contemplatives propres à la culture japonaise ne sont que peu de la partie), visuellement somptueux, ouvertement engagé et surtout extrêmement drôle, Pompoko s’avère une (re)découverte indispensable, un film sur lequel le temps n’a pas la moindre emprise et devant lequel les enfants de nos enfants s’émerveilleront à coup sûr autant que nous aujourd’hui, tout en œuvrant insidieusement à ouvrir leurs esprits aux problèmes de la société. Un bijou.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Édité par Studio Ghibli et distribué par la branche française de Disney, le Blu-ray de Pompoko nous arrive aujourd’hui dans une édition haute définition de très haute volée. L’image est littéralement sublime, la définition est d’une précision à couper le souffle. Et si la Haute Définition a parfois sur les dessins animés un fâcheux revers de la médaille (les limites techniques des balbutiements de l’animation secondée par ordinateur en devenaient perceptibles avec le recul sur des « grands » films tels que La Belle et la Bête ou encore Le roi lion), elle sied parfaitement à l’animation traditionnelle et old school pratiquée chez Ghibli, et le film de Takahata y gagne encore en fluidité et en beauté visuelle. Bref, le rendu HD est littéralement imparable et superbe. Côté son, même constat d’excellence : pas de bidouillage multi-canal artificiel, mais un DTS-HD Master Audio 2.0 respectant la dynamique sonore d’origine. A noter que la VF est très soignée.

Côté suppléments, c’est du très lourd également. On passera rapidement sur les bandes-annonces et spots TV, qui, s’ils sont typiquement japonais et assez amusants, tournent vite un peu en rond. En revanche, le Blu-ray édité par Studio Ghibli nous permet également de découvrir les storyboards préparatoires sur l’intégralité du film, qui plus est en HD, soit seuls, soit en parallèle avec le film finalisé en Picture in Picture (PiP). Soit deux heures d’images et de croquis absolument superbes, nous permettant de nous rendre compte du travail abattu par les équipes artistiques œuvrant sur Pompoko. Du grand Art.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici