Test Blu-ray : Paris Police 1900 – Saison 1

0
710

– Saison 1


France : 2021
Titre original : –
Création :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 7h environ
Genre : Série TV, Policier
Date de sortie DVD/BR : 3 mars 2021

1899, la République est au bord de l’explosion, prise en étau entre les ligues nationalistes et antisémites et la menace anarchiste. Le cadavre d’une inconnue retrouvée dans la Seine va propulser un jeune inspecteur ambitieux au coeur d’une enquête criminelle qui révélera un lourd secret d’État. Il va croiser la route de Lépine, de retour à la tête d’une Préfecture vérolée par les luttes de pouvoir, de la première femme avocate et d’une courtisane reconvertie en espionne… Ces personnages que tout oppose vont s’unir pour affronter un coup d’état.La Belle Époque n’a de belle que le nom…

La saison

[5/5]

L’ambition affichée par Canal + en ce qui concerne ses « créations originales » n’a semble-t-il pas de limites, et la première saison de la série en est une des plus ébouriffantes démonstrations. Reconstitution riche et documentée, réalisation à la fois énergique et stylisée, écriture rêche et sans concession, casting d’exception quasi-uniquement composé d’acteurs inconnus mais absolument parfaits, la série créée par réalise le rêve caressé par les cinéphiles férus de fiction craspec et d’Histoire à la découverte de L’empereur de Paris fin 2018.

Le créateur de la série , qui était déjà crédité en tant que scénariste sur Les brigades du Tigre, semble être de cette race d’auteurs passionnés ayant vraiment de la suite dans les idées. Après les brigades mobiles de Clémenceau, il opère donc un léger bon en arrière afin de plonger avec dans le chaos de la France de la fin du XIXème Siècle, une France divisée par l’affaire Dreyfus et ses retombées.

Si l’on n’est pas dans la France de l’Empire, les similitudes avec L’empereur de Paris sont telles que l’on s’en demanderait presque si le showrunner n’avait pas lu notre papier consacré au film de Jean-François Richet. Il en a en tous cas tiré les mêmes conclusions : une reconstitution aussi fastueuse, puissante et naturaliste ne pouvait pas s’épanouir pleinement dans l’espace étriqué d’un long-métrage de cinéma. L’idée de placer l’univers de dans le cadre d’une série TV permet à Nury et à ses auteurs de bénéficier du temps suffisant pour développer leur intrigue et à mener à bien les huit épisodes du show, que l’on considérera au final volontiers comme un incontournable, un classique immédiat de la fiction TV en France.

Et si évoque bien sûr L’empereur de Paris, la série n’en semble pas moins réellement avoir été construite « en réaction » à une autre série ayant constitué un micro-événement sur TF1 en 2019 : Le bazar de la charité. S’il s’agissait certes d’une sympathique série sur un mode propret et romanesque, la série made in Netflix / TF1 imposait au spectateur une vision de la France de 1885 complètement fantasmée, et prenait de plus d’énormes libertés avec l’Histoire afin de coller aux standards de notre époque, surtout avec la mise en avant de trois personnages féminins forts et émancipés.

remet les choses à leur place, avec une représentation de la capitale dans ce qu’elle avait de plus infect en 1899. Soit une ville déchirée par l’antisémitisme, secouée par la violence, et au cœur de laquelle une femme ne pouvait, en gros, n’être que femme au foyer, mondaine ou fille au bordel. Dans la série, les volontés d’émancipation de Marguerite Steinheil () à la mort du président Faure sont ainsi violemment contrecarrées par les services de police, qui feront d’elle une « moucharde ». Le sort réservé au personnage d’Hélène Chagnolle (Astrid Roos) au cours du premier épisode est également très représentatif de la place donnée aux femmes dans la société de l’époque.

Pour autant, les femmes s’avèrent, à leur manière, absolument centrales à l’intrigue développée durant les huit épisodes de la première saison de  : leur force en effet est de toujours parvenir à braver la fatalité liée à leur appartenance au sexe « faible », et à se relever de toutes les manipulations dont elles font les frais, ainsi que des outrages dont elles sont les victimes. Au final, elles apparaissent même comme la lumière au cœur de cette fresque noire à l’atmosphère poisseuse – peut-être même bien la dernière lueur d’espoir dans cette « Belle Époque » où la corruption et les luttes de pouvoir semblent régner en maîtres.

Côté casting, les acteurs contribuent indéniablement à la densité et à l’ambition de . Si leurs noms sont pour le moment clairement inconnus du grand public, cet état de fait risque fort de changer dans un avenir proche, tant les prestations de (Antoine Jouin), (Marguerite Steinheil), (le Préfet Lépine), (Jules Guérin) ou encore (Mme Lépine) font preuve d’un charisme noir assez phénoménal, et dénotent de l’exigence de vis-à-vis de sa création.

D’une densité et d’une noirceur rares dans le paysage audiovisuel français, s’impose donc comme une fresque historico-politique aux qualités remarquables. Le cadre, la réalisation, l’ambiance générale et le soin apporté au détail et à la direction artistique laissent littéralement pantois, alors même que l’intrigue, qui jongle avec des thèmes forts (insécurité, antisémitisme, violences policières, place des femmes dans la société), renvoie constamment le spectateur à des problématiques contemporaines. Aussi puissante qu’addictive, la série créée par a également l’intelligence de conserver tout au long de ses huit épisodes sa dimension « chorale », n’adoptant le point de vue d’aucun de ses personnages en particulier afin de mieux servir l’étouffante reconstitution naturaliste qu’elle nous propose en arrière-plan.

Les amateurs de seront par ailleurs ravis d’apprendre qu’une deuxième saison est actuellement en cours de préparation ; à priori, elle se déroulera en 1905, six ans après les événements qui nous sont racontés dans ces huit premiers épisodes. On suppose dès lors que la loi de séparation des Églises et de l’État et la montée de l’Action française y seront largement évoqués.

Le coffret Blu-ray

[4/5]

Avant d’aborder le coffret Blu-ray de en lui-même, saluons déjà le courage éditorial de l’éditeur . En effet, dans un contexte difficile, et alors que nos voisins européens ne sortent pas systématiquement sur support Blu-ray des séries TV piratées et visionnées en masse par le biais de serveurs illégaux ou de services de SVOD, l’éditeur français a de nouveau choisi de nous livrer une alternative sur support physique Haute-Définition, qui plus est dans une édition impeccable. Dans ces cas de figure là, nous sommes fiers de crier « Cocorico », d’autant plus fort que cette création originale Canal + s’avère vraiment une série extraordinaire.

Techniquement parlant, il n’y a pas grand-chose à redire sur ce coffret Blu-ray – Saison 1, pour lequel l’éditeur renoue avec l’excellence, que dis-je, la maestria technique que l’on pouvait déjà rencontrer sur d’autres séries françaises qu’il a pu sortir par le passé. L’image est littéralement sublime, respectant parfaitement la patine visuelle d’origine, les couleurs et les contrastes en envoient plein les yeux, les noirs sont denses, le piqué d’une précision à couper le souffle… C’est vraiment le top niveau. C’est d’autant plus agréable que sur certains épisodes, la réalisation est vraiment bluffante : la technique est au diapason de cette série en état de grâce, bref, que dire sinon MERCI . Côté son, le mixage DTS-HD Master Audio 5.1 joue essentiellement sur les ambiances, bien enveloppantes, avec quelques effets surround qui dépotent bien. Une piste en audiodescription est également disponible, à destination des spectateurs aveugles ou malvoyants. Pas de suppléments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici