Test Blu-ray : L’opération corned beef

0
420

L’opération corned beef

France : 1991
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Jean-Marie Poiré,
Acteurs : , Christian Clavier,
Éditeur :
Durée : 1h47
Genre : Comédie, Action, Espionnage
Date de sortie cinéma : 6 février 1991
Date de sortie DVD/BR : 2 septembre 2020

Le Squale, un as de l’espionnage, est rappelé d’Amérique du Sud pour une mission difficile. But de l’opération : démanteler un réseau international de trafic d’armes dirigé par un traître, haut fonctionnaire français. Le Squale déclenche alors une véritable tourmente broyant tout sur son passage, les gens comme les voitures et les hélicoptères…

Le film

[4,5/5]

Après de débuts placés sous le signe d’une fructueuse collaboration avec Georges Lautner et Michel Audiard, au milieu des années 70, Jean-Marie Poiré se prend d’amitié pour Josiane Balasko et pour la troupe du Splendid. À partir des années 80, le scénariste / réalisateur fidèle en amitié se mettrait donc à travailler de façon quasi-exclusive avec la bande de jeunes comédiens, pour leurs projets en groupe ou en « solo ». Mis en chantier suite à l’échec commercial de Mes meilleurs copains, la comédie L’opération corned beef marque déjà à l’époque la cinquième collaboration entre Poiré et Christian Clavier au scénario.

« Dites donc… Ça vous ennuie si je vous désinfecte au bourbon ? »

En revanche, il s’agissait là de la première fois que Christian Clavier se retrouverait à l’écran en face à face avec Jean Reno : un duo mythique de la comédie française était né. Pour autant, on ne pourra pas tellement affirmer que L’opération corned beef constitue un simple brouillon des Visiteurs : il s’agit en effet d’une comédie d’espionnage enlevée, n’entretenant que bien peu de rapports avec le film mettant en scène Godefroy de Montmirail et Jacquouille la fripouille. Au contraire, nombreux sont les amateurs éclairés de comédies qui préféreront la fraîcheur et l’impact de L’opération corned beef aux paradoxes temporels des Visiteurs.

« C’est une moumoute, Helmut ! »

La grande force de L’opération corned beef ne réside pas spécialement dans son intrigue d’espionnage, qui comporte trop de « trous » et d’incohérences pour réellement convaincre. La recette du succès de ce film, c’est surtout son duo d’acteurs, et la complicité du duo composé à l’écran par Jean Reno et Christian Clavier. Remarquablement servi par des dialogues précis et par son indéniable sens du gag qui lui permettent de faire mouche à tous les coups ou presque, ce dernier alterne entre les punchlines et les gesticulations hystériques, qui collent cependant parfaitement à la personnalité du personnage de Granianski.

« Geoffroy a traité sa grand-mère de vieux bonbec qui pue »

Ainsi, la scène de la découverte par le Squale / Jean Reno de l’identité de l’agent « torpilleur » s’impose encore, presque trente ans après la sortie du film en salles, un des passages les plus drôles et les mieux construits de la comédie française. L’alchimie entre les deux acteurs est époustouflante, et la réalisation nerveuse / le montage rapide de Jean-Marie Poiré en font un passage quasi-immédiatement anthologique. Mais il ne s’agit là que d’un exemple parmi d’autres : L’opération corned beef comporte suffisamment de gags mémorables pour s’avérer un vrai petit trésor de rythme et d’efficacité.

« C’est un ami aussi ? »

Fonctionnel, le scénario de L’opération corned beef s’organise une poignée d’excellents moments de comédie pure articulés autour d’une intrigue relativement linéaire, avec des méchants clairement définis. Les personnages sont par ailleurs croqués avec autant de soin que les dialogues sont précis et bien sentis. Conscient de disposer d’un scénario aux dialogues finement ciselés, Jean-Marie Poiré laisse clairement ces derniers « respirer », ne les étouffant pas avec le montage rapide qu’il utilise sur les scènes d’action.

« C’est un monstre ! C’est… C’est une queue ! »

De fait, les échanges de répliques sont systématiquement mis en valeur non seulement par les acteurs, mais également par la mise en scène. Néanmoins, et malgré un petit coup de mou en milieu de métrage, l’ensemble reste relativement fluide et rythmé. Et quand l’intrigue délaisse un temps les échanges humoristiques pour se concentrer sur l’action, Poiré fait le taf avec dynamisme. On pense par exemple à l’amusante course-poursuite du début du film à Bogota, qui déborde d’idées improvisées sur place lors du tournage, ou encore à celle dans les champs de maïs quand la BX est poursuivie par les colombiens, qui rappellera un peu les poursuites mises en scène par Georges Lautner dans ses films comédies des années 60/70 telles que Ne nous fâchons pas.

« C’est vrai que quand mon mari est énervé il peut devenir d’une force herculéenne »

Et parallèlement aux deux personnages principaux, qui s’avèrent finalement assez peu sympathiques, l’intrigue de L’opération corned beef est soutenue par des seconds-rôles d’une belle richesse comique, qui ont largement contribué de faire du film de Jean-Marie Poiré un classique de la comédie française. Valérie Lemercier nous propose sa composition traditionnelle de bourgeoise coincée (qu’elle tenait déjà à la perfection dans la série Palace de Jean-Michel Ribes en 1989). est comme toujours exceptionnel de rigidité déguisée. nous propose un impayable personnage d’allemand aux activités douteuses, et la vraie révélation du film, c’est , extraordinaire dans la peau de l’aspirant Garcia – un personnage auquel elle apporte une telle humanité que l’on aurait presque aimé voir se monter un spin-off centré sur les aventures de cette super-flic un peu trop bavarde.

Le Blu-ray

[4,5/5]

Après deux éditions DVD, en 2002 puis en 2008, Gaumont a enfin eu l’excellente idée de ressortir L’opération corned beef dans une édition Blu-ray de toute beauté. Le film de Jean-Marie Poiré intègre donc ce mois-ci la prestigieuse collection Blu-ray Découverte (aussi appelée Gaumont découverte en Blu-ray). Et le travail effectué sur cette édition est tout simplement remarquable. Le master Haute Définition restauré est d’une belle stabilité, la définition est impeccable et les couleurs sont éclatantes, riches en nuances. Le tout affiche de plus un grain argentique scrupuleusement préservé. Côté son, L’opération corned beef est proposé en DTS-HD Master Audio 2.0 clair, net, sans souffle ni bruits parasites. Rien à redire donc niveau technique, d’autant que l’on adore le film.

Du côté des suppléments, outre la traditionnelle bande-annonce du film, on se plongera dans un passionnant making of rétrospectif (31 minutes) signé Jérémie Imbert et Yann Marchet. Ce documentaire donnera la parole, entre autres, à Alain Terzian (producteur), mais aussi et surtout à Jean-Marie Poiré, Christian Clavier et Jean Réno, qui reviendront sur leurs souvenirs de tournage de façon sincère et amusante. On apprendra donc que le rôle de Squale était initialement prévu pour Gérard Depardieu, qui était littéralement débordé de projets à l’époque. Daniel Auteuil l’a par la suite refusé, et c’est grâce à Marie-Anne Chazel que Christian Clavier et Jean-Marie Poiré ont eu l’idée de le proposer à Jean Reno. Clavier et Poiré reviendront également sur le tournage assez singulier des scènes d’action et de cascades du film. Très intéressant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici