Test Blu-ray : Les Cinq diables

0
393

Les Cinq diables

France : 2022
Titre original : –
Réalisation : Léa Mysius
Scénario : Léa Mysius, Paul Guilhaume
Acteurs : Adèle Exarchopoulos, Sally Dramé, Swala Emati
Éditeur : Le Pacte
Durée : 1h36
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 31 août 2022
Date de sortie DVD/BR : 4 janvier 2023

Vicky, petite fille étrange et solitaire, a un don : elle peut sentir et reproduire toutes les odeurs de son choix qu’elle collectionne dans des bocaux étiquetés avec soin. Elle a extrait en secret l’odeur de sa mère, Joanne, à qui elle voue un amour fou et exclusif, presque maladif. Un jour Julia, la sœur de son père, fait irruption dans leur vie. Vicky se lance dans l’élaboration de son odeur. Elle est alors transportée dans des souvenirs obscurs et magiques où elle découvrira les secrets de son village, de sa famille et de sa propre existence…

Le film

[3/5]

« Il y a cinq ans, la Semaine de la Critique cannoise nous avait permis de faire connaissance avec une réalisatrice très prometteuse, Léa Mysius. Dans Ava, son premier long métrage, un petit côté fantastique venait petit à petit partager l’écran avec le naturalisme omniprésent du début du film.  Il a fallu attendre cinq ans pour qu’un nouveau long métrage de Léa Mysius voit le jour, un film qui, cette fois-ci, faisait partie de la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs cannoise de 2022. Mais Les cinq diables est un long métrage qui, cette fois ci, a plus qu’un petit côté fantastique !

Une raison de cette longue attente vient du fait que Léa est très active comme coscénariste, auprès d’Arnaud Desplechin, de Stefano Savona, d’André Téchiné, de Jacques Audiard et de Claire Denis. Ces cinq années n’ont toutefois pas profondément modifié ce qui semble être les pôles d’intérêt majeurs de la réalisatrice : la relation entre une mère et sa fille sur le point d’entrer dans le monde des adultes tout en continuant à porter un regard d’enfant sur son entourage et l’importance des sens dans notre existence. Dans Ava, film se déroulant au bord de la mer en plein été, la mère, interprétée par Laure Calamy, était très extravertie et Ava, sa fille, 13 ans, était en train de perdre la vue.

Dans Les cinq diables, film se déroulant en hiver dans un village de montagne, la mère, interprétée par Adèle Exarchopoulos, est, au contraire, très introvertie et Vicky, sa fille, 10 ans, est dotée d’un sens olfactif très développé. A propos du choix d’Adèle Exarchopoulos, un choix excellent, pour interpréter le rôle de Joanne, on notera que, dans notre critique de Ava, nous avions observé que Noée Abita, l’interprète de Ava, avait un physique et une moue qui pouvaient faire penser qu’elle était la petite sœur de cette comédienne. Comme quoi !

Pour réaliser ce film tourné en 35 mm et consacré à des problèmes familiaux, on retrouve une équipe très familiale avec Paul Guilhaume, le compagnon de la réalisatrice, à la fois coscénariste du film et Directeur de la photographie et Esther Mylius, sœur jumelle de Léa, occupant le poste de Directrice artistique. Est-ce le fait que, ayant vu Ava, on est moins surpris par le langage cinématographique de la réalisatrice, toujours est-il que Les cinq diables, tout en étant un film tout à fait honorable, apparaît en retrait par rapport à ce premier long métrage de Léa Mysius. »

Extrait de la critique de notre rédacteur Jean-Jacques Corrio. Découvrez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien !

Le Blu-ray

[4,5/5]

Les Cinq diables est actuellement disponible en Blu-ray, et cette petite merveille de film fantastique pétri de sensibilité est édité par Le Pacte. Comme à son habitude, l’éditeur nous propose une expérience visuelle et sonore immersive et réellement bluffante. La définition et le piqué sont d’une précision extraordinaire, les couleurs naturelles, les contrastes sont au taquet et permettent aux noirs de s’afficher avec une finesse étonnante. La granulation du tournage en 35 mm a été respectée à la lettre, de même que la photo volontiers agressive de Paul Guilhaume. Côté son, le film de Léa Mysius nous est proposée dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 assez explosif et extrêmement dynamique : malgré les apparences, le film est d’ailleurs suffisamment généreux en séquences propres à solliciter de façon régulière le caisson de basses de façon à faire vibrer à mort votre parquet. On notera également que Le Pacte n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 plus cohérent si vous visionnez Les Cinq diables sur un « simple » téléviseur.

Rayon suppléments, on trouvera tout d’abord un entretien avec Léa Mysius et Adèle Exarchopoulos (14 minutes). Elles y reviendront sur les différents défis physiques représentés par le film, le recours au fantastique, et évoqueront dans le détail une poignée de séquences-clés du film. En complément de cet entretien, Le Pacte nous propose de découvrir deux courts-métrages de Léa Mysius : Cadavre exquis (2013, 25 minutes), qui suit la rencontre d’une petite fille et du cadavre d’une noyée, et L’île jaune (2016, 30 minutes), qui met en scène la même jeune actrice (Ena Letournaux), cette fois-ci dans la peau d’une pré-ado manipulant un jeune homme afin d’en rejoindre un autre. La mort est extrêmement présente au cœur des deux films, mais ces derniers sont empreints d’une profonde poésie. Au rayon des motifs récurrents, on notera que L’île jaune nous donne à voir un jeune garçon défiguré par une brûlure au visage, tout comme le personnage incarné par l’excellente Daphné Patakia dans Les Cinq diables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici