Test Blu-ray : Horrible

0
330

Horrible

Italie : 1981
Titre original : Rosso sangue
Réalisation : Joe D’Amato
Scénario : George Eastman
Acteurs : George Eastman, Annie Belle, Katya Berger
Éditeur : ESC Éditions
Genre : Horreur
Durée : 1h34
Date de sortie cinéma : 6 juillet 1983
Date de sortie DVD/BR : 22 mai 2024

Un être mystérieux, au pouvoir de guérison phénoménal, multiplie les crimes atroces et déroute les forces de l’ordre…

Le film

[3/5]

Un an après l’immense succès d’Anthropophagous (Antropophagus, 1980), George Eastman et Joe D’Amato se sont à nouveau associés pour mettre au point un autre film d’horreur en mode craspec et dégueulbif, Horrible, qui a très souvent été vendu à travers le monde comme sa suite plus ou moins officielle. Il faut dire aussi que le personnage principal du film, un maniaque s’en prenant à peu près à tout ce qui bouge, est présenté comme un grec complètement taré s’étant échappé d’un laboratoire clandestin, et qu’Anthropophagous mettait déjà en scène un grec complètement taré qui passait son temps à dévorer son prochain.

Qu’on le veuille ou non, le lien entre les deux films est donc plus ou moins évident, et en privant ses personnages de passé, Horrible ne cherchera jamais réellement à éviter la comparaison avec son auguste modèle. George Eastman y reprendra donc son rôle de bête sauvage quasi-cromagnon qui, grâce à des expériences menées sur lui par des scientifiques chrétiens, possède désormais un don de régénérescence cellulaire à la Wolverine, qui le rend hypothétiquement immortel. Cela dit, l’idée n’est pas ici de surfer sur une pseudo-immortalité super-héroïque, mais surtout de permettre au personnage de continuer à avancer alors qu’on le crible de balles, à la façon d’un Michael Myers dans Halloween – La Nuit des masques (1978).

Horrible met donc en scène un boogeyman apparemment indestructible qui, après avoir avoir commis quelques meurtres bien sanglants dans les premières bobines, jettera son dévolu sur une baby-sitter et les deux enfants dont elle a la garde, à savoir un petit garçon et une adolescente alitée qui devra tenter de retrouver l’usage de ses jambes si elle veut échapper aux griffes du grec complètement taré. Le fait de mettre des enfants au centre du film augmente un peu les enjeux par rapport à Anthropophagous, surtout si l’on considère que de nombreux slashers tournés au début des années 80 éliminaient généralement les enfants de l’équation avant même que le carnage ne commence, pour se concentrer sur de jeunes « pêcheurs » ayant quitté le droit chemin en forniquant ou en fumant des pétards. Horrible quant à lui met donc l’accent sur deux jeunes gens innocents, ce qui n’est finalement pas si fréquent dans le genre.

Pour qui connaît un peu le cinéma de Joe D’Amato, la relative sobriété formelle d’Horrible pourra étonner. Les moments « gore » ne sont pas très nombreux, même si quelques-uns d’entre eux – concentrés sur la première partie du film – sont ponctuellement efficaces. On ne notera aucune dérive érotique de la part du cinéaste, et en dépit d’une tension qui monte crescendo et d’une bande originale assez sympathique, l’ensemble s’avère assez répétitif, et ce même si l’intérêt est soudain rehaussé grâce à un épatant plan final préfigurant Vendredi 13 – Chapitre 4 : chapitre final (1984). Pour autant, Horrible restera également, sans le moindre doute, un vrai plaisir nostalgique et déviant pour ceux l’ayant découvert il y a un peu plus de trente ans au format VHS.

Le Blu-ray

[4/5]

Horrible débarque aujourd’hui en France au format Blu-ray sous les couleurs d’ESC Éditions, et nous est proposé dans deux montages : la version « uncut » d’une durée d’1h34, et la version italienne d’une durée d’1h28. Les deux montages semblent provenir de la même source, qui s’avère assez excellente : la définition est précise, les couleurs riches et bien saturées, les noirs sont profonds, et la restauration a pris soin de préserver le grain argentique d’origine, qui s’avère solide, avec une profondeur et des détails excellents, en particulier dans les ombres. Tout semble propre et stable, et en ce qui concerne les pistes son, le film est proposé en DTS-HD Master Audio 2.0 en VF, en version anglaise ainsi qu’en version italienne. Toutes trois offrent des dialogues clairs et une bonne séparation des effets sonores et de la musique de Carlo Maria Cordio.

Du côté des suppléments, on commencera avec une intéressante présentation du film par David Didelot (17 minutes), qui reviendra sur la collaboration entre George Eastman et Joe D’Amato, abordera les outrances graphiques du film et reviendra sur son casting, tout en faisant le lien avec plusieurs autres films. En plus de la traditionnelle bande-annonce, l’éditeur nous propose également un entretien avec George Eastman, alias Luigi Montefiori (31 minutes), qui commencera en évoquant son affection pour Joe D’Amato, puis reviendra sur son opinion sur le film ainsi que sur la nature vicieuse de certaines scènes de meurtre, notamment celle de la tête dans le four, qui avait également été évoquée par David Didelot comme l’une des mises à mort les plus cruelles de la carrière du cinéaste. Mais le Blu-ray d’Horrible édité par ESC Éditions nous réserve une petite surprise supplémentaire sous la forme d’un bonus caché : la bande-annonce d’Anthropophagous. On espère que le film sortira bientôt en HD chez l’éditeur !

Attention : initialement prévue au 22 mai, la sortie du Combo Blu-ray + DVD d’Horrible a été repoussée au 12 juin 2024. Vous pouvez profiter de ce léger décalage pour le précommander sur le site d’ESC Distribution !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici