Test Blu-ray : Hana-bi – Feux d’artifice

0
634

Hana-bi – Feux d’artifice

 
Japon : 1997
Titre original : Hana-bi
Réalisation : Takeshi Kitano
Scénario : Takeshi Kitano
Acteurs : Takeshi Kitano, Kayoko Kishimoto, Ren Osugi
Éditeur : La Rabbia
Durée : 1h43
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie cinéma : 5 novembre 1997
Date de sortie DVD/BR : 6 juin 2018

 

 

Nishi est policier. Son épouse est atteinte d’un cancer en phase terminale. Suite à une fusillade, son partenaire Horibe devient paraplégique et un autre de ses collègues est tué. Nishi démissionne alors afin de commettre un casse pour rembourser d’importantes dettes contractées auprès des yakuzas et, finalement, chercher un sens à sa vie…

 

 

Le film

[5/5]

La carrière de Takeshi Kitano est jalonnée d’excellents films, mais aucun d’entre eux n’arrive réellement à l’état de grâce que constitue Hana-bi – Feux d’artifices. Chef d’œuvre absolu d’une carrière déjà extrêmement riche, ce véritable poème cinématographique représente sans le moindre doute possible l’aboutissement de plusieurs années d’expérimentations formelles et thématiques pour le cinéaste japonais – un film immense et littéralement imparable, au-dessus duquel flotte l’ombre de la mort et de la violence, et s’imposant pour le spectateur comme un véritable tourbillon mélancolique de sentiments tourmentés et morbide, mais parvenant paradoxalement à faire luire une lueur d’espoir au fond du gouffre, par son attachement à l’Art et à l’amour.

Le visage plus que jamais traversé de tics nerveux (suites d’un accident ayant failli lui coûter la vie), Kitano lui-même porte le film sur ses épaules, avec sa dégaine sèche et son humour à froid et minimaliste, et apparaissant comme flottant sur la musique du film, envoûtante, signée Joe Hisaichi. Profondément respectueux de ses anciens, Kitano joue la carte très japonaise de la contemplation ; bien sûr, le rythme lent et les moments de silence d’une partie d’Hana-bi – Feux d’artifices se heurteront à la grande tradition du film de yakuzas, avec sa violence destructrice, surgissant comme un éclair et faisant mal par où elle passe. Et puis bien sûr, il y a les moments d’humour ; les passages burlesques sans lesquels le cinéma de Kitano ne serait pas aussi attachant.

Au fil du déroulement de son récit, bousculé par une notion très personnelle de la temporalité (les allers/retours d’avant en arrière sont littéralement incessants), le spectateur ne pourra que se rendre à l’évidence : Hana-bi – Feux d’artifices est autant un film « somme » qu’un véritable chef d’œuvre, aux accents lyriques et aux plans composés de main de maitre, réellement et définitivement inoubliables. Un grand film, qui n’a vraiment pas volé son « Lion d’Or » à Venise, et qui se savoure toujours avec autant de plaisir vingt ans après sa sortie dans les salles. Au point qu’en tant que spectateur, le seul mot qui pourra nous venir à l’esprit à l’issue de la projection d’Hana-bi – Feux d’artifices est le même que le seul mot prononcé par la femme de Nishi dans le film : « merci ».

 

 

Le Combo Blu-ray + DVD

[5/5]

Après avoir édité L’été de Kikujiro début avril (lire notre article), La Rabbia nous propose aujourd’hui de redécouvrir en Haute Définition Hana-bi – Feux d’artifices, probablement le plus beau film de Takeshi Kitano : c’est l’occasion rêvée de voir et revoir ce film majeur des années 90. Côté Blu-ray, le constat est sans appel : la galette a été techniquement très soignée. La définition est précise, les couleurs riches et bien saturées, les noirs sont profonds, et la restauration a pris soin de préserver le grain argentique d’origine. Bien sûr, le tout affiche également une propreté et une stabilité tout à fait remarquables – il n’y a donc rien à redire côté master. En ce qui concerne le son, la version originale ainsi que la version française sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0, dynamique, propre, toujours parfaitement clair et respectant qui plus est parfaitement le ton et l’ambiance du métrage – on pourra néanmoins émettre quelques réserves sur le doublage français, artistiquement moins convaincant que la VO.

Côté suppléments, La Rabbia nous propose, outre la traditionnelle bande-annonce, un très intéressant making of d’origine japonaise d’une durée d’un peu plus d’un quart d’heure et qui permettra aux amoureux du film de se plonger dans de nombreuses images du tournage, donnant à voir un Takeshi Kitano régulièrement hilare devant les aléas du climat ou même à la découverte du cabotinage d’un de ses acteurs, qu’il observe de son écran de contrôle. Une belle façon d’humaniser le cinéaste !

On notera également que le film est disponible dans une prestigieuse édition Combo Blu-ray + DVD prenant la forme d’un digibook comprenant un livret de 40 pages consacré au film mais aussi et surtout, pour ceux qui ne l’auraient pas encore, le CD de la bande originale composée par Joe Hisaishi. Une édition INDISPENSABLE.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici