Test Blu-ray : Guêpier pour trois abeilles

0
626

Guêpier pour trois abeilles

États-Unis : 1967
Titre original : The Honey pot
Réalisateur : Joseph L. Mankiewicz
Scénario : Joseph L. Mankiewicz
Acteurs : Rex Harrison, Susan Hayward, Cliff Robertson
Éditeur : BQHL Éditions
Durée : 2h06
Genre : Comédie, Policier
Date de sortie cinéma : 6 juillet 1969
Date de sortie DVD/BR : 16 septembre 2021

Après avoir pris la précaution d’engager un secrétaire particulier, l’ancien acteur et croupier William McFly, l’immensément riche Cecil Fox convoque dans son palais de Venise trois de ses anciennes maîtresses. Toutes accourent, moins attirées par de chaleureuses retrouvailles que par l’espoir d’un mirifique héritage dont une seule sera bénéficiaire. Dans son plan bien préparé, le milliardaire, qui simule une longue agonie, n’avait cependant pas anticipé un fâcheux événement : la mort brutale de l’une de ses invitées…

Le film

[3,5/5]

Guêpier pour trois abeilles est l’adaptation par Joseph L. Mankiewicz d’un roman de Thomas Sterling, intitulé en français « Le Tricheur de Venise ». Du roman d’origine, Mankiewicz a conservé les rebondissements et l’ambiance générale, riche en manipulations en tous genres. Il ne s’agit pour autant pas d’une adaptation littérale : le scénariste / réalisateur a en effet légèrement modifié l’intrigue, tout d’abord en explicitant clairement les références à la pièce « Volpone » de Ben Jonson, puis bien sûr en modifiant le sexe de deux des trois héritiers potentiels, qui passent don de deux hommes / une femme dans le roman à trois femmes dans le film.

Bien sûr, cette modification de l’intrigue de base par Joseph L. Mankiewicz lui permettra d’introduire au cœur de Guêpier pour trois abeilles d’avantage d’humour, en proposant au public les portraits de trois femmes (Capucine, Edie Adams et Susan Hayward) extrêmement différentes les unes des autres – du point de vue du comportement et de la classe sociale – mais partageant un point commun : celui d’être en réalité trois harpies cupides et intéressées. Bien entendu, cela permet au cinéaste de créer un petit jeu avec le public, à base de plaisanteries acérées et gentiment misogynes autour des motivations des différents personnages.

Guêpier pour trois abeilles navigue donc, durant toute sa première partie du moins, dans les eaux de la comédie de mœurs un peu cruelle, enchaînant les dialogues et les performances amusantes dans un grand raffinement teinté de malice. Rex Harrison et Cliff Robertson s’en donnent à cœur joie afin de déstabiliser et ébranler les nerfs des trois femmes, mais c’est surtout quand entrera en scène le personnage de Sarah (Maggie Smith, future interprète du Professeur McGonagall dans la saga Harry Potter), la jeune et perspicace infirmière, que le film prendra son envol, notamment parce que l’intrigue passera de la gentille comédie au film de « mystère » : un cadavre apparaît, qui est le coupable ?

Le scénario de Guêpier pour trois abeilles est plutôt bien géré par Mankiewicz, qui, malgré de petites ruptures de rythme et un final tirant en longueur à force d’explications, parvient à capitaliser sur des dialogues rapides et des personnages attachants. Mais derrière le mystère teinté de comédie noire et les dialogues brillants, on pourra noter par ailleurs quelques récurrences thématiques entre Guêpier pour trois abeilles et d’autres films de la carrière de Mankiewicz. Comme souvent, son acteur fétiche Rex Harrison y incarne un personnage cynique, vivant dans le passé et n’ayant finalement que peu d’attaches avec le monde moderne. Comme à son habitude également, le cinéaste joue volontiers avec les codes du cinéma et les attentes du spectateur, tout en développant un questionnement sur les rapports de domination entre les différents personnages, et sur la vérité se cachant derrière les apparences – des thèmes présents dans quasiment tous les films du réalisateur.

Le Blu-ray

[4/5]

Le catalogue Haute-Définition de BQHL Éditions s’enrichit chaque mois de nouveaux titres inattendus et remarquables en Blu-ray, et ces derniers semblent placés sous le signe de la diversité et de l’éclectisme. Disponible à la vente depuis quelques mois, Guêpier pour trois abeilles est une nouvelle preuve de l’amour de l’éditeur pour le cinéma, et les cinéphiles amateurs de la carrière de Joseph L. Mankiewicz pourront se réjouir du joli lifting Haute Définition qui nous est proposé ici, qui permet au film de retrouver quasiment tout l’éclat de sa présentation d’origine. Le film est présenté au format 1.85 respecté, l’image restaurée est de toute beauté : les contrastes sont fins mais affirmés, le grain argentique d’origine a été scrupuleusement préservé et le master semble débarrassé de quasiment tous les dégâts infligés par le temps. Bien sûr, les plans « à effets » (fondus enchaînés, mentions écrites) sont logiquement plus doux et moins définis que les autres, mais l’ensemble est bien tenu : la restauration est de qualité, et le résultat est extrêmement satisfaisant. On regrettera juste un encodage en 1080i, qui réduit la durée du film de 2h12 dans les salles à 2h06 dans notre salon. Côté son, la bande-son est proposée en LPCM Audio 2.0, en VF d’origine et ou en VO, au choix – le choix est d’ailleurs cornélien : la version originale vous permettra de savourer les voix et intonations réelles des acteurs, mais le sous-titrage ne peut pas retranscrire en intégralité leurs échanges, rapides et enlevé. La version française est surannée et pleine de charme. Dans les deux cas, les dialogues sont clairs et bien découpés, et la musique de John Addison est parfaitement mise en valeur.

Du coté des suppléments, on se régalera de la longue présentation du film par Alexandre Clément (47 minutes), qui reviendra sur le film en reprenant les grandes lignes de son intéressant article consacré à Guêpier pour trois abeilles. On notera également la présence au cœur du boitier du Blu-ray d’un livret inédit de 20 pages consacré au film, comme d’habitude rédigé par Marc Toullec, qui fait également preuve d’un grand éclectisme dans les films qu’il aborde. Le film y est brillamment remis dans son contexte de tournage, avec ce que cela implique de redondances par rapport au sujet animé sur le Blu-ray par Alexandre Clément, mais les nombreux entretiens d’archive réunis par Marc Toullec dans le livret lui confèrent réellement une nette valeur ajoutée, à la façon d’un making of rétrospectif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici