Accueil Tags Joseph L. Mankiewicz

Tag: Joseph L. Mankiewicz

La Cinémathèque Française à l’été 2019

0
La saison d'été à la Cinémathèque Française a toujours quelque chose du bilan incomplet. Cette saison tronquée, puisque elle ne dure essentiellement que deux mois, juin et juillet, jusqu'à la fermeture annuelle en août, permet certes de découvrir des cinéastes et des genres de films peut-être trop peu prestigieux pour convenir à l'ambition culturelle de l'illustre institution de la cinéphilie française et internationale.

Critique : Un Américain bien tranquille (Joseph L. Mankiewicz)

0
L'écrivain Graham Greene, grand moralisateur de la littérature anglo-saxonne du 20ème siècle, n'a pas eu beaucoup de chance avec les adaptations au cinéma de son drame à l'exotisme poisseux. Ni cette version-ci de Un Américain bien tranquille, ni celle entreprise par Phillip Noyce en 2002 n'a en effet réellement su nous convaincre.

Test Blu-ray : La maison des étrangers

0
La maison des étrangers arrive à une période très faste de la carrière de Joseph L. Mankiewicz : après avoir remplacé au pied levé un Ernst Lubitsch malade sur le plateau du Château du dragon, le cinéaste, qui s'était pendant de très nombreuses années contenté des postes de scénariste ou producteur, enchaîne maintenant les projets et les longs-métrages en tant que réalisateur : en 1949, soit trois ans après ses premières armes derrière la caméra, La maison des étrangers est déjà son septième film. Si le meilleur de sa carrière est encore à venir (Eve en 1950, La comtesse aux pieds nus en 1954...), il a déjà à cette époque signé quelques classiques en devenir, tels que L'aventure de Mme Muir ou Chaînes conjugales – Mankiewicz était donc déjà un cinéaste à suivre, et ce film de gangsters préfigurant par bien des aspects les grandes « sagas » familiales et criminelles à venir (Le parrain, Les affranchis...) marque un nouveau coup de maître dans sa filmographie...

Test Blu-ray : Le château du dragon

0
S’il est techniquement et esthétiquement parfait, si les plans sont manifestement pensés, travaillés, si les décors – de l’austérité de la ferme familiale de Miranda (Gene Tierney) à la bizarrerie architecturale de Dragonwyck – caractérisent le parcours de l’héroïne, de ses rêves de princesse à la réalité de matrice, si les personnages sont campés avec une bonne authenticité, tout est finalement bien convenu dans l’histoire qui enfile les scènes vues et revues. Le plan d’ouverture sur la campagne, la scène du bal avec la valse qui choque les nobles du cru, la terrasse sur le jardin où Nicholas rejoint Miranda, la découverte de Dragonwyck

Décès de l’actrice hollywoodienne Celeste Holm

0
Décédée le 15 juillet à l'âge de 95 ans, Celeste Holm avait remporté l'Oscar du meilleur second rôle féminin dans Un mur invisible d'Elia Kazan en 1947.

Le Château du dragon

0
Dragonwick fut le 1er film réalisé par Mankiewicz, jusqu'ici scénariste et producteur et qui accepta de remplacer son ami Ernst Lubitsch, malade.