Test Blu-ray : Great White

0
1021

Great White

Australie, États-Unis, Royaume-Uni : 2021
Titre original : –
Réalisation : Martin Wilson
Scénario : Michael Boughen
Acteurs : Katrina Bowden, Aaron Jakubenko, Kimie Tsukakoshi
Éditeur : Wild Side Vidéo
Durée : 1h31
Genre : Horreur
Date de sortie DVD/BR : 9 juin 2021

Un voyage touristique bucolique se transforme rapidement en cauchemar lorsque cinq passagers d’un hydravion se retrouvent coincés avec des requins blancs à des kilomètres du rivage. Dans une tentative désespérée de survie, le groupe essaie de se rendre à terre avant qu’il ne manque de provisions ou qu’il ne soit dévoré par les requins affamés qui se cachent juste sous leurs pieds…

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Le film

[3,5/5]

Depuis Les dents de la mer en 1975, le sous-genre dit du « film de requin » n’est jamais réellement tombé en désuétude. Il faut dire que depuis toujours, les requins exercent une fascination morbide sur l’être humain, peut-être à cause du danger qu’ils représentent ; ne serait-ce que l’année dernière, sur 80 incidents impliquant des morsures de requin, dix blessures ont tout de même entrainé la mort. Ce fascinant prédateur, si parfaitement adapté à son environnement qu’il a à peine changé en un million d’années, est ainsi devenu l’objet de tous les fantasmes cinématographiques.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Great White est donc le dernier représentant du genre à débarquer en France ; il s’agit d’un film australien, réalisé par Martin Wilson, metteur en scène ayant réalisé quelques centaines de spots de pub ces vingt dernières années, et qui saute ici le pas du long-métrage. Et le moins que l’on puisse dire à la découverte de son film, c’est que l’expérience de l’image et des effets spéciaux qu’il a acquise au fil de ses années dans la pub se retrouve complètement à l’image : sa façon de filmer les sublimes paysages de la côte Australienne est une véritable invitation au voyage.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

On retrouve sans doute également l’expérience du format court développé par Martin Wilson dans l’extrême efficacité de son scénario, plus que jamais axé sur l’économie en termes de personnages, de narration et de dialogues. On ne trouvera donc que cinq personnages en tout et pour tout pendant l’essentiel de Great White : ces derniers sont incarnés par Malin Åkerman, Matthew McConaughey, Zhang Ziyi, Edison Chen et Dwayne Johnson. Enfin, pas tout à fait ; mais ils sont quand même presque de la partie, puisqu’ils sont incarnés par leurs sosies respectifs, c’est-à-dire Katrina Bowden, Aaron Jakubenko, Kimie Tsukakoshi, Tim Kano et Te Kohe Tuhaka. L’illusion est – presque – parfaite et ils coutaient beaucoup moins cher.

Katrina Bowden dans le rôle de Malin Åkerman
© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.
Aaron Jakubenko dans le rôle de Matthew McConaughey
© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.
Kimie Tsukakoshi et Tim Kano dans les rôles de Zhang Ziyi et Edison Chen
© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.
Te Kohe Tuhaka dans le rôle de Dwayne Johnson
© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Dans l’ensemble, les effets spéciaux sont également assez remarquables, même si Great White foire vraiment son entrée en matière à ce niveau. En effet, la première apparition du requin (lors de son attaque sur l’hydravion) est pour le moins ratée, mais par la suite, les effets spéciaux s’avèrent beaucoup plus efficaces, contribuant clairement au réalisme et au côté oppressant de l’intrigue. Comme le film de Steven Spielberg, qui reste le mètre-étalon du genre, Great White prendra son temps afin de construire son intrigue, et de placer ses personnages les uns par rapport aux autres.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Mais ce rythme colle parfaitement à l’intrigue du film, dans le sens où les personnages passent également une large partie de leur temps à attendre, dérivant sur un canot de sauvetage et entourés d’une mer à perte de vue. Great White nous propose par ailleurs de nombreux plans sur la mer d’une beauté époustouflante – à la fois apaisants et inquiétants, tout en alternant entre la surface et les profondeurs, au cœur desquelles notre prédateur semble attendre son heure.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Au final, aidé par sa photographie, son économie de moyens et sa courte durée, Great White s’avère plutôt une belle petite réussite dans son genre, d’autant qu’il joue d’une façon assez habile avec les codes du genre, habituellement plutôt tournés du côté de la masculinité. Ici, les seuls personnages censés semblent être les femmes ; ce sont également elles qui prendront les choses en main quand les hommes sont immobilisés par la peur ou des souvenirs du passé. A découvrir.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

Le Blu-ray

[4/5]

Le Blu-ray de Great White édité par Wild Side Vidéo rend pleinement justice à la très belle photo du film signée Tony O’Loughlan. La définition est au taquet, le piqué précis, les couleurs explosives et les noirs admirablement denses et profonds. Le film est naturellement proposé au format et en 1080p, bref c’est du tout bon, on peut applaudir des deux mains l’éditeur. Le son est mixé en DTS-HD Master Audio 5.1 à la fois en VF et en VO, et se révèle particulièrement dynamique (la scène arrière est omniprésente et permet vraiment une immersion parfaite), avec une mention particulière pour les tonitruantes scènes d’avion, ou celles pendant lesquelles le requin fait son apparition. Côté suppléments, l’éditeur nous propose la traditionnelle bande-annonce.

© 2020 GREAT WHITE HOLDINGS PTY LTD. Tous droits réservés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici