Test Blu-ray : Gotham – Saison 5

0
197

– Saison 5

 
 
États-Unis : 2019
Titre original : –
Créé par :
Acteurs : , ,
Éditeur : .
Durée : 9h environ
Genre : Série TV, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 26 février 2020

 

Après une attaque, le chaos règne sur Gotham City, isolée du reste du monde. essaye d’obtenir de l’aide du continent mais en vain. Il doit protéger les habitants de Gotham, devenue une vraie ville cimetière où les vilains font la loi. Mais peut-être devra-t-il faire appel à l’aide de ces derniers pour mener à bien son projet de sauver la ville ?

 


 

La saison

[4/5]

100 épisodes et pas un de plus : Fox a annoncé en 2018 le renouvellement de la série Gotham pour une cinquième et ultime saison, qui ne serait composée que de douze épisodes, afin de terminer en beauté sur un centième épisode qui introduirait le personnage de en costume et terminerait logiquement cet épisode de la vie de Gotham City.

 

 

Dans l’univers de Batman

Pour ceux qui auraient manqué le début, Gotham est une création originale évoluant dans l’univers de Batman qui, depuis des années maintenant, fait pleinement partie de la culture populaire contemporaine. Elle puise ses sources et ses personnages dans les diverses créations antérieures. Tournant autour de Jim Gordon et des flics de Gotham City, on aurait pu penser qu’elle serait une adaptation de la série de comics Gotham Central, mais il n’en est finalement rien, la série se déroulant bien avant la « naissance » de Batman en tant que super-héros. Gotham emprunte certes à Gotham Central (le background de Renée Montoya est directement issu de cette série), mais fait le choix de « mélanger » les inspirations, autant que les époques et les personnages, venant à la fois des comics, mais également des films et des différentes séries animées qui l’ont précédées. Se détachant volontairement de toutes ses influences, Bruno Heller est finalement parvenu à créer une entité à part entière, que les puristes pourront imaginer se dérouler dans un univers parallèle au DC Universe tel qu’on le connaît sur grand écran, n’ayant aucun lien non plus avec le Arrowverse des séries diffusées aux États-Unis par The CW (Arrow, Flash, Supergirl, etc).

Et si le show a forcément connu des hauts et des bas au fil des saisons (ne serait-ce qu’en termes d’audiences, puisqu’il est passé de 6,1 millions de téléspectateurs en moyenne en 2014 à 2,25 en 2019), Gotham fonctionnait au final parfaitement bien tel qu’il était. Évoluant sur un fil ténu, quelque part entre la volonté d’affirmer un environnement et des personnages réalistes tout en ayant recours à une fantaisie constante, le show proposait une tonalité en équilibre précaire, mais qui s’est imposée sur la durée grâce au talent d’une série d’auteurs habitués aux shows TV.

 

 

L’heure du bilan

Après poile-poil 100 épisodes, c’est donc l’heure du bilan pour le spectateur ayant eu la chance de suivre les cinq saisons successives de Gotham : plus que de la naissance de Batman et de la relation père/fils s’étant nouée entre le jeune commissaire Gordon et , on admettra que le show s’avère surtout une très amusante « réimagination » des événements ayant poussé tout un tas de personnages lambda à devenir des « super-méchants ». Cette volonté de donner un background à tous les bad guys de l’univers de Batman rappellera sans doute aux quarantenaires les heures passées à dévorer les numéros « spécial Origines » de Strange, avec la tête de Stan Lee en couverture et le fameux « Stan Lee raconte » sur la machine à écrire (vous la sentez, la madeleine de Proust, là ?). Bon, ici nous sommes chez DC Comics et non chez Marvel, mais vous avez bien compris l’idée : quitte à en faire un peu trop dans le fan service, l’idée était de créer un véritable bestiaire, un défilé de monstres en devenir, qui automatiquement pourra se montrer inégal mais le plus souvent assez réjouissant, d’autant que la série brouille à l’occasion les pistes en n’utilisant pas forcément les noms sous lesquels nous connaissons les différents personnages (Eduardo Dorrance, Jeremiah Valeska, Arthur Penn, Ivy Pepper…).

Sans en dévoiler trop sur ce qui se passe au cours des douze épisodes de cette cinquième saison de Gotham, on pourra vous révéler que le centième épisode propose un « bond » de dix ans dans le temps, afin d’introduire le Chevalier Noir au cœur d’une ville de Gotham livrée à la criminalité et aux bas instincts. C’est également l’occasion de nous montrer un commissaire Gordon fatigué et désireux de passer la main à quelqu’un de plus jeune. La façon dont est amené le personnage de Batman, et sa dualité vis à vis des criminels qui ne sont pas pour lui autre-chose d’un miroir déformant, est très intéressante, de même que ses retrouvailles avec Selina / (maintenant incarnée par Lili Simmons) ou encore l’apparition d’un « Bat-Signal » rudimentaire. Bref, les amateurs de Batman et de ses multiples incarnations à la TV et dans les comics depuis plusieurs dizaines d’années seront ravis : si la série ne s’est pas toujours montrée extrêmement fidèle aux racines du Chevalier Noir telles qu’on les connaît, la série créée par Bruno Heller est tout de même parvenue à retranscrire, au fil de ses cinq saisons, une atmosphère sombre et psychotique à nulle autre pareille. Une jolie façon de mettre un terme à cinq ans passés à contempler la naissance des génies du mal qu’affronterait Batman par la suite. Ce qui, bien sûr, pourrait faire l’objet, 55 ans après la série créée par Lorenzo Semple Jr et William Dozier, d’une nouvelle série « live » autour du Dark Knight.

 

 

Le coffret Blu-ray

[4/5]

Les possesseurs des coffrets consacrés aux saisons précédentes savent tout à fait à quoi s’attendre : comme d’habitude, ce coffret Blu-ray de Gotham – Saison 5 édité par Warner Bros. s’offre un transfert 1080p tout simplement époustouflant, proposant une image toujours maîtrisée malgré les nombreuses scènes nocturnes, doublée d’un piqué à la précision « chirurgicale » comme ils le disent si bien dans Les années Laser. Bref, en deux mots et comme ils ne le disent pas dans Les années Laser, côté image, ce coffret mon frère il arrache la schneck à la harissa, et les fanboys amoureux du Dark Knight et de ses multiples apparences seront assurément aux anges devant le soin technique apporté à l’ensemble. Côté son, la version originale est proposée dans un flamboyant mixage DTS-HD Master Audio 5.1, agressif et dynamique comme il le faut, et déployant des basses absolument tonitruantes, surtout lors des passages d’action bien sûr. La version française proposée en Dolby Digital 2.0 stéréo est naturellement en deçà de sa grande sœur niveau spectacle et intensité, mais s’avère suffisamment dynamique pour flatter les oreilles des (nombreux) amateurs de VF.

En plus des douze épisodes de la série, habilement et mathématiquement répartis sur trois Blu-ray, l’éditeur nous propose, comme à son habitude, une belle brochette de bonus. On trouvera donc une poignée de scènes coupées pour quatre épisodes de la saison (7 minutes), et on enchaînera avec une rétrospective des cinq saisons de la série, intitulée « Gotham : Une mythologie moderne » (16 minutes), qui se complétera d’une featurette intitulée « Le combat final de Gotham » (un combat pour le moins expéditif puisque le sujet dure une minute). Les curieux et les amoureux de l’ambiance des conventions américaines se régaleront des meilleurs moments du panel consacré à Gotham au Comic Con de New York 2018 (21 minutes). On continuera ensuite avec un sujet consacré aux méchants de chez DC Comics (38 minutes), qui délaissera un peu Supergirl pour nous livrer un aperçu de plusieurs méchants estampillés DC Comics, à la TV mais aussi au cinéma et dans les comics. Lex Luthor, Deathstroke, le , Brainiac, le … Ils sont venus, ils sont tous là… Cet intéressante exploration des bad guys made in DC Comics pourra néanmoins rappeler quelque-chose aux fidèles des séries DC : le même bonus était en effet disponible au cœur du coffret Blu-ray de Supergirl – Saison 4 (lire notre article). Dans tous les cas, ce coffret reste une valeur sûre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici