Test Blu-ray : Colossal

0
337

Colossal

 
États-Unis, Espagne, Canada, Corée du Sud : 2016
Titre original : –
Réalisateur : Nacho Vigalondo
Scénario : Nacho Vigalondo
Acteurs : Anne Hathaway, Jason Sudeikis, Austin Stowell
Éditeur : TF1 Vidéo
Durée : 1h49
Genre : Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 3 octobre 2017

 

 

Gloria, la trentaine, découvre qu’elle a la capacité de contrôler mentalement une créature titanesque qui terrorise la Corée. Afin d’empêcher toutes nouvelles destructions, Gloria doit déterminer pourquoi son insignifiante existence a un impact si colossal sur le monde…

 

 

Le film

[4/5]

Révélé en 2007 par le sublime Timecrimes (Los cronocrímenes) qui nous indiquait clairement qu’il était un cinéaste dont la carrière à venir serait à suivre de très près, Nacho Vigalondo n’a malheureusement pas connu par la suite la reconnaissance (voire la gloire) qu’il aurait mérité. Pire encore, en France, aucun de ses films n’est à ce jour sorti dans les salles obscures : Timecrimes est sorti en DVD en 2009, son deuxième film Extraterrestre est toujours inédit en vidéo (mais régulièrement dispo en VOD sur Canalsat), son troisième film Open windows (le premier réalisé aux États-Unis) est directement sorti en Blu-ray / DVD chez Wild Side, tandis que son quatrième long-métrage, le Colossal qui nous intéresse aujourd’hui, n’a eu droit qu’à une sortie en e-cinema, format relativement nouveau censé être une espèce de VOD améliorée, proposant des films inédits en avant-première quelques mois avant leur sortie en vidéo domestique.

A une époque où les films sont autant de produits que l’on doit vendre et « pitcher » en une phrase d’accroche destinée à ferrer immédiatement le public, on comprend néanmoins que pas le moindre distributeur en France n’ait osé se lancer dans l’aventure Colossal qui, en l’état, s’avère un objet filmique inclassable, dont le ton est par exemple absolument impossible à « résumer » au cœur d’une bande-annonce de trois minutes. Curieux mélange de « film de monstre » et de comédie indé suivant une jeune femme paumée rencontrant d’autres « solitudes » à la dérive sur fond d’alcool et de manque d’affection, Colossal mélange les tons autant que les genres, se trouvant cependant un rythme curieusement équilibré jusqu’à un nouveau revirement à mi-métrage le faisant s’engager dans une nouvelle direction, plus noire et pour le moins surprenante pour le spectateur.

On le sait cependant bien depuis Timecrimes : Nacho Vigalondo est un cinéaste chez qui tout peut arriver, et cette facilité avec laquelle il navigue entre les genres sans jamais réellement se « fixer » dans aucun d’entre eux fera finalement tout le sel de Colossal, qui s’impose comme un film vraiment unique, à la fois absurde et profond, imprévisible, malin et faussement léger. Un OVNI à découvrir.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Côté Blu-ray, la sublime photo du film signée Eric Kress (Les enquêtes du Département V) est réellement magnifiée par un transfert aux petits oignons signé TF1 Vidéo : le master affiche une forme insolente, le piqué et le niveau de détail sont très satisfaisants, tout est fait pour que l’on s’extasie des séquences d’apparitions du monstre comme sur le reste du film. Niveau son, comme d’habitude chez l’éditeur, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 redoutablement spatialisés : l’immersion est totale, les effets sont dynamiques et nombreux, et le rendu acoustique affiche une ampleur assez impressionnante. On privilégiera naturellement la VO, ne serait-ce que pour apprécier à sa juste valeur la performance générale du casting – et surtout de l’étonnant Jason Sudeikis ici utilisé à contre-emploi.

Dans la section suppléments, le Blu-ray édité par TF1 Vidéo nous propose de découvrir une petite featurette qui fera office de court making of promotionnel revenant sur l’étrangeté du scénario et comment les acteurs ont réagi en le découvrant. Amusant !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici