Test Blu-ray 4K Ultra HD : Pitch Black

0
1362

Pitch Black

États-Unis : 2000
Titre original : –
Réalisation : David Twohy
Scénario : Jim Wheat, Ken Wheat, David Twohy
Acteurs : Vin Diesel, Cole Hauser, Radha Mitchell
Éditeur : L’Atelier d’Images
Durée : 1h51
Genre : Science-fiction
Date de sortie cinéma : 19 juillet 2000
Date de sortie BR/4K : 20 décembre 2022

Lorsqu’un vaisseau spatial est percuté par une météorite et s’écrase sur une planète inconnue, seuls quelques passagers survivent. Les membres de ce petit équipage hétéroclite découvrent rapidement que le temps leur est compté : une très longue éclipse est sur le point de plonger la planète dans l’obscurité la plus totale, laissant place par la même occasion à de sanguinaires créatures nocturnes. Alors que le décompte des morts augmente, ils sont forcés de se tourner vers Riddick, tueur sauvage évadé de prison, pour les guider à travers les ténèbres…

Le film

[4/5]

« Le cinéma est avant tout une histoire d’idées, de passion et de maîtrise plus que de gros sous. Avec Pitch Black, David Twohy nous prouve qu’avec seulement 23 millions de dollars et un tournage expédié en deux mois dans le désert Australien de Coober Pedy, on peut faire une série B de bonne qualité. (…)

Le film est dynamique de bout en bout, et la réalisation est le facteur principal de cette réussite. Pitch Black est découpé en deux parties. Sur cette planète inconnue où notre petit groupe de rescapés va tenter de survivre, deux cycles vont se suivre : le jour, où les personnages vont apprendre à se connaître, et se juger les uns les autres, et l’obscurité la plus totale, au cœur de laquelle les masques vont tomber et révéler la vraie nature de chacun.

Les effets spéciaux lors de la scène du crash n’ont franchement rien d’excitant ou de bluffant, mais ce n’est en rien un point déterminant dans notre appréciation globale du film. Il convient de ne pas juger une œuvre de science-fiction à la qualité des moyens techniques mis en œuvre, sinon une nullité infâme comme Skyline serait un chef-d’œuvre. Entendons-nous bien là-dessus : Pitch Black est avant tout une œuvre construite sur de bonnes idées. David Twohy y démontre sa maîtrise des codes du genre, mais se révèle également assez habile du côté de la composition des plans et de l’image en général.

La première phase de jour est d’une véritable beauté singulière, David Twohy utilisant des filtres jaunes et bleus en particulier et saturant l’image lui conférant un style et une atmosphère particulière. Certains plans et séquences du film sont franchement magnifiques, la photographie de David Eggby (Mad Max) est absolument remarquable. La planète parait lourde et étouffante, la présence du Soleil pesant sur les personnages mais se révélant être leur bouée de sauvetage. On découvre petit à petit qui ils sont, et l’action ne tarde pas à se mettre en place – très peu de temps morts et quasiment aucun passage inutile sont à signaler.

Évidemment, le principe du petit groupe de personne luttant pour sa survie face à d’horribles créatures est un peu vu et revu, mais se distingue particulièrement ici. La nuit tombant et le danger s’intensifiant, les caractères de certains vont prendre le dessus, nous montrant les multiples facettes de la nature humaine. Du complot pour sacrifier certains des membres, au mensonge mettant en danger l’ensemble du groupe mais assurant sa survie, l’ensemble des protagonistes est doté d’une réelle personnalité. L’ensemble est homogène et franchement intéressant. En misant sur cet aspect plus que sur une surenchère visuelle, David Twohy donne un crédit certain à son œuvre. Le groupe évolue par ses interactions, mais chaque personnage change également peu à peu de manière individuelle.

L’écriture des personnages est d’autant plus de qualité que le personnage de Riddick apparait aux antithèses de ce à quoi on l’attend. Vin Diesel pour son premier rôle est parfait dans la peau de l’antihéros charismatique, doté d’un humour noir savamment dosé et d’une intelligence animale. Au lieu de nous servir un héros sans finesse et répondant aux clichés du genre, il est au final aux antipodes de cela. On dit qu’un film est réussi si son « méchant » est réussi, en voici la preuve. Le reste de la distribution est plutôt homogène, chacun s’en tire plutôt bien, notamment Radha Mitchell qui est très convaincante, et son duo avec Vin Diesel fonctionne bien. »

Extrait de la critique de notre rédacteur Jean-Michel Berlamont. Découvrez-en l’intégralité en cliquant sur ce lien !

Le coffret Blu-ray 4K Ultra HD

[5/5]

Ayant tout à la fois révélé Vin Diesel et David Twohy (même si les amateurs de science-fiction avaient déjà noté son nom depuis l’excellent The Arrival avec Charlie Sheen), Pitch Black est donc récemment arrivé en France au format Blu-ray 4K Ultra HD, grâce aux efforts de L’Atelier d’Images. On notera dans un premier temps que le film de David Twohy nous est ici proposé dans sa version « Cinéma » (1h48) ainsi que dans sa version « Director’s Cut » (1h51) : cette dernière ne sera pas une découverte pour les détenteurs de l’édition Blu-ray américaine – non zonée – du film disponible depuis presque quinze ans, mais la version réalisateur restait jusqu’ici inédite en France, et on ne peut que saluer L’Atelier d’Images de la proposer aux consommateur français.

Cependant, la vraie révolution avec cette édition 4K de Pitch Black, c’est bien le fait que l’on puisse enfin voir le film de David Twohy en Ultra Haute-Définition – une vraie redécouverte pour ceux qui, jusqu’ici, avaient pu trouver que l’excellente réputation de Pitch Black était un peu surcotée. Même ceux qui, à l’image de l’auteur de ces lignes, avaient découvert le film au cinéma ne pourront imaginer à quel point ce scan 4K défonce tout sur son passage. L’amélioration du niveau de détail, la précision des couleurs et surtout des noirs (ici clairement mises en évidence grâce à la technologie HDR-10) explosent de façon franche et spectaculaire dès les premières minutes du film. Les séquences en sépia prennent une nouvelle teinte orange évocatrice, les images bleues du désert prennent un éclat supplémentaire, et l’ensemble bénéficie d’une amélioration générale qui s’avère véritablement bluffante. Du côté des pistes son, la (très bonne) version française est proposée dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 extrêmement efficace, riche en effets de spatialisation en tous genre. Un poil plus ample et plus fine, la version originale – également mixée en DTS-HD Master Audio 5.1 – nous propose une immersion encore un peu plus mémorable. Du travail d’orfèvre.

Du côté des suppléments, aucun bonus n’est disponible sur le Blu-ray 4K Ultra HD du film, mis à part un « espace découverte » dédié à d’autres sorties récentes de L’Atelier d’Images. Le Blu-ray du film contenant la version « Cinéma » de Pitch Black reprend l’essentiel des suppléments disponibles depuis un peu plus de vingt ans sur les différentes éditions vidéo de Pitch Black estampillées Universal Pictures. On commencera donc avec le commentaire audio de Vin Diesel, Cole Hauser et David Twohy, on continuera avec le commentaire audio de David Twohy, Tom Engelman et Peter Chiang et on se replongera (ou pas) dans les sympathiques bonus Universal, upscalés pour l’occasion : une courte introduction de David Twohy (2 minutes), deux featurettes revenant brièvement sur le tournage (9 minutes en tout), le journal animé de Johns le chasseur de primes (6 minutes), l’encyclopédie visuelle du film présentée par Cole Hauser (2 minutes), un micro-sujet consacré au film d’animation Dark Fury (2 minutes), un sujet surréaliste sur une soirée promotionnelle en forme de « Rave Party » organisée pour la sortie du film (avec Carl Cox et Nigel Richards aux platines – 21 minutes) et un petit sujet consacré au (bon) jeu vidéo « The Chronicles of Riddick : Escape from Butcher Bay » sur Xbox (2 minutes). On terminera avec une poignée de bandes-annonces. Malheureusement, le court-métrage Dark Fury, qui fait le lien entre Pitch Black et Les Chroniques de Riddick n’est pas disponible.

Le Blu-ray du film contenant la version « Director’s Cut » de Pitch Black contient d’avantage de surprises et de modules inédits. Outre une présentation du film par Julien Dupuy (35 minutes), qui s’accompagne d’une analyse de la séquence d’ouverture (12 minutes), qui sont exclusives à cette édition française, on trouvera donc ici de nombreux trésors tirés de l’édition britannique sortie chez Arrow en 2020. On se régalera donc tout d’abord d’un entretien avec David Twohy (24 minutes), qui évoquera son amour pour les films de science-fiction et reviendra sur la façon dont il est entré dans l’industrie Hollywoodienne. Il reviendra également sur son processus d’écriture, puis évoquera le tournage en Australie, le casting du film, certains des défis qu’il a dû relever pendant le tournage, notamment avec le studio. Place aux actrices ensuite avec un entretien avec Rhiana Griffith (12 minutes) ainsi qu’avec un entretien avec Claudia Black (7 minutes), qui évoqueront toutes deux leurs souvenirs du film. Les dernières interviews seront plus techniques puisqu’il s’agit d’un entretien avec Peter Chiang, superviseur des effets spéciaux (13 minutes), d’un entretien avec David Eggby, directeur photo (11 minutes) et d’un entretien avec Graeme Revell, compositeur (11 minutes). On notera également que le Combo Blu-ray 4K Ultra HD + 2 Blu-ray de Pitch Black édité par L’Atelier d’Images est présenté dans un superbe Steelbook aux couleurs du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici