Test Blu-ray 4K Ultra HD : Alienoid – Les Protecteurs du futur

0
485

Alienoid – Les Protecteurs du futur

Corée du Sud : 2022
Titre original : Oegye+in 1bu
Réalisation : Choi Dong-hoon
Scénario : Choi Dong-hoon, Lee Gi-cheol
Acteurs : Ryu Jun-yeol, Kim Woo-bin, Kim Tae-ri
Éditeur : 20th Century Studios
Durée : 2h23
Genre : Science-Fiction
Date de sortie 4K : 29 février 2024

Depuis des millénaires, des Aliens prennent possession de corps humains, tapis dans l’ombre en attendant leur heure. Afin d’anéantir cette menace, un Gardien envoyé du futur traque sans relâche ces envahisseurs. Mais lorsque les Aliens lancent l’assaut sur Séoul, il comprend qu’il ne pourra pas les arrêter seul. Des siècles plus tôt, une mystérieuse élue capable de dompter la foudre parcourt le pays à la recherche de l’Alien originel. Des quêtes parallèles de ces deux Voyageurs du Temps dépendra le salut de l’Humanité…

Le film

[3/5]

S’il n’est pas encore considéré, de notre côté du globe, comme l’un des cinéastes les plus intéressants en provenance de Corée du Sud, le nom de Choi Dong-hoon ne vous est peut-être pas tout à fait inconnu pour autant. Il s’agit en effet du scénariste/réalisateur du très savoureux The Big Swindle, que l’on avait découvert en France en 2009 grâce à la collection Asian Star dirigée par l’excellent Jean-Pierre Dionnet, mais dans une édition malheureusement recadrée en 1.85. Si ses films suivants n’ont pas forcément été très remarqués chez nous, Choi Dong-hoon a tout de même remporté une poignée de succès commerciaux dans son pays d’origine, avec des films tels que Tazza: The High Rollers (2006, 7 millions d’entrées), Woochi, le magicien des temps modernes (2009, 6 millions d’entrées), Les Braqueurs (2012, 13 millions d’entrées) et Assassination (2015, 12,7 millions d’entrées).

Alienoid – Les Protecteurs du futur est sans conteste son projet le plus ambitieux à ce jour. Il s’agit de la première partie d’un film de science-fiction divisé en deux longs-métrages – le tournage des deux parties s’est déroulé d’une traite, et s’est étalé sur treize mois. Sorti durant l’été 2022, le premier film du diptyque a dépassé le million de spectateurs en Corée du Sud en l’espace d’une semaine, pour finalement terminer sa carrière à 1,5 millions d’entrées. Cependant, en raison du coût très élevé de la production, Alienoid – Les Protecteurs du futur aurait nécessité de réunir 7 millions de spectateurs dans les salles sud-coréennes pour franchir son seuil de rentabilité, et s’avère donc un cuisant revers pour Choi Dong-hoon. La suite du film, sortie en janvier 2024, a enregistré 1,4 millions d’entrées. On espère que les ventes à l’international permettront au film de trouver son public !

En France, Alienoid – Les Protecteurs du futur est donc sorti directement en vidéo il y a quelques jours, après une présentation au festival du film coréen à Paris en 2022. Le film commence comme un film d’Arts Martiaux en costumes, mais on verra très rapidement débarquer un SUV contemporain et des robots chasseurs d’aliens. Arts martiaux, science-fiction, fantastique, comédie, Alienoid – Les Protecteurs du futur pratique allègrement le mélange des genres, et tend vaguement à partir dans tous les sens, mais dans une ambiance bon enfant : le film de Choi Dong-hoon est en effet plutôt orienté famille / enfants, et l’humour occupera une place importance durant tout le film.

Dans sa partie contemporaine, Alienoid – Les Protecteurs du futur nous invite à rencontrer Guard et Thunder, deux espèces de chasseurs de primes cosmiques, dont le but semble être de surveiller la galaxie et la prévenir des dangers que représentent des prisonniers extraterrestres en cavale, ces derniers étant naturellement assez désireux de trouver des hôtes humains pour on ne sait trop quelle raison. Guard est interprété par Kim Woo-bin (vu dans Black Knight, la série coréenne post-nuke de Netflix), tandis que Thunder est un robot, qui prendra tantôt l’apparence d’une voiture, tantôt l’apparence de Kim Woo-bin, et tantôt l’apparence d’un robot volant ressemblant un peu à Eve, la copine de Wall-E. Dans les premières minutes du film, Guard et Thunder seront confrontés à un alien au quatorzième siècle, et ramènent un bébé à travers le temps jusqu’au 21ème siècle, qu’ils vont s’efforcer d’élever.

Quelques années plus tard, ce bébé est devenu une petite fille nommée Ean (Choi Yoo-Ri). Cette dernière a la conviction que son père est un extraterrestre, doté d’un dispositif d’intelligence artificielle nommé Thunder. Par ailleurs, la narration d’Alienoid – Les Protecteurs du futur fait des allers-retours entre l’époque contemporaine et la Corée de la dynastie Goryeo, où l’on suivra Murek (Ryu Jun-Yeol), un magicien taoïste à la recherche d’une lame mystique, et secondé dans sa quête par ses deux acolytes, qui se trouvent en réalité être des chats prisonniers de son éventail magique. Il y a un certain nombre d’autres personnages dans cette période, y compris deux sorciers nommés Madame Black (Yum Jung-Ah) et Monsieur Blue (Jo Woo-Jin), ainsi qu’une jeune femme supposée mystérieuse (Kim Tae-ri) qui a la particularité de posséder une arme moderne.

Si l’on considère qu’Alienoid – Les Protecteurs du futur implique plusieurs niveaux de voyages dans le temps, il ne sera pas trop difficile pour le spectateur de comprendre qui est cette femme, mais qu’à cela ne tienne : cela n’enlèvera rien au charme de ce délire de science-fiction chaotique mais créatif, qui nous offre un extraordinaire tour de montagnes russes pendant deux heures et demie. Les effets spéciaux sont excellents, le film est riche en séquences d’action convaincantes, les personnages sont intrigants et l’humour fonctionne plutôt bien, même si le fait de se balader entre les différentes lignes temporelles peut parfois s’avérer un peu difficile à suivre. Pour autant, Alienoid – Les Protecteurs du futur devrait plaire aux amateurs de curiosités dans la façon dont Choi Dong-hoon parvient à combiner de façon habile le film d’action en costumes et la science-fiction futuriste.

Le Blu-ray 4K Ultra HD

[4/5]

Et de deux ! Après Vesper Chronicles, sorti en décembre 2022, Alienoid – Les Protecteurs du futur est le deuxième film à sortir au format Blu-ray 4K Ultra HD chez Condor Entertainment. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le film de Choi Dong-hoon explose littéralement sur support Blu-ray 4K Ultra HD, et trouve sa véritable raison d’être : celle de nous en mettre vraiment – mais alors vraiment – plein les mirettes. Condor a mis tous les curseurs au-delà du taquet, et le transfert HDR 2160p du film ne pourra en aucun cas vous décevoir : les multiples détails de l’image apparaissent dans leur plus grande netteté, et les textures sont d’une finesse absolument incroyable. Le niveau de détail est excellent, à la fois pour les séquences tournées au 14ème siècle, mais aussi dans l’atmosphère épurée et ultramoderne donnée aux scènes contemporaines. Les images de synthèse sont très réussies et s’il y a parfois de très légères baisses de définition dans les détails des ombres, l’ensemble affiche une classe et une netteté époustouflantes. Du beau travail.

Côté son, le Blu-ray 4K Ultra HD d’Alienoid – Les Protecteurs du futur nous propose de nous plonger dans deux mixages réellement impressionnants : la VO nous est proposée en Dolby Atmos (avec un « core » Dolby TrueHD 7.1), et le rendu acoustique sera pour le moins « vrombissant », en totale adéquation avec les scènes de chaos qui se déroulent à l’écran : l’immersion est totale, et le rendu acoustique pour le moins enveloppant dans son genre. Le caisson de basse ne débande jamais, les dialogues sont clairs et toujours parfaitement placés, les effets arrière / latéraux sont dynamiques, y’en a littéralement partout, en haut, en bas, bref c’est du lourd. La VF est quant à elle mixée dans un impressionnant DTS-HD Master Audio 5.1, qui restitue parfaitement l’ambiance acoustique explosive du film. La spatialisation est puissante et volontiers cartoonesque, et imposant une belle intensité, avec des surrounds omniprésents et des effets d’ambiance délirants : un concentré de plaisir acoustique et d’action, du début à la fin du film. Les dialogues sont par ailleurs clairs et toujours parfaitement bien placés.

Du côté des suppléments, en dépit de la nature assez pharaonique de la production, on ne trouvera que deux courtes featurettes qui feront office de making of (7 minutes): Choi Dong-hoon, les acteurs et l’équipe technique y reviendront sur l’ambition de ce film en deux parties, et sur les différents défis que représentait le tournage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici