Account Suspended
Account Suspended
This Account has been suspended.
Contact your hosting provider for more information.
DVD — 14 janvier 2019
Test Blu-ray : 22 miles

 
États-Unis : 2018
Titre original :
Réalisation :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h34
Genre : Thriller, Action
Date de sortie cinéma : 29 août 2018
Date de sortie DVD/BR : 2 janvier 2019

 

Un officier d’élite du renseignement américain tente d’exfiltrer un policier qui détient des informations compromettantes. Ils vont être traqués par une armée d’assassins tout au long des 22 miles les séparant de l’avion qui leur permettra de quitter le pays…

 

 

Le film

[4,5/5]

Il aura fallu du temps pour que l’on se mette, enfin, à prendre la carrière de cinéaste de Peter Berg au sérieux. Néanmoins, les plus sceptiques auront tout de même fini par rendre les armes en 2016, avec la découverte du formidable , au cœur duquel le cinéaste déployait une maestria technique et narrative telle qu’il est parvenu, sur un sujet pourtant sensible, à mettre à l’amende des cinéastes chevronnés s’étant frotté à des thématiques similaires (on pense notamment à Clint Eastwood et son 15h17 pour Paris).

Deux ans après ce coup de maître, Berg retrouve à nouveau son acteur fétiche Mark Wahlberg pour 22 miles : thriller en mode cynique et paranoïaque, le film se pose en lointain cousin de films tels qu’Ennemi d’état (Tony Scott, 1998) ou Arlington Road (Mark Pellington, 1999). Déboulant sur un rythme particulièrement trépidant, alternant avec une belle régularité des séquences d’action très impressionnantes et vraiment différentes les unes des autres, 22 miles permet à Peter Berg de renouer avec le film d’action décomplexé, quinze ans après l’excellent Bienvenue dans la Jungle. Pour se forger une réelle identité au sein de la masse de thrillers d’espionnage basés sur les nouvelles technologies qui inondent nos écrans depuis le succès de la franchise Jason Bourne, Peter Berg a la très bonne idée de faire appel à l’acteur indonésien Iko Uwais, héros du diptyque The raid, qui mettra au point avec son équipe ses cascades et ses chorégraphies martiales. En résulte au final une petite bombe de film d’action, bourrin et subversif en diable (le scénario de Lea Carpenter est vraiment beaucoup plus fin qu’il n’en a l’air), permettant à Uwais de débarquer à Hollywood sans y perdre son âme (remember Jackie Chan ?). On espère qu’il ne s’agira là que d’une première étape vers une reconnaissance internationale, mais même s’il s’arrêtait là, l’acteur aurait au moins le mérite d’avoir joué dans un des tous meilleurs actioners américains de ces dernières années.

On notera par ailleurs que les deux derniers films de Peter Berg partagent une caractéristique assez curieuse : tout comme dans le cas de Traque à Boston donc, le succès de 22 miles aux États-Unis fut en demi-teinte (36 millions de dollars), mais le film rentabiliserait finalement son budget de 50 millions grâce aux recettes cumulées dans le reste du monde (30 millions de dollars).

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Avec la sortie sur support Blu-ray de 22 miles, Metropolitan Vidéo ne déroge pas à ses excellentes et a véritablement soigné sa copie numérique en offrant au film de Peter Berg une galette Haute Définition absolument splendide. Définition, piqué, profondeur de champ, couleurs, tout est superbe : le film est récent, le master impeccable, et la photo de Jacques Jouffret (qui officiait sur les trois premiers American nightmare) est vraiment taillée pour la haute définition. Côté son, VF et VO sont encodées en DTS-HD Master Audio 7.1, et profitent d’une spatialisation très dynamique, en particulier sur les scènes d’action multipliant les points de vue, qui proposent des mixages immersifs, puissants et d’un dynamisme sans faille. Autant dire que quand ça défouraille, cela n’y va pas de main morte : pieds, poings, flingues, ça explose dans tous les coins du 7.1 : vous allez réveiller les voisins, mais qu’ils viennent se plaindre, tiens ! On leur pète la gueule en mode Iko Uwais ! Lors des séquences les plus calmes, telles que l’interrogatoire de Mark Wahlberg qui rythme la narration du film, le tout s’avère clair et sans bavure.

Côté suppléments, outre les traditionnelles bandes-annonces éditeur, on trouvera un mini making of d’une durée d’un peu moins d’un quart d’heure, présenté sous la forme d’une série de six featurettes promo. Les plus intéressantes concernent évidemment la personnalité d’Iko Uwais, ainsi que la préparation des scènes de combat, qu’il avait déjà tourné sous forme de répétitions filmées avec son équipe : un « work in progress » que l’on aurait vraiment aimé découvrir en intégralité. On notera également la présence d’un petit sujet sur les femmes « badass » du film, Lauren Cohan et Ronda Rousey. On aurait cependant aimé en apprendre un peu plus sur les deux femmes de l’équipe de Bishop (John Malkovich), à savoir Chae-rin Lee, alias CL, rapeuse sud-coréenne, et Jenique Hendrix, dont le prénom sera probablement vu comme une promesse de carrière prometteuse pour tous les producteurs francophones à travers le monde. La featurette la plus longue du lot reviendra sur le tournage du film à Bogota, et sur la visite de Juan Manuel Santos, président de la Colombie à l’époque du tournage, qui semble avoir pris le temps d’un plan ou deux le rôle de cameraman.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles