Accueil Tags Les Raisins de la colère

Tag: Les Raisins de la colère

Critique : Le Capital au XXIe siècle

0
Le nouveau monde, après l'épidémie planétaire du coronavirus, sera-t-il réellement différent ? Ou bien, les mêmes structures du pouvoir et de la répartition des richesses, en vigueur depuis des siècles, n'en sortiront-elles que renforcées ? Le documentaire Le Capital au XXIe siècle de Justin Pemberton et Thomas Piketty ne dispose bien sûr d'aucune boule de cristal magique, en mesure de prédire l'avenir.

Les sorties du 23 janvier 2019

0
Du choix, du choix et encore du choix ! Le programme de cette semaine de fin janvier est d'autant plus alléchant que la météo hivernale qui couvre la France d'un voile blanc donne envie de s'installer dans une salle de cinéma convenablement chauffée, à condition d'avoir le courage de sortir de chez soi, bien entendu.

De retour en salles au mois de janvier 2019

0
On prend les mêmes et on recommence. C'est ainsi que l'on pourrait résumer, de façon quelque peu expéditive, le programme des ressorties en salles au mois de janvier 2019. Bien que ce dernier dispose de pas moins de cinq mercredis et donc d'autant d'occasions de faire découvrir ou redécouvrir les trésors du cinéma d'antan, seule une quinzaine de films ont l'honneur d'un retour sous forme restaurée, voire un tout petit peu moins, puisqu'on hésite tout de même à comptabiliser la troisième ressortie en trois ans de La Ligne rouge de Terrence Malick, aussi magistrale cette épopée de guerre soit-elle.

Les sorties du 20 avril 2016

2
Après le programme très faiblard de la semaine passée, les sorties cinéma reprennent des couleurs ce mercredi, grâce à un nombre confortable de films prometteurs. Notre trio de tête personnel se compose du retour de deux auteurs émérites et d’un film asiatique au charme poisseux.

Critique : La Route du tabac

0
Les Raisins de la colère figure parmi les œuvres phares de la filmographie de John Ford. D’une humanité brute et forte qui a tendance à nous fendre le cœur, ce chef-d’œuvre est souvent cité comme l’un des meilleurs et des plus connus films du maître, en dehors de son genre de prédilection, le western. Sensiblement plus obscure, cette adaptation d’une pièce de théâtre, qui battait alors des records de longévité sur les scènes américaines, faisait pratiquement au même moment incursion dans le même milieu social, quoique sur un ton méchamment irrévérencieux. Le résultat est si jubilatoire, qu’il risque même d’ébranler notre admiration sans bornes pour l’épopée solennelle des déracinés de John Steinbeck.