Accueil Tags Grégoire Ludig

Tag: Grégoire Ludig

Test Blu-ray : Visitors – Saison 1

0
Quelques années après la fin de Hero Corp (2008-2017), Simon Astier est revenu sur les écrans au printemps 2022 avec Visitors, qui se trouve également être la toute première série française produite spécifiquement pour la chaîne Warner TV.

Test Blu-ray : Les Vedettes

0
Malheureusement, Les Vedettes ne réitérerait pas les exploits au box-office de La Folle histoire de Max et Léon : avec seulement 350.000 entrées en France, le nouveau film du Palmashow semble cette fois avoir raté sa cible. Et pourtant...

Test Blu-ray : Adieu les cons

0
Malmené par la pandémie de Covid-19, Adieu les cons n’aura pu rencontrer son public en salles que de façon morcelée, mais au final, ce seront quand même près de deux millions de français qui se seront plongés dans le film d'Albert Dupontel.

La Roche-sur-Yon 2020 : Mandibules

0
Quel délire filmique peut-on encore attendre de la part d'un réalisateur, qui avait fait d'un pneu tueur en série le protagoniste de l'un de ses premiers films ? Quentin Dupieux est indiscutablement un auteur à part dans le cinéma français.

César 2019 : 34 jeunes espoirs en lice

0
Qui succédera l'année prochaine à Camélia Jordana (Le Brio) et à Nahuel Pérez Biscayart (120 battements par minute) ? Et qui pourra au moins y prétendre à l'image de Laetitia Dosch, Garance Marillier, Finnegan Oldfield et Pablo Pauly parmi d'autres lors de la cérémonie des César en février dernier ?

Test Blu-ray : Santa & Cie

0
La France aime Alain Chabat, et a réservé un bel accueil public à Santa & Cie : malgré une date de sortie périlleuse et une promo un poil trop discrète, le film est quand même parvenu à réunir presque deux millions de français dans les salles.

Test DVD : Maman a tort

0
Derrière une affiche et titre évoquant fortement une certaine tradition de la comédie familiale à la française, Maman a tort cache en réalité un film fort différent de ce à quoi le spectateur pouvait s’attendre. En effet, le film de Marc Fitoussi se révèle en fait un film de « coming of age » d’un genre assez nouveau : l’évolution vers l’autonomie et la maturité de l’héroïne du film, Anouk, va passer non pas par la découverte de l’amour et de la sexualité mais par l’amère prise de conscience des affres du monde capitaliste, qui se fera par le biais d’une impitoyable plongée dans les basses manœuvres d’une société d’assurance véreuse à l’occasion d’un stage d’observation dans l’entreprise de sa mère.