Accueil Tags André Marcon

Tag: André Marcon

Critique express : Une jeune fille qui va bien

0
On l'aime bien Sandrine Kiberlain, cette comédienne au jeu toujours juste, mais pas au point d'hésiter à affirmer que son premier long métrage en tant que réalisatrice, quand bien même il a été présenté à Cannes 2021 dans le cadre de la Semaine de la Critique, n'est pas à la hauteur des espérances qu'a priori, on pouvait avoir. Non que le film soit mauvais, ni même médiocre, on peut même dire qu'il se voit avec un certain plaisir, MAIS ... il est simplement à côté de la plaque !

Test Blu-ray : Un homme idéal

1
Un homme idéal est un film imparfait mais intéressant. Le film commence de façon vraiment très immersive pour le spectateur, avec son histoire de plagiat et les conséquences que celui-ci peut avoir sur le héros et son travail. Peur de se lancer, peur de ne pas réussir, désir de briller dans la peau d'un autre et en cachant sa personnalité réelle, le personnage campé par Pierre Niney vit dans l'angoisse. Quand son plagiat est découvert, la panique prend le dessus, et l'homme déraille. Passionnant, le premier acte du film de Yann Gozlan parvient sans peine à happer le spectateur, rappelant le chef d'œuvre méconnu de Bernard Rapp intitulé Tiré à part.

Critique : Un homme idéal

3
En cette fin de mars, avec Big Eyes et Un homme idéal, les imposteurs du monde artistique battent décidément leur plein. Et la sortie du film de Yann Gozlan la semaine où l'un des auteurs les plus acclamés de la rentrée littéraire (Eric Reinhardt) est justement accusé d'atteinte à la vie privée et de contrefaçon pour son roman (L'Amour et les Forêts) tombe vraiment à pic pour compléter le tableau. Un homme idéal porte à l'écran un parfait imposteur du monde des lettres. Cet imposteur, c'est Pierre Niney qui l'interprète, celui-là même dont on avait reconnu le talent pour incarner un génie de la mode (authentique, celui-ci) dans le Yves Saint Laurent de Jalil Lespert. Dans Un homme idéal, on dirait plutôt de Pierre Niney qu'il se glisse dans la peau de caméléon d'un homme qui, se donnant pour un écrivain talentueux, accomplit lui-même une performance d'acteur.

Les garçons et Guillaume, à table !

0
Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus…