Rétrospective Harmony Korine au Centre Pompidou en octobre 2017

0
616

Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, le Centre Pompidou rendra hommage au réalisateur américain Harmony Korine à partir de la semaine prochaine. Pendant un mois, du vendredi 6 octobre au dimanche 5 novembre, l’illustre institution dédiée à l’art moderne projettera les cinq longs-métrages de Korine, ses courts-métrages, ses clips vidéos et ses publicités, ainsi qu’une carte blanche de cinq films ayant inspiré son œuvre. Le réalisateur sera présent à Paris pendant un long week-end, lors de sept séances entre le 6 et le 9 octobre. Cette manifestation d’exception sur le travail d’un cinéaste, que son confrère et acteur occasionnel Werner Herzog appelle « l’avenir du cinéma américain », sera complétée par l’édition d’un livre et une exposition dans l’espace du Forum -1 de ses tableaux et photos, regroupés sous des titres aussi évocateurs que « Skater kid », « Amérique des marges » et « Malade de pornographie ». Un avant-goût de la rétrospective vient d’être présenté au Festival International du Film Grolandais de Toulouse.

C’est la rencontre avec le photographe Larry Clark qui lance Harmony Korine (*1973) dans l’industrie du cinéma américain indépendant. Il écrit en 1995 le scénario du premier film de Clark, Kids, et occupera le même poste pour Ken Park sept ans plus tard. Entre-temps, il était lui même passé à la réalisation grâce à Gummo en 1997, suivi deux ans plus tard par Julien Donkey-Boy. En 2007, son troisième film Mister Lonely, avec Diego Luna et Samantha Morton, s’éloigne tant soit peu du style expérimental qui avait marqué ses débuts, tout en restant fidèle d’un point de vue thématique aux personnages marginaux. Ses deux derniers films à ce jour n’ont cependant pas cessé de provoquer leur public respectif, confidentiel dans le cas de Trash humpers, et presque large dans celui de Spring breakers avec James Franco, qui avait valu à ce dernier le prix du Meilleur acteur dans un second rôle de la part des critiques de Los Angeles et de la National Society of Film Critics.

La rétrospective montrera également les quatorze courts-métrages tournés par Harmony Korine entre 1988 et 2017, cinq clips vidéos dont il a également écrit le scénario entre autres pour le groupe Sonic Youth et la chanteuse Rihanna, neuf clips publicitaires y compris pour la bière Budweiser et les parfums Dior et Yves Saint Laurent, ainsi que deux émissions documentaires réalisées par son père Sol Korine sur la culture musicale des Appalaches, le court-métrage inédit Easter de Gus Van Sant et le making of de Mister Lonely. Les cinq films que Harmony Korine a choisis pour sa carte blanche en raison de leur résonance avec ses propres films sont, par ordre chronologique, Les Nains aussi ont commencé petits de Werner Herzog, Scum de Alan Clarke, Pixote La loi du plus faible de Hector Babenco, Outsiders de Francis Ford Coppola et Les Amants du Pont Neuf de Léos Carax.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici