[REC]³ Génesis

0
832
Rec 3 Genesis

[REC]³ Génesis

Espagnol : 2012
Titre original : [REC]³ Génesis
Réalisateur : Paco Plaza
Scénario : Luiso Berdejo et Paco Plaza
Acteurs : Leticia Dolera, Diego Martín, Ismael Martínez, Àlex Monner
Distribution : Wild Side Films / Le Pacte
Durée : 1h20
Genre : Epouvante-horreur
Date de sortie : 4 avril 2012

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Pourquoi ? Telle est la question que l’on se pose après avoir vu ce nouvel opus de Rec. En effet pourquoi avoir choisi l’originalité plutôt que d’aller puiser dans des valeurs sûres. Habituellement on ne se plaint pas que les penseurs de nos films se montrent propices à des idées nouvelles. Mais quand on obtient un ratage comme celui là, on se dit qu’il aurait mieux valu qu’ils nous servent du réchauffé…

Synopsis : C’est le plus beau jour de leur vie : Koldo et Clara se marient ! Entourés de leur famille et de tous leurs amis, ils célèbrent l’événement dans une somptueuse propriété à la campagne. Mais tandis que la soirée bat son plein, certains invités commencent à montrer les signes d’une étrange maladie. En quelques instants, une terrifiante vague de violence s’abat sur la fête et le rêve vire au cauchemar… Séparés au milieu de ce chaos, les mariés se lancent alors, au péril de leur vie, dans une quête désespérée pour se retrouver…

Rec 3 genesis, photo du film

Vive la mariée

Opérons un petit retour en arrière. En 2008 sortait sur nos écran [REC] premier du nom, film d’horreur espagnol très réussi parce que très artisanal et tourné en caméra subjective, le film jouait surtout sur nos peurs primaires misant sur une ambiance ultra glauque tout en étant un film de zombie jouissif. En clair: le film d’horreur de l’année et une pépite du genre. Devant le succès du film et comme on peut légitimement le penser, le métrage accoucha d’une suite l’année d’après. D’abord méfiant devant un produit calibré et devant tant d’autres exemples de raté, force était de reconnaître que la suite regorgeait de bonnes idées, plaçant l’intrigue en parallèle au premier film mais d’un point de vue différent. Pour tout dire elle s’avérait même meilleure en allant encore plus loin dans le malsain tout en approfondissant ce qui devait l’être. Plein de confiance, on espérait que le troisième volet suivrait cette voie, las… Le film est une prequel, autrement dit l’histoire est chronologiquement antérieure aux évènements de [REC] et [REC]² et prend place lors d’un mariage, plus précisément pendant la fête de mariage. Comme vous le devinez sans problème, ledit banquet et la nuit noce sont l’occasion de massacrer de l’infecté à coup de hachoir.

De grosses lacunes

Le problème évident de ce Genesis c’est qu’il n’a aucune connexion avec la saga dont il est le bâtard. Avec cette genèse le réalisateur promettait de raconter les origines de la mystérieuse infection pouvant transformer mémé en prédateur assoiffé de sang. Malheureusement il n’y a aucune continuité scénaristique avec les autres films si ce n’est l’infection en elle-même: la situation n’implique que le mariage, chronologiquement il pourrait se passer avant ou après on ne verrait pas la différence, les personnages sont de plus tous nouveaux. Ceux qui espéraient en apprendre plus sur les origines de Medeiros seront donc déçus: pas l’ombre d’une révélation. Le deuxième problème encore plus choquant est l’alternance de la mise en scène qui oscille entre film de cinéma (caméra spectatrice avec des plans construits) et film documentaire avec une caméra subjective. On se perd dés que le réalisateur change son fusil d’épaule: l’introduction se fait caméra à la main comme si on filmait le mariage, dés lors que les infectés arrivent (merci tonton!) hop on passe en caméra cinéma et on restera ainsi presque tout le film. Et le décalage fait très mal: la mise en scène apparaît toute tracée avec ses grosses ficelles. Là où les précédents paraissaient spontanés si bien qu’ils nous surprenaient, cet opus enfile ses gros sabots si bien que rien ne vous sera épargné: du ralenti à la Michael Bay en passant par une musique tonitruante pour appuyer les scènes d’actions, et des effets sonores tout sauf naturels. Vous savez le fameux son brusque qu’on nous impose maintenant à chaque film qui fait souvent plus peur que l’action en elle-même et qui montre la pauvreté de ce qu’il y a derrière? Et bien vous en aurez à foison!

Et ce n’est pas fini malheureusement… Une idée encore pire: les gags! Il y a en effet beaucoup (trop) de second degré dans cette histoire si bien qu’on se marre plus qu’on a peur, alors difficile de prendre les enjeux un minimum au sérieux et d’instaurer une ambiance digne de ce nom. On se marre parce qu’on se croirait presque dans un Shaun of the Dead parfois, mais on rigole jaune devant ce qu’ils ont fait de cette belle franchise. Là où on sentait l’impératif de survivre et du danger que représentaient les zombies des deux premiers films, on est plus ici devant un « comment puis-je trouver une manière fun de tuer ce manant? ». Ainsi on joue du hachoir, de l’épée, des talons aiguilles, de la tronçonneuse…

Enfin dernière bêtise à noter: le sentimentalisme. Le fait d’avoir mis un jeune couple amoureux au centre de l’histoire a amené le réalisateur à faire dans l’émotion kitch. Kitch parce que on s’en contrefout et que l’aspect gag du film est tellement présent que tout tombe à plat, souligné par une stupide musique de fin du monde, preuve que trop vouloir mettre en scène de manière « cinéma » est ici un ratage monumental.

Rec 3 Genesis

Un défouloir sympathique

Vous l’aurez compris après cette avalanche de gentillesses, Genesis n’est plus vraiment un film d’horreur dans le sens « qui fait peur ». Par contre niveau hémoglobine et tripaille il casse la baraque: et vla que je te coupe en deux, et vla que je t’arrache la langue… En fait [REC]3 ferait plus penser à un Resident Evil avec Milla Jovovich qu’à un vrai Rec. Si on souffrira de la chute de qualité de la franchise, on se délectera du moins devant ce défouraillement en masse de chair putride et ensanglantée, de hachage menu, et au comique volontaire et involontaire des situations. Le film est en cela plutôt fun mais malheureusement ce n’était pas le but. La fin est aussi pauvre que le développement alors les deux premiers étaient des modèles du genre, et on guettera jusqu’au bout une connexion avec le reste de l’histoire amorcée depuis deux films… en vain.

Résumé

[REC]3 Genesis est LE ratage de ce mois d’avril, pas tant que le film soit mauvais, il est surtout extrêmement décevant. Plus film gore que d’horreur, tout en distillant une dose d’humour mal venue, le tout est même assez kitch malgré de bonnes idées. Reste à attendre maintenant avec la plus grande circonspection le déjà annoncé [REC] Apocalypse, suite de la trilogie Medeiros.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ZutMA8JIwt8[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici