Critique : Perfect Sense

0
290
Perfect Sense avec Eva Green, Ewan McGregor

Perfect Sense affiche du filmPerfect Sense

USA : 2011
Titre original : Perfect Sense
Réalisateur :
Scénario : Kim Fupz Aakeson
Acteurs : , ,
Distribution : Pretty Pictures
Durée : 1h32
Genre : Romance , Fantastique
Date de sortie : Inconnue

3,5/5

Si vous deviez perdre un de vos cinq sens, lequel choisiriez vous ? Et si vous saviez que vous alliez tous les perdre, comment réagiriez vous ? Et si la planète entière perdait l’usage de ses sens, qu’adviendrait-il ? Dans Perfect Sense, David Mackenzie () nous entraine dans un monde chaotique où la population se retrouve peu à peu privée de ses cinq sens. Une fin du monde sensorielle avec Ewan McGregor et Eva Green en prime, ça promet du frisson cinématographique.

Synopsis : Au milieu d’un monde frappé par une étrange épidémie qui détruit progressivement les cinq sens, un cuisinier (Ewan McGregor) et une brillante chercheuse (Eva Green) tombent amoureux…

Perfect Sense avec Eva Green, Ewan McGregor

Sens dessus dessous

Enfin une fin du monde originale ! Marre des films où la fin du monde est provoquée par une armée d’extra-terrestres, des vagues de froid, des raz de marée, des collisions entre planètes et j’en passe ? (et encore quand Bruce Willis n’arrive pas pour nous sauver… Merci Bruce d’avoir sauvé le monde une bonne dizaine de fois !). Marre des films où seuls les américains sont confrontés à la destruction imminente de notre planète ? Bien. Allez voir Perfect sense.

Il fallait y penser, David Mackenzie l’a fait : la perte des sens menant à la fin de la vie sur terre. Et pour couronner le tout, cette fin du monde nous est montrée en direct de Glasgow et pas depuis New York . Oui, les british savent aussi faire des films catastrophe , mais des films catastrophe tout en finesse.

Peu à peu les gens se retrouvent privés de leur odorat après avoir fait l’expérience d’une crise de larmes des plus fortes. L’odorat étant souvent lié à la mémoire, les odeurs sont source de nostalgie, de remords, de toutes ces choses qui peuplent notre passé. Chaque perte d’un sens se produit après une crise liée à une émotion qui se retrouve exacerbée pendant quelques minutes. Chacune de ces scènes sont à la fois poétiques et choquantes.

Face à cette épidémie, pas d’issue possible. Son origine et la façon dont elle progresse reste inconnue. Une fatalité qui ne parvient pas à faire faiblir cette lueur d’espoir qui brille jusqu’au bout: tout le monde s’efforce à vivre comme avant la perte de leurs sens. Personne ne perd espoir jusqu’à la fin.  » La vie continue », voilà le moto de ce film. La vie continue, certes, mais jusqu’à quel point ?

Perfect Sense

Un couple qui fonctionne

Ewan McGregor et Eva Green, deux noms qui semblent prometteurs ensemble. Pourtant, on a frôlé le pire : le cliché. Lui, enchaîne les aventures d’un soir. Elle, ne tombe que sur des types qui lui brisent le cœur. Ils tombent amoureux : basique. Mais fort heureusement, cette histoire ne tombe pas dans la banalité malgré quelques scènes prévisibles.

L’histoire d’amour entre les deux personnages s’amorce tout en douceur. Un peu trop. Au point de risquer de ralentir le film et de perdre le fil de cette histoire qui s’annonçait originale. On a envie d’en savoir plus sur cette histoire de perte de sens et on nous montre Eva et Ewan qui roucoulent dans un bain ? Cela devient frustrant pendant quelques minutes, mais établir la relation entre les personnages est importante pour ressentir toute l’émotion qui se dégage à la fin. Heureusement, le film rebondit très vite et nous revoilà dans le tourbillon de ce monde chaotique.

A mesure que le monde s’écroule, ce couple essaye de se construire et l’on imagine comment leur couple pourrait surmonter la perte de la vue, ou pire du toucher, eux qui semblent si tactiles. L’alchimie entre les deux acteurs est tellement forte que l’on en oublie qu’ils jouent un rôle. Tout est naturel, simple et intense entre eux.

Perfect Sense avec Eva Green, Ewan McGregor

Une expérience sensorielle de 90 minutes

La tension monte progressivement. On vit avec eux cet amour, on s’inquiète face à ce monde qui s’écroule, on se demande quel sera le prochain sens à disparaître… et enfin, l’émotion nous submerge et devient suffocante.

Beau boulot Monsieur Mackenzie ! Ce petit film ne paye pas de mine à première vue, avec sa réalisation plutôt banale, mais il parvient à vous emporter dans ce monde dépourvu de sensations et à vous tirer quelques larmes.

Certes, cette histoire semble légèrement improbable, et le film n’offre d’ailleurs aucune explication quant à l’origine de cette épidémie. Cependant, on se surprend à y croire, à se mettre à la place des personnages, à s’imaginer vivre sans pouvoir sentir l’odeur des fleurs, sans pouvoir différencier la pire vinasse d’un château Margaux, sans pouvoir entendre la voix de ceux qu’on aime. Toute l’horreur de ce scénario nous fait ressentir une peine immense. Mais surtout, on parvient à se mettre à la place des personnages, à sentir leur panique, leur peur, leur espoir. On les comprend. Assis dans la salle, on ne peut s’empêcher de vivre cette expérience sensorielle en même temps que les personnages à l’écran. Voilà pourquoi ce film sans prétention, à la poésie simple, touche certainement plus qu’une fin du monde made in Melancholia.

Résumé

Perfect Sense nous présente l’apocalypse d’une façon originale, simple et douce. On ne peut s’empêcher d’être touché par ce couple et par ces milliers de personnes qui perdent peu à peu tout ce qui fait la beauté de la vie : nos cinq sens. En sortant de la salle, on a envie de respirer à plein poumons les gaz d’échappement, de se délecter de la vue des immeubles ou d’apprécier le doux son des klaxons… peu importe,tant que cela prouve que l’on peut ressentir quelque chose.

[dailymotion width= »600″ height= »380″]http://www.dailymotion.com/video/xlnki6_perfect-sense-2011-bande-annonce_shortfilms[/dailymotion]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici