Paul Vecchiali à la Diagonale de l’été au Grand Action

0
148

vecchiali-diagonale

Cette année 2015 marque le grand retour de , cinéaste indépendant par excellence né en 1930, dix ans après À vot’ bon cœur, les films qu’il a tourné depuis étant restés inédits en salles. Après la sortie de son tout dernier long-métrage Nuits blanches sur la jetée le 28 janvier dernier, une première salve de quatre de ses classiques en versions restaurées avait suivi le 11 février, avec L’Etrangleur avec Jacques Perrin, tueur fou avec ses écharpes rouges comme l’amour et la mort, et son duo d’actrices vivant recluses (critique), , film noir pornographique, drôle et tourmenté, et Corps à cœur, mélo moderne. Ce bel échantillon soulignait sa versatilité, son talent d’auteur et de réalisateur à part, avec un goût pour le mélodrame sans fard ni dérision qui devaient énormément à sa comédienne fétiche de cette première époque de son parcours, . Une part d’étrange et de bizarre venaient en outre pour beaucoup de son propre tempérament et de celui qui fut son scénariste à plusieurs reprises, .

Hélène Surgère dans Femmes Femmes
Hélène Surgère dans Femmes Femmes

Le 8 juillet, une deuxième série de quatre autres films eux aussi fraîchement rafraîchis par le numérique arrive : , récit de tentative de vengeance et exercice de mémoire lié à la Seconde Guerre Mondiale, avec Danielle Darrieux en potentiel ange exterminateur et Francoise Lebrun, Rosa la rose, fille publique, un autre mélodrame qui révéla l’une de nos plus grandes tragédiennes contemporaine, Marianne Basler, (Encore) et enfin Le Café des jules avec dont l’intensité des performances ne nous déçoit jamais.

En haut des marches avec Danielle Darrieux
En haut des marches avec Danielle Darrieux

À l’occasion de cette deuxième partie de rééditions, le Grand Action propose de passer l’été avec le cinéma de Paul Vecchiali, en sa présence et avec ses admirateurs, héritiers et/ou complices. À partir de ce mercredi 1er juillet et jusqu’au 31 août, le Grand Action nous offre, chanceux cinéphiles, de nous plonger dans une impressionnante rétrospective sous l’appellation «Paul Vecchiali à la Diagonale de l’été» (d’après le nom de sa maison de production de 1976 à 1998) qui inclut ces films et d’autres, de ses «héritiers» avec rencontres et échanges dont voici la liste complète ci-dessous.

Pascal Cervo dans Nuits blanches sur la jetée
dans Nuits blanches sur la jetée

 

Vendredi 3 juillet à 19h30 Nuits blanches sur la jetée précédé du court-métrage Valérie n’est plus ici de et avec Pascal Cervo, suivi d’un débat avec Pascal Cervo
Samedi 4 juillet à 20h En haut des marches précédé du film de suivi d’un débat avec et Pierre Murat, critique à Télérama

crazy quilt 00

Lundi 6 juillet à 19h30 L’Idiot de Pierre Léon, suivi d’un débat avec Pierre Léon qui présentera à 21h15 Femmes Femmes
Mercredi 8 juillet à 19h30 Étoile Violette d’Axelle Ropert, suivi d’un débat avec Axelle Ropert qui présentera à 21h15 Once More

Etoile violette avec Serge Bozon et Lou Castel
Etoile violette avec Serge Bozon et Lou Castel

Jeudi 9 juillet à 19h Corps a cœur et à 21h45 Saltimbank de Jean-Claude Biette, suivis de débats avec Pierre Eugène, universitaire, critique à Art Press et Critikat et Hugues Perrot, critique aux Cahiers du Cinéma
Dimanche 12 juillet à 16h30 Nuits blanches sur la jetée, précédé du court-métrage Mé Damné d’Astrid Adverbe, présente pour un débat
Lundi 13 juillet à 19h30 de Jean-Claude Biette et 21h En haut des marches, suivis de débats avec Mathieu Macheret, critique au Monde

Brigitte Roüan et Jacques Nolot dans Le Café des jules
Brigitte Roüan et Jacques Nolot dans Le Café des jules

Mercredi 15 juillet à 20h Le Café des jules et à 21h30 L’Étrangleur, suivis de débats avec Matthieu Orléan, auteur du livre « Paul Vecchiali, la maison cinéma »
Vendredi 17 juillet à 19h30 Once More et à 21h45 Faubourg Saint-Martin de Jean-Claude Guiguet, suivis d’un débat avec Marie Anne Guerin, critique et réalisatrice

Paul Vecchiali
Paul Vecchiali

Samedi 18 juillet à 19h30 L’Amitié de Serge Bozon et à 21h45 Nuits blanches sur la jetée, suivis de débats avec Serge Bozon
Lundi 20 juillet à 19h15 de Jean Grémillon et à 21h45 Rosa la rose présentés par Murielle Joudet, critique à Chronicart
Mardi 21 juillet à 19h Rosa la rose, séance précédée par Paul Vecchiali, en diagonales d’Emmanuel Vernières, présenté par le réalisateur

Rosa la rose avec Marianne Basler et Pierre Cosso
Rosa la rose avec Marianne Basler et Pierre Cosso

C’est au Grand Action (5 rue des écoles, métro Jussieu ou Cardinal Lemoine)

Programmation complète sur le site du Grand Action et sur la page Facebook du cinéma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici