Critique : Main basse sur la ville (autre avis)

0
113
Image de Main basse sur la ville de Francesco Rosi

L'affiche de Main basse sur la ville de Francesco Rosi

France, Italie : 1963
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Francesco Rosi
Acteurs : , ,
Distribution : Galatea Film
Durée : 1h45
Genre : Drame
Date de sortie : Inconnue

3/5

Le film de Francesco Rosi s’inscrit dans la lignée du cinéma politique italien engagé des années 60-70.

Synopsis : Poussée par l’entrepreneur Nottola, la municipalité de Naples utilise des terrains agricoles pour lancer le construction d’un gigantesque programme immobilier. Les spéculateurs en profitent, mais la proximité du chantier provoque l’écroulement d’une maison ancienne et la mort d’un enfant, ce qui déclenche de vives polémiques au sein du conseil municipal, alors que de nouvelles élections se préparent. Tandis que l’enquête sur l’accident s’enlise, les stratégies électorales s’affinent…

Image de Main basse sur la ville de Francesco Rosi

Réalisé quasi comme un documentaire, privilégiant les lieux de pouvoir (les bureaux privés des politiciens, la salle du conseil municipal de Naples, le bureau de Nollota le promoteur), le film s’attaque à la corruption, aux acoquinements politiques, aux alliances opportunes et à l’opacité de décisions éloignées du vrai sens de l’intérêt général.
En montrant que l’accident mortel causé par l’effondrement d’une maison du vieux Naples résulte de l’enchaînement implacable des intérêts financiers et des ambitions politiques des uns et des autres, Francesco Rosi dénonce la gangrène d’un système qui dévoie la démocratie et s’érige sur la négation des plus pauvres. La scène où le maire répond à la détresse des mères de famille napolitaines, venant réclamer de l’aide pour nourrir leurs enfants et où il distribue alors de pleines liasses de billets en disant « c’est cela la démocratie de nos jours » se passe de tout commentaire.
Bien sur le film a un peu vieilli, dans sa forme peut-être (aujourd’hui on en ferait probablement une production indépendante américaine ou un vrai reportage) mais finalement à peine car presque 50 ans plus tard son message reste fort et on n’a malheureusement guère le sentiment que les choses sont aujourd’hui différentes.
Voir ou revoir Francesco Rosi peut être encore une vrai manifestation d’attachement à la démocratie et à la lutte contre la corruption que trop de politiciens nous semblent passer au second plan avec les mêmes véhémentes protestations de bonne foi que dans l’assemblée municipale décrite par le cinéaste.

Photo de Main basse sur la ville de Francesco Rosi

Résumé

Un film témoignage, un film révolte, un film leçon.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jegCjfn_eB4[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici