Accueil Tags Salvo Randone

Tag: Salvo Randone

Test Blu-ray : La Possédée du lac

0
La Possédée du lac est un film inclassable. Il s’agit d’un film sophistiqué, tourné dans un noir et blanc très évocateur et contrasté, qui évoque une espèce de longue flânerie morbide, philosophique et poétique, flirtant doucement avec le fantastique.

Test Blu-ray : Folie meurtrière

0
Quand Folie meurtrière sort sur les écrans français en 1973 sous le titre Mon cher assassin, le Giallo est déjà bien lancé : Dario Argento en a « systématisé » les motifs dès le début des 70's, et le genre est déjà sur de bons rails.

Critique : Main basse sur la ville

0
Au pied du Vésuve trônent les châteaux de la grande époque, la Galleria Umberto I, les offrandes au dieu Maradona sans oublier les ruines figées de l'antique cité de Pompéi... Une carte postale altérée par la misère, spectaculaire, qui ronge la cité phare du Mezzogiorno. Lion d'Or à la Mostra en 1963, le film de Francesco Rosi est une chronique de cette misère. Il nous en montre les causes, les exposent et les dénoncent. Un long-métrage coup de poing, de seulement 1h30, qui fait figure de monument sur l'Italie démocrate-chrétienne.

L’ Assassin

0
Alfredo Martelli, presque 35 ans, séduisant et peu embarrassé par les scrupules, est antiquaire à Rome, mais vit surtout des largesses de son associée et ancienne maîtresse, Adalgisa De Matteis, son aînée de quelques années. Celle-ci le pousse à épouser une jeune dinde, fille d’un riche industriel, Nicoletta. L’existence d’Alfredo bascule un matin quand on vient l’arrêter. Mais pourquoi donc ? Après une longue attente émolliente à la questure, on l’accuse d’avoir assassiné Adalgisa !

Les jours comptés

0
Dans un tram bondé à l’heure de l’embauche un contrôleur secoue un voyageur qui tarde à lui présenter son billet : et pour cause, il est mort ! Cesare Conversi, témoin de ce triste fait divers, croit se voir dans un miroir : même âge, même allure laborieuse, même solitude que lui. Le quinquagénaire romain, plombier de son état, choqué par cette découverte brutale de son triste sort annoncé, décide d’arrêter de travailler, pour mieux réorienter sa vie (ou plutôt le peu que les statistiques lui accordent encore). Veuf et doté d’un fils ne lui rendant de visites qu’intéressées, il essaie de renouer avec un flirt d’adolescence : échec. Et tout le reste est à l’unisson, retour - sinistre - dans sa campagne natale compris

Critique : Main basse sur la ville (autre avis)

0
Le film de Francesco Rosi s'inscrit dans la lignée du cinéma politique italien engagé des années 60-70.