Les sorties du 29 juin 2016

1
250

Camping3

Ca sent bon le réchauffé en ce dernier mercredi du mois de juin, avant le grand vide estival de juillet et août. La majorité des écrans dédiés aux nouveautés sont en effet trustés par des suites, pas forcément plus mauvaises que leurs prédécesseurs, mais si péniblement dépourvues d’originalité. Peu importe que ce soit l’univers de Camping et sa ringardise en mode vacances, celui de Conjuring avec les recettes archaïques de l’épouvante savamment dosées ou bien les Ninja Turtles qui ne font, eux non plus, preuve de maturité, ce dernier jour de la 32ème Fête du cinéma devrait ravir les spectateurs pas trop regardants sur la qualité. Pas sûr donc, que cette manifestation de promotion aura de quoi rattraper son démarrage en demi-teinte de dimanche, plombé sans surprise par l’influence désormais plus ponctuelle du ballon rond.

EffetAquatique

Face aux trois recyclages sans âme, nous avons cependant le privilège de découvrir a priori trois films, certes sur un parc de salles plus modeste, mais tellement plus passionnants. Au moins deux d’entre eux se disputent la place de choix de notre coup de cœur hebdomadaire. Celui de notre cher confrère Jean-Jacques est indubitablement l’ultime film de la regrettée Solveig Anspach, L’Effet aquatique. Et nous serions sérieusement tentés de suivre corps et âme sa recommandation en faveur de ce conte joliment décalé sur les terres lointaines d’Islande, si ce n’était pour l’une des révélations majeures du dernier Festival de Cannes, de Michael Dudok De Wit. Tous les retours qu’on a eus à son sujet portent à croire qu’il s’agit là d’un film d’animation investi d’une poésie cinématographique tout à fait exceptionnelle ! Enfin, le documentaire de Hubert Woroniecki nous invite à un regard rétrospectif peut-être pas toujours plaisant sur le monde de la mode dans les années 1980 et ’90 et son climat de débauche et de démesure généralisées.

EmpriseDesTenebres

Du côté des reprises, le programme global est à la limite le plus consistant, grâce à la ressortie des dix films du Décalogue de Krzysztof Kieslowski, pour lesquels il faudrait disposer d’une journée entière afin de pouvoir tous les voir. Pile-poil le jour de l’ouverture de la rétrospective que la Cinémathèque Française consacrera pendant cinq semaines au réalisateur Wes Craven ressortira son L’Emprise des ténèbres ou une drôle d’histoire sur un élixir à zombies. Enfin, le mythique de Monte Hellman suit à peu de choses près le même rythme de reprises régulières que le pas moins cool Point limite zéro de Richard C. Sarafian, ressorti au mois d’avril après une première cure de jouvence dix ans plus tôt.


de Fabien Onteniente (France, Comédie, 1h40, distribué sur 796 copies) avec Franck Dubosc, Claude Brasseur et Mylène Demongeot

de Hubert Woroniecki (France, Documentaire, 1h26)

de James Wan (Etats-Unis, Horreur, 2h13, distribué sur 262 copies) avec Patrick Wilson, Vera Farmiga et Frances O’Connor

de Philippe Fernandez (France, Science-fiction, 1h55)

L’Effet aquatique de Solveig Anspach (France, Drame, 1h25) avec Florence Loiret-Caille, Samir Guesmi et Didda Jonsdottir (critique)

de Dave Green (Etats-Unis, Action, 1h52, distribué sur 534 copies) avec Stephen Amell, Megan Fox et Will Arnett

de Michael Dudok De Wit (Pays-bas, Animation, 1h20, distribué sur 149 copies)

de Cristian Jimenez (Chili, Drame, 1h36) avec Ingrid Isensee, Paulina Garcia et Maria José Siebald

de Frédéric Andréi (France, Comédie dramatique, 1h23) avec Hervé Hiolle et Frédéric Andréi

Reprises

 

(1988) de Krzysztof Kieslowski (Pologne, Drame, 9h32, distribué sur 22 copies)

L’Emprise des ténèbres (1987) de Wes Craven (Etats-Unis, Horreur, 1h38) avec Bill Pullman, Cathy Tyson et Zakes Mokae

(1971) de Monte Hellman (Etats-Unis, Drame, 1h42) avec James Taylor, Warren Oates et Laurie Bird

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici