Léa Drucker et Denis Ménochet dans la version longue d’un grand court

1
452

Avant que de tout perdre avec Léa Drucker

Léa Drucker et Denis Ménochet reprendront peu ou prou leurs rôles du court-métrage Avant que de tout perdre, ceux d’une femme et de son mari violent à qui elle essaie d’échapper avec ses enfants en faisant semblant de se rendre à son travail de caissière de grande surface où il se rend pour la retrouver. La comédienne trouvait l’un des ses meilleurs rôles, lui aussi évitant la surenchère dans son jeu, la peur passant dans l’attitude de sa partenaire évitant à tout prix de le croiser et des seconds rôles – certains étant au courant de l’enjeu de ce drame finement ciselé – et de la façon dont la caméra le saisit dans le cadre. La grande tension de ce film noir et tragique de Xavier Legrand se retrouvera-t-elle dans Jusqu’à la garde qui sera le titre de cette version longue ? On a le droit d’être circonspect mais souhaitons lui d’autant plus bonne chance que la durée de cette première version était parfaite.

avant-que-tout-perdre-xavier-legrand

Sur le site Cinephagemaniac, Denis Ménochet, interrogé à Dinard en 2015, se faisait rassurant sur ce projet : «Le film n’est pas une transformation du court en long. C’est effectivement sur la même thématique, dans la même veine que le court, dans le même genre, une sorte de thriller conjugal mais rien à voir avec une femme qui se réfugie dans un hypermarché pour échapper à son mari violent. […] On va suivre un divorce conflictuel, avec au milieu, un enfant en otage.». Le court avait reçu le César, avait été nommé à l’Oscar du court-métrage et avait remporté quatre prix importants au Festival de Clermont-Ferrand, le Grand Prix de la compétition française, du jury, de la presse et du public. Il sera produit par Alexandre Gavras, comme pour le court, et distribué par Haut et Court.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.