Sorties de la semaine — 29 août 2018
Les sorties du 29 août 2018

Les productions françaises et américaines ne font jeu égal que sur le papier cette semaine, puisque respectivement cinq films de ces grandes nations de cinéma rivalisent pour les faveurs du public revenu des vacances. Pour commencer, le film le plus passionnant de ce mercredi n’est ni français, ni américain, puisqu’il s’agit du vainqueur officieux du dernier Festival de Cannes, le coréen de Lee Chang-dong, acclamé par la critique, mais ignoré par le jury de Cate Blanchett. Puis, les deux autres films qui méritent notre modeste soutien ne vont mobiliser que les amateurs de documentaires à forte valeur sociale du côté de de Nicolas Philibert ou bien ceux d’univers crus et sexuellement chargés pour de Camille Vidal-Naquet, présenté à la Semaine de la Critique et l’une des belles surprises de notre programme personnel à Cannes cette année.


Cédons à la facilité en regroupant le reste de la sélection hebdomadaire sous le thème de la virilité en crise. Comment en effet ne pas avoir pitié des nombreux personnages masculins qui se font malmenés – par leur faute ou à cause de circonstances plus ou moins explosives – à longueur de films de genre plus ou moins inspirés ? Tandis qu’il n’y a pas grand-chose à tirer des produits commerciaux que sont de Peter Berg pour les États-Unis et Braqueurs d’élite de Steven Quale pour la France, puisque conçu par Luc Besson, le regard de la réalisatrice Marion Vernoux, depuis près d’un quart de siècle à l’affût des névroses typiquement françaises, dans nous paraît déjà plus intriguant. Trois histoires de filiation plus ou moins graves parfont le tableau, à travers le formellement peu séduisant de Alex Lutz, l’inégal Sollers Point Baltimore de Matt Porterfield qui n’a guère convaincu notre cher confrère Jean-Jacques et enfin, au sens large, la touchante étude sur l’identité sexuelle à l’adolescence dans de Anahita Ghazvinizadeh.


Du côté des reprises, le règne hollywoodien est sans partage. Ce qui ne signifie point que ces trois films ne nous donnent pas envie de soit les revoir, soit les découvrir dès que possible ! Contrairement aux hommes en plein doute dans les productions contemporaines, de Ridley Scott reste même vingt-cinq ans après sa sortie un hymne vibrant à la liberté féminine. Face à ce film justement vu et revu plusieurs fois, c’est une rareté sensiblement plus récente qui trouve enfin son chemin sur les écrans français avec Miracle à Santa Anna, sans doute pas le meilleur film de Spike Lee, mais un exemple supplémentaire de la capacité du réalisateur d’associer avec plus ou moins d’adresse son engagement en faveur de la cause afro-américaine et son amour du film de genre à l’ancienne. Enfin, vous aurez droit à l’original et non pas à une copie issue des années 2000 avec l’aventure d’espionnage , entièrement représentative du genre de film de commande que les réalisateurs européens exilés à Hollywood pendant la Seconde Guerre mondiale y anoblissaient au moins partiellement par leur savoir-faire et leur sensibilité d’étrangers.


22 Miles de Peter Berg (États-Unis, Action, 1h34, distribué sur 303 copies) avec Mark Wahlberg, Lauren Cohan et Iko Uwais

Bonhomme de Marion Vernoux (France, Comédie dramatique, 1h43) avec Nicolas Duvauchelle, Ana Girardot et Béatrice Dalle

Braqueurs d’élite de Steven Quale (France, Action, 1h45, distribué sur 120 copies) avec Sullivan Stapleton, Charlie Bewley et Sylvia Hoeks

de James McTeigue (États-Unis, Thriller, 1h28) avec Gabrielle Union, Billy Burke et Richard Cabral

Burning de Lee Chang-dong (Corée du Sud, Drame, 2h28, distribué sur 110 copies) avec Yoo Ah-in, Steven Yeun et Jeon Jong-seo

De chaque instant de Nicolas Philibert (France, Documentaire, 1h45)

Guy de Alex Lutz (France, Comédie, 1h41, distribué sur 181 copies) avec Alex Lutz, Tom Dingler et Pascale Arbillot

Il ou elle de Anahita Ghazvinizadeh (États-Unis, Drame, 1h20) avec Rhys Fehrenbacher, Koohyar Hosseini et Nicole Coffineau

de Jonathan et Josh Baker (États-Unis, Science-fiction, 1h43, distribué sur 393 copies) avec Zoe Kravitz, James Franco et Carrie Coon

Reine d’un été de Joya Thome (Allemagne, Aventure, 1h07, distribué sur 50 copies) avec Lisa Möll, Denny Sonnenschein et Salim Fazzani

Sauvage de Camille Vidal-Naquet (France, Drame, 1h39, distribué sur 43 copies) avec Félix Maritaud, Eric Bernard et Nicolas Dibla (critique)

Sollers Point Baltimore de Matt Porterfield (États-Unis, Drame, 1h41) avec Mccaul Lombardi, Jim Belushi et Zazie Beetz (critique)

Reprises

Le Ministère de la peur (1944) de Fritz Lang (États-Unis, Espionnage, 1h25) avec Ray Milland, Marjorie Reynolds et Carl Esmond

Miracle à Santa Anna (2007) de Spike Lee (États-Unis, Guerre, 2h36, distribué sur 8 copies) avec Derek Luke, Michael Ealy et Laz Alonso

Thelma et Louise (1990) de Ridley Scott (États-Unis, Drame, 2h09) avec Susan Sarandon, Geena Davis et Harvey Keitel

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *