Les sorties du 22 juillet 2020

0
231

© 2019 Shai Goldman / Spiro Films / ARP Sélection Tous droits réservés

Par les temps assez moroses qui courent et qui s’annoncent, le cinéma doit remplir plus que jamais son rôle de moyen d’évasion. Au moins, il peut y parvenir si l’on fait abstraction des consignes de sécurité sanitaire et du fait que l’on se sent souvent un peu seul dans des salles conçues pour accueillir bien plus de monde. Vous l’aurez compris, cette semaine, on a plus que jamais envie de rire au cinéma. Les sorties de ce jour nous rendent la tâche plutôt facile. Et on ne parle même pas de la comédie d’adolescence de Solange Cicurel côté français, sans doute plaisante mais guère originale, ni côté américain du conte aussi nombriliste qu’immature qu’ont imaginé le réalisateur Judd Apatow et l’acteur Pete Davidson pour .

Non, l’humour qui trouve notre entière adhésion ce mercredi est plus audacieux, quitte à courir le risque de devenir déroutant. Car le film espagnol de José Luis Cuerda nous a l’air de partir dans tous les sens, afin de démonter systématiquement le monde d’aujourd’hui par voie d’une vision du futur royalement absurde. De même, en Israël, l’heure n’est pas non plus à la rigolade, avec ou sans coronavirus. Pourtant, dans Né à Jérusalem et toujours vivant, les réalisateurs Yossi Atia et David Ofek nous ont concocté le genre de comédie douce-amère, voire profondément mélancolique comme on les aime.

Enfin, l’expérimentation sociale au cœur du documentaire de Bastien Simon, globalement apprécié par notre confrère Jean-Jacques, est beaucoup trop concrète et réelle pour inviter à la dérision. Ce qui ne vous empêchera pas, on l’espère, de vous laisser inspirer par ce mode de vie profondément alternatif en plein centre de Paris.

© 2019 Manolo Pavon / Amalur Pictures / Caballo Films / Canal+ France / Le Pacte Tous droits réservés

Parmi les sujets plus graves à l’affiche à partir d’aujourd’hui, seul Madre, le troisième film de Rodrigo Sorogoyen à sortir en France après Que dios nos perdone et El reino, nous paraît digne d’intérêt. Car l’allemand de Christian Alvart n’arrive pas à dissiper l’impression d’imposture qu’il nous donne, avec son adaptation trop proche de La isla minima de Alberto Rodriguez, ainsi que son titre français nullement vendeur. Quant à de Wilson Yip, on peut y voir moins le jeune Bruce Lee à l’œuvre que deux idéologies impérialistes, chinoise et américaine, qui s’y livrent une bataille d’une simplicité caricaturale. Ce sera a priori sans nous …

© 1988 British Screen Productions / Channel Four Films / Splendor Films Tous droits réservés

Les trois films de retour dans les salles n’avaient guère besoin d’une cure de jouvence, puisqu’ils ont été créés par des réalisateurs pas encore tombés dans l’oubli. Ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes pas ravis d’avoir l’opportunité de revoir ou de découvrir dans de splendides copies restaurées des films majeurs signés Mike Leigh, Hou Hsiao-Hsien et Vittorio De Sica. Puisque notre état d’esprit du moment penche plutôt vers la dérision, nous accordons notre préférence au cinglant règlement de comptes avec l’ère Thatcher dans High Hopes. Mais la belle contemplation des maisons closes dans et la relecture de la montée du fascisme en Italie à la fin des années 1930 dans vous sont de même chaudement recommandés !


Adorables de Solange Cicurel (France, Comédie, 1h31) avec Elsa Zylberstein, Lucien Jean-Baptiste et Ioni Matos

de Bujar Alimani (Albanie, Drame, 1h17, distribué sur 8 copies) avec Viktor Zhusti, Ndricim Xhepa et Xhevdet Ferri

Les Grands Voisins La Citée rêvée de Bastien Simon (France, Documentaire, 1h36) (critique)

IP Man 4 Le Dernier combat de Wilson Yip (Chine, Action, 1h45) avec Donnie Yen, Scott Adkins et Chan Kwok Kwan

The King of Staten Island de Judd Apatow (États-Unis, Comédie dramatique, 2h17) avec Pete Davidson, Maude Apatow et Bel Powley

Lands of Murders de Christian Alvart (Allemagne, Policier, 2h09, distribué sur 204 copies) avec Trystan Pütter, Felix Kramer et Nora Waldstätten (critique)

Madre de Rodrigo Sorogoyen (Espagne, Thriller, 2h09, distribué sur 167 copies) avec Marta Nieto, Jules Porier et Alex Brendemühl

Né à Jérusalem et toujours vivant de Yossi Atia et David Ofek (Israël, Comédie, 1h23) avec Yossi Atia, Lihi Kornowski et Itamar Rose

Tiempo después de José Luis Cuerda (Espagne, Science-fiction, 1h35) avec Roberto Alamo, Blanca Suarez et Miguel Rellan

Reprises

Les Fleurs de Shanghai (1998) de Hou Hsiao-Hsien (Taïwan, Drame, 1h54, distribué sur 15 copies) avec Tony Leung, Michiko Hada et Michelle Reis

High Hopes (1988) de Mike Leigh (Royaume-Uni, Satire, 1h48) avec Ruth Sheen, Edna Dore et Phil Davis

Le Jardin des Finzi Contini (1970) de Vittorio De Sica (Italie, Drame, 1h34, distribué sur 10 copies) avec Dominique Sanda, Lino Capolicchio et Helmut Berger

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici