Les sorties du 22 juillet 2015

2
736

Je suis mort mais j'ai des amis photo du film

Au programme, du bon et du mauvais, voire du très mauvais, comme toutes les semaines, me dira-t-on… Une rareté à noter : deux comédies pétillantes réalisés par deux frères et deux sœurs ! Ça n’arrive pas toutes les semaines ! On commence avec les frères Malandrin et leurs belges rockers de Je suis mort mais j’ai des amis (3,5/5) à l’humour caustique et irrévérencieux et l’on suit avec les sœurs Philippon qui nous proposent Les Bêtises (3/5), porté par une vague ressemblance avec Blake Edwards (La Party) et la maladresse du protagoniste Jérémie Elkaïm.

sara-giraudeau-jeremie-elkaim-les-betises

À voir encore le récit riche en réminiscences quasi fantastiques de Des Apaches de Nassim Amaouche (3/5) à qui l’on devait déjà le très touchant Adieu Gary en 2009. Il se rappelle à nous avec ce film délicat qui s’inscrit dans un fantastique invisible, comme Je ne suis pas mort ou Trois souvenirs de ma jeunesse, entre flash-backs réalistes et légers décalages, le passé et le présent se mêlant étrangement sans que cela soit explicité.

Des apaches 01

Pixels (2,5/5) laisse une impression mitigée mais pas aussi catastrophique que décrite dans l’ensemble des critiques (trop) dévastatrices, Chris Columbus sauvant, à l’aide de Peter Dinklage notamment, cette production certes maladroite mais pas totalement ratée grâce à ses rares scènes d’action plus efficaces que ses tentatives de comédie lourdingue. Le tout est suffisamment divertissant pour le recommander avec mesure (des fois, on se mouille moyennement à critique-film). Le film le plus supportable avec Adam Sandler depuis Rien que pour vos cheveux et c’est déjà pas si mal…

Pixels 01

Dans Lena (Lose Myself) (2,5/5), une essayiste perd la mémoire à cause d’une méningite soudaine et ne sait plus qui elle est, ne reconnaît plus ses proches. Maria Schrader porte quasiment à elle seule ce nouveau drame de Jan Schomburg, réalisateur de L’Amour et rien d’autre. Elle est une nouvelle fois extraordinaire mais une certaine lassitude domine le ressenti final, victime de la façon dont est dépeinte sa maladie et d’effets de scénario peu subtils.

Lena lose myself 01

Rémi Bezançon s’est fait un nom avec la belle surprise que fut Le Premier jour du reste de ta vie mais si le film d’animation Zarafa fut plaisant, hélas Un heureux événement fut une réelle déception. Quelque part entre les deux, Nos futurs (2,5/5) démarre bien avec le joli duo Pierre Rochefort / Pio Marmaï qui revisitent ensemble leur jeunesse mais un twist inutile remet tout en cause.

ph Nos futurs Pierre Rochefort Pio Marmaï

La révélation de la première image du corps redessiné de Jake Gyllenhaal en boxeur avait impressionné, hélas le résultat final de La Rage au ventre (2/5) ne renversera pas le regard sur Antoine Fuqua, cinéaste toujours aussi balourd. Ce mélodrame sportif accumule toutes les tares de ce double genre (mélo lacrymal + renaissance d’un sportif) avec une mise en scène médiocre (les combats de boxe très mal cadrés…) qui entraîne la quasi totalité des interprètes dans son naufrage, autant Gyllenhaal, loin des performances de l’an dernier (Enemy, Night Call) que Rachel McAdams d’ordinaire toujours juste, même dans des films décevants (A la merveille, Passion) mais pas ici, à la peine en épouse modèle. À la limite, leur fille Oona Laurence confirme le bien que l’on pense d’elle depuis le court-métrage rigolo Penny Dreadful (rien à voir avec la série) et que l’on reverra bientôt dans le plus original Les Secrets des autres de Patrick Wang qui sortira le 26 août prochain.

la rage au ventre 01

On pourra aussi éviter Pitch Perfect 2 (2,5/5), suite de The Hit Girls titre français du premier film abandonné pour cette suite (logique) ou Gallows (2/5), 45 000ème production de Jason Blum avec du found footage toujours si bien utilisé (c’est ironique, oui) moins catastrophique que d’autres mais encore une fois plombé par ses incohérences et un énième je-m’en-foutisme dans ses twists (l’un, vers la fin, étant plutôt bien amené). En compétition lors de la dernière édition du Festival de Films de Femmes de Créteil, La Femme de compagnie d’Anja Marquardt (2/5) est pénible à supporter malgré la belle prestation de Brooke Bloom en assistante sexuelle. Le film Sundance typique, en gros, avec sujet glauque, regard complaisant et tranquille ennui. Dernier film que l’on peut laisser tomber : While We’re Young (2/5), vraie déception venant de Noah Baumbach avec ses personnages de new-yorkais hype et prétentieux, autant les vieux (Ben Stiller et Naomi Watts, mauvais comme rarement) que les jeunes qui les imitent avant de les dépasser (Adam Driver en vampire moral et Amanda Seyfried copine effacée, plutôt convaincants dans leurs prestations) même si l’on est content de revoir une deuxième fois cette année Charles Grodin après The Humbling.

while we're young 01

Enfin, l’on s’amusera de la reprise des Oiseaux, moins fantastique qu’il n’en a l’air lorsque l’on apprend au détour du journal télévisé de France 3 que des goélands agressifs occupent le centre-ville de Nice, attaquent des chats (!) et qu’un yorkshire avait été emporté au large par l’un d’entre eux l’an dernier sous les yeux de sa propriétaire avant d’être jeté dans la mer et dévoré !!!

 

Les Bêtises de Rose et Alice Philippon (France, Comédie, 1h19), avec Jérémie Elkaïm, Sara Giraudeau et Jonathan Lambert (critique)

Bizarre d’Etienne Faure (France, Drame, 1h38), avec Pierre Prieur

Des Apaches de et avec Nassim Amaouche (France, Drame, 1h37), et avec André Dussollier, Laetitia Casta, Djemel Barek, Alexis Clergeon, Kamel Labroudi et Hammou Graïa

La Femme de compagnie d’Anja Marquardt (Etats-Unis, Drame, 1h30), avec Brooke Bloom, Marc Menchaca, Dennis Boutsikaris et Laila Robins

Gallows de Travis Cluff et Chris Lofing (Etats-Unis, Epouvante-horreur, 1h15), avec Reese Mishler, Pfeifer Brown, Ryan Shoos et Cassidy Gifford

Je suis mort mais j’ai des amis de Guillaume et Stéphane Malandrin (Belgique, Comédie, 1h36), avec Bouli Lanners, Wim Willaert et Lyes Salem (critique)

Lena (Lose Myself) de Jan Schomburg (Allemagne, Drame, 1h33), avec Maria Schrader, Johannes Krisch, Ronald Zehrfeld et Sandra Hüller

Nos futurs de Rémi Bezançon (France, Comédie dramatique, 1h37), avec Pio Marmai, Pierre Rochefort, Mélanie Bernier, Kyan Khojandi, Camille Cottin, Laurence Arné, Roxane Mesquida, Zabou Breitman, Micha Lescot, Aurélien Wiik, Esteban et Jean-Pierre Lorit

Pitch Perfect 2 d’Elizabeth Banks (Etats-Unis, Comédie, 1h54), avec Anna Kendrick, Rebel Wilson, Hailee Steinfeld, Brittany Snow, Elizabeth Banks et Katey Sagal (critique)

Pixels de Chris Columbus (Etats-Unis, Comédie fantastique, 1h46), avec Adam Sandler, Michelle Monaghan, Kevin James, Peter Dinklage, Josh Gad, Sean Bean, Brian Cox, Ashley Benson, Jane Krakowski, Lainie Kazan et Jared Riley


La Rage au ventre d’Antoine Fuqua (Etats-Unis, Drame, 2h03), avec Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker, Naomie Harris, Curtis ’50 Cent’ Jackson, Oona Laurence, Miguel Gomez, Victor Ortiz, Rita Ora, scénario : Kurt Sutter, musique : James Horner

While We’re Young de Noah Baumbach (Etats-Unis, Comédie dramatique, 1h37), avec Ben Stiller, Naomi Watts, Adam Driver, Amanda Seyfried, Charles Grodin et Brady Corbet

Les reprises

Falstaff de et avec Orson Welles (Grande-Bretagne, 1965, Drame historique, 1h53), et avec Keith Baxter, John Gielgud, Jeanne Moreau, Margaret Rutherford, Fernando Rey, Marina Vlady et Walter Chiari

Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock (Etats-Unis, 1963, Epouvante, 2h00), avec Tippi Hedren, Rod Taylor, Suzanne Pleshette, Jessica Tandy, Veronica Cartwright et Charles McGraw

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici