Sorties de la semaine — 22 janvier 2020
Les sorties du 22 janvier 2020
© Les Valseurs Tous droits réservés

L’Année cinématographique 2020 a vraiment du mal à adopter une vitesse de croisière ! Alors que nous sommes d’ores et déjà au quatrième mercredi de ce mois de janvier, la sélection hebdomadaire des sorties cinéma nous laisse une fois de plus sur notre faim. Autant par défaut que parce que nous avons globalement confiance en l’avis de notre cher confrère Jean-Jacques, nous vous conseillons donc à demi-mots le conte étrange d’un amour adolescent de Fabrice Du Welz. De même pour le drame social K contraire de Sarah Marx avec la révélation Sandor Funtek, ainsi que la toujours aussi fiable Sandrine Bonnaire. Enfin, notre trio de tête de recommandations sans trop de conviction est complété par de Jayro Bustamante, le réalisateur de Ixcanul et Tremblements, et sa façon détournée d’évoquer l’Histoire mouvementée du Guatemala en particulier et de l’Amérique latine en général.

Qu’un sang impur © Mars Films Tous droits réservés

Également, peut-être, dignes d’intérêt seraient deux films qui donnent la parole aux femmes … et qui sont pourtant réalisés par des hommes : le documentaire de Quentin Delcourt sur le chemin long et difficile avant d’atteindre une réelle parité dans les métiers du cinéma et de Jay Roach sur justement ce déséquilibre des forces dans le monde des médias, raconté à travers le prisme d’une tonne de maquillage – nommé aux Oscars – et d’une affaire d’abus sexuels qui avait largement plus défrayé la chronique aux États-Unis qu’en France. Enfin, l’autre film à peu près grand public à nous intriguer cette semaine n’a pas grand-chose de féminin, puisque dans Qu’un sang impur de Abdel Raouf Dafri il est question d’une mission périlleuse de récupération du corps d’un officier dans le contexte explosif de la guerre d’Algérie au début des années 1960.

© 1985 Productions Merchant Ivory pour Goldcrest / Carlotta Films Tous droits réservés

Comme c’est hélas souvent le cas, notre salut cinéphile sera à chercher du côté des reprises, au programme plutôt consistant cette semaine, après une accalmie heureusement restée passagère. Aux côtés du relativement dispensable , dans lequel Dino Risi transpose le dispositif de dépendance romantique à l’issue tragique vu dans L’Ange bleu de Josef von Sternberg dans une maison de retraite italienne, vous pourriez en effet redécouvrir deux films qui valent amplement le détour. C’est avec Chambre avec vue que le duo Merchant / Ivory avait célébré, justement, son premier grand succès mondial au milieu des années 1980. C’était alors le début d’une période de monopole en termes d’adaptations littéraires soignées qui n’allait en fin de compte durer qu’une dizaine d’années. Quant au film d’animation français Le Chien le général et les oiseaux de Francis Nielsen, il constitue le genre de divertissement lucide pour toute la famille, exigeant à la fois d’un point de vue esthétique et narratif, comme on n’en voit hélas plus trop sur nos écrans de cinéma, salles de répertoire et multiplexes confondus.


de Camille Teixeira (France, Documentaire, 1h21)

Adoration de Fabrice Du Welz (Belgique, Thriller, 1h38, distribué sur 41 copies) avec Thomas Gioria, Benoît Poelvoorde et Fantine Harduin (critique)

L’Affaire Marvin de Lewis Eizykman (France, Documentaire, 1h10, distribué sur 4 copies)

Bad Boys for Life de Adil El Arbi et Bilall Fallah (États-Unis, Comédie policière, 2h04) avec Will Smith, Martin Lawrence et Alexander Ludwig

de Malec Démiaro (France, Drame, 1h33) avec Cindy Vincent, Malec Démiaro et Clémence Camus

de Brian Alexander Jackson (Mexique, Drame, 1h36, distribué sur 30 copies) avec Fernando Garcia Linares, Rafael Samino et Belen Garde

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part de Arnaud Viard (France, Drame, 1h29) avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni et Benjamin Lavernhe (critique)

K contraire de Sarah Marx (France, Drame, 1h25) avec Sandor Funtek, Sandrine Bonnaire et Alexis Manenti

La Llorona de Jayro Bustamante (Guatemala, Drame, 1h37, distribué sur 74 copies) avec Maria Mercedes Coroy, Margarita Kenefic et Sabrina De La Hoz

Luciernagas de Bani Khoshnoudi (Mexique, Drame, 1h28) avec Luis Alberti, Edwarda Gurrola et Arash Marandi

de Gerhard Baur (Allemagne, Documentaire, 0h45)

de Ritesh Batra (Inde, Drame, 1h48) avec Nawazuddin Siddiqui, Sanya Malhotra et Denzil Smith (critique)

Pygmalionnes de Quentin Delcourt (France, Documentaire, 1h30, distribué sur 15 copies)

Qu’un sang impur de Abdel Raouf Dafri (France, Guerre, 1h49) avec Johan Heldenbergh, Linh Dan Pham et Olivier Gourmet

de Nicolas Guillou (France, Guerre, 2h20, distribué sur 150 copies) avec Alexandra Robert, Brice Ormain et Laurent Chandemerle

Scandale de Jay Roach (États-Unis, Thriller médiatique, 1h54, distribué sur 498 copies) avec Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie

Reprises

Chambre avec vue (1986) de James Ivory (Royaume-Uni, Comédie dramatique, 1h56) avec Maggie Smith, Denholm Elliott et Judi Dench

Le Chien le général et les oiseaux (2003) de Francis Nielsen (France, Animation, 1h15)

Dernier amour (1978) de Dino Risi (Italie, Drame, 1h56) avec Ugo Tognazzi, Ornella Muti et Mario Del Monaco

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *