Les sorties du 14 septembre 2022

0
991

Feu follet © 2022 Miguel De / Filmes Fantasma / House on Fire / Terratreme Filmes / JHR Films Tous droits réservés

La diversité règne une fois de plus sur les sorties cinéma de ce mercredi avec un programme riche et varié d’une dizaine de films, dont les ressorties sont par contre complètement absentes. Entre comédies populaires, enquêtes policières, escapades romantiques, documentaires nombreux en tous genres et autant de films venus de l’Europe de l’Est, vous aurez toujours le privilège de l’embarras du choix. De ce luxe, propre à la France, qui se répète quasiment semaine après semaine, vous pourriez vous montrer très simplement reconnaissants et dignes : en allant autant que possible au cinéma !

Nos trois coups de cœur de la semaine ne reflètent qu’une petite partie de ce qu’il vaudra la peine d’aller voir d’ici mardi soir prochain. Ou bien plus tard, à condition que les sorties du 21 septembre ne vous fassent pas encore plus tourner la tête. Notre préférence se porte donc, en ordre décroissant en termes de gravité, sur le documentaire Babi Yar Context dans lequel le réalisateur Sergei Loznitsa retrace l’indicible massacre de juifs ukrainiens perpétré par l’armée allemande en septembre 1941, sur la fantaisie mi-musicale, mi-nostalgique que le Portugais João Pedro Rodrigues a imaginé avec une dose considérable de libido gaie dans Feu follet et enfin sur le nouveau film de Emmanuel Mouret, Chronique d’une liaison passagère, dans la parfaite continuité de sa réussite précédente, Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait, sortie il y a deux ans presque jour pour jour.

Fire of Love © 2022 Sandbox Films / Intuitive Pictures / National Geographic Documentary Films / CGR Events
Tous droits réservés

Quatre documentaires sont à l’affiche dès aujourd’hui. En plus de la leçon d’Histoire bouleversante citée plus haut, il s’agit du récit pas que visuellement impressionnant du couple Katia et Maurice Krafft, des volcanologues passionnés, tués en 1991 en faisant ce qu’ils adoraient faire : s’approcher le plus près possible des volcans en irruption.

Les rapports entre l’immense Jean-Luc Godard et l’écrivain iranien Ebrahim Golestan, bientôt centenaire, sont infiniment moins explosifs. Toutefois, leur échange à distance est à l’image de ce réalisateur insaisissable. Ce qui fait de A vendredi Robinson de Mitra Farahani un hommage nullement opportuniste, qui sort par hasard quelques heures seulement après la disparition du créateur de A bout de souffle, Le Mépris et Pierrot le fou.

De bruit et de fureur, la musique du groupe accompagné dans L’Énergie positive des dieux de Laetitia Møller ne l’est qu’en apparence. Car au fond, le spectateur pourra y vivre de l’intérieur le quotidien à part de jeunes autistes, appelés à s’exprimer par le biais de la musique rock.

Il était une fois Palilula © 2012 Libra Film / C-Story Productions / ED Distribution Tous droits réservés

Quatre films nous viennent également des pays de l’Est cette semaine. Tandis que Babi Yar Context fait figure de bon élève à tous les niveaux, c’est surtout l’épopée baroque Il était une fois Palilula de Silviu Purcarete qui nous intrigue. C’est le genre de film inclassable et peut-être aussi un peu déconcertant qu’il faut parfois attendre longtemps, avant de pouvoir le découvrir sur grand écran. Dans le cas de ce film roumain, par ailleurs le seul de son réalisateur, l’attente aura été de dix ans, depuis qu’il avait été présenté au Festival de Karlovy Vary en juillet 2012.

Les deux autres films slaves, au sens très large, sont sensiblement plus récents. Même si le conflit guerrier ces derniers mois en Ukraine a rendu le quotidien des adolescents de là-bas certainement moins préservé que dans Jeunesse en sursis de Kateryna Gornostaï, qui n’a pas du tout trouvé l’approbation de notre critique maison Jean-Jacques. Ce dernier a été plus clément envers 107 Mothers de Peter Kerekes, un drame carcéral au féminin, récompensé du prix du Meilleur scénario de la section Orizzonti au Festival de Venise l’année dernière.


107 Mothers de Peter Kerekes (République Tchèque, Drame, 1h33, distribué sur 40 copies) avec Maryna Klimova, Iryna Kiryazeva et Lyubov Vasylyna (critique)

A propos de Joan de Laurent Larivière (France, Comédie dramatique, 1h41, distribué sur 98 copies) avec Isabelle Huppert, Lars Eidinger et Swann Arlaud

A vendredi Robinson de Mitra Farahani (France, Documentaire, 1h37)

Babi Yar Context de Sergei Loznitsa (Ukraine, Documentaire, 2h00)

Canailles de Christophe Offenstein (France, Comédie, 1h26) avec François Cluzet, José Garcia et Doria Tillier

Chronique d’une liaison passagère de Emmanuel Mouret (France, Comédie dramatique, 1h40, distribué sur 280 copies) avec Sandrine Kiberlain, Vincent Macaigne et Georgia Scalliet

Citoyen d’honneur de Mohamed Hamidi (France, Comédie dramatique, 1h36, distribué sur 311 copies) avec Kad Merad, Fatsah Bouyahmed et Oulaya Amamra

Coup de théâtre de Tom George (États-Unis, Policier, 1h38) avec Sam Rockwell, Saoirse Ronan et Adrien Brody

Don sauvage de Zacharie Heyblom-Taliercio et Vladimir Auque (France, Drame, 1h04) avec Selma Lhaij, Justine Demeaux et Zacharie Heyblom-Taliercio

L’Énergie positive des dieux de Laetitia Møller (France, Documentaire, 1h10, distribué sur 32 copies)

Feu follet de João Pedro Rodrigues (Portugal, Drame musical, 1h07, distribué sur 64 copies) avec Mauro Costa, André Cabral et Joel Branco

Fire of Love de Sara Dosa (États-Unis, Documentaire, 1h38)

Il était une fois Palilula de Silviu Purcarete (Roumanie, Drame, 2h25) avec Aron Dimeny, George Mihaita et Razvan Vasilescu

Jeunesse en sursis de Kateryna Gornostaï (Ukraine, Drame, 2h02) avec Maria Fedorchenko, Arsenii Markov et Yana Isaienko (critique)

Los sonambulos de Paula Hernandez (Argentine, Drame, 1h47) avec Erica Rivas, Ornella D’Elia et Marilu Marini

Tout fout le camp de Sébastien Betbeder (France, Comédie, 1h35) avec Thomas Scimeca, Jonathan Capdevielle et Léonie Dahan-Lamort

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici