Les sorties du 10 janvier 2018

0
325

Les vacances sont derrière nous et avec elles les propositions de cinéma irréfutables. C’est le quotidien un peu terne du mois de janvier qui rattrape également le programme des sorties hebdomadaires, ponctué tout juste de quelques candidats aux Oscars, toujours plus ou moins bien placés dans la course. Pour le seul film américain de ce mercredi, Downsizing de Alexander Payne, les jeux sont d’ores et déjà faits, puisque son score décevant au box-office américain et une critique pour le moins partagée à son égard devraient lui permettre au mieux d’obtenir la reconnaissance de l’actrice dans un second rôle Hong Chau lors de l’annonce des nominations dans moins de deux semaines. Heureusement que le cinéma asiatique est là pour nous donner envie d’aller au ciné ces prochains jours, grâce au coup double nippo-coréen, rescapé des Festivals de Cannes et de Berlin, qui voit les réalisateurs reconnus que sont Naomi Kawase et Hong Sang-soo nous revenir en pleine forme ! Puisque le cœur de cinéphile de notre cher confrère Jean-Jacques s’est enflammé pour Vers la lumière et que la qualité du travail du père de Seule sur la plage la nuit se mesure davantage sur la durée de sa filmographie qu’à travers des coups de maître isolés, nous penchons (très) légèrement en faveur du conte poétique sur la cécité, au détriment de celui sur l’amoureuse éconduite au bord de la mer.


Le cinéma français domine quelque peu cette deuxième sélection du mois de janvier, mais seulement en nombre et a priori guère en qualité. Ce sont en effet des divertissements sans conséquences auxquels nous convient à la fois Normandie nue de Philippe Le Guay et La Monnaie de leur pièce de Anne Le Ny. Il n’y a certes rien de majeur à opposer à ces deux comédies mollement loufoques, qui permettent au moins de retrouver d’un côté François Cluzet, l’un des comédiens les plus appréciés des Français, et de l’autre Miou-Miou, plutôt à la mode le siècle dernier. Quoiqu’il en soit, tout cela vaut toujours mieux que le nouveau film de Jean-Claude Brisseau, Que le diable nous emporte, tourné avec un budget très réduit et privé du coup de pouce d’une rétrospective à la Cinémathèque Française, annulée dans le sillage de l’affaire Weinstein. Enfin, la seule curiosité francophone à valoir le détour cette semaine nous paraît être le double programme de courts-métrages passés par la case Brive, regroupés sous le titre Les Films de l’été, en contradiction saisonnière flagrante avec sa date de sortie.


Quant aux ressorties, elles demeurent confortablement dans le domaine du classique, qu’on revoit cependant avec le plus grand plaisir ! Dans ces trois films, il est en quelque sorte question d’un réalisme à fleur de peau. Que ce soit dans Le Poison de Billy Wilder – Oscar du Meilleur Film en 1946 – et sa représentation plutôt crue pour l’époque de l’alcoolisme, dans La Ciociara de Vittorio De Sica et l’interprétation magistrale d’une femme malmenée par temps de guerre pour laquelle Sophia Loren avait gagné l’Oscar de la Meilleure actrice en 1962 ou bien dans l’impitoyable Underworld USA de Samuel Fuller, distribué en France sous le titre guère plus romantique Les Bas-fonds New Yorkais, il n’y a certainement pas de quoi rigoler pendant ces récits d’une noirceur exacerbée. Ce qui en fait néanmoins des témoins vénérables du patrimoine cinématographique que leur ressortie en version numérique restaurée rendra, on l’espère, un peu plus accessibles aux jeunes générations.


Belinda de Marie Dumora (France, Documentaire, 1h47)

Downsizing de Alexander Payne (États-Unis, Science-fiction, 2h15, distribué sur 460 copies) avec Matt Damon, Kristen Wiig et Christoph Waltz

Les Films de l’été de Claude Schmitz et Emmanuel Marre (France, Courts-métrages, 1h05) avec Jean-Benoît Ugeux et Balthazar Monfe

Las Marimbas del infierno de Julio Hernandez Cordon (Guatemala, Documentaire, 1h15, distribué sur 3 copies)

La Monnaie de leur pièce de Anne Le Ny (France, Comédie, 1h30, distribué sur 152 copies) avec Miou-Miou, Julia Piaton et Baptiste Lecaplain

Normandie nue de Philippe Le Guay (France, Comédie, 1h49, distribué sur 490 copies) avec François Cluzet, Toby Jones et François-Xavier Demaison

Que le diable nous emporte de Jean-Claude Brisseau (France, Comédie dramatique, 1h30, distribué sur 14 copies) avec Fabienne Babe, Isabelle Prim et Anna Sigalevitch

Seule sur la plage la nuit de Hong Sang-soo (Corée du Sud, Drame, 1h41) avec Kim Min-hee, Seo Young-hwa et Jeong Jae-yong

Si tu voyais son cœur de Joan Chemla (France, Thriller, 1h26, distribué sur 35 copies) avec Gael Garcia Bernal, Marine Vacth et Nahuel Perez Biscayart

Une aventure théâtrale de Daniel Cling (France, Documentaire, 1h40)

Vers la lumière de Naomi Kawase (Japon, Comédie dramatique, 1h41, distribué sur 93 copies) avec Masatoshi Nagase, Noemie Nakai et Tatsuya Fuji (critique)

Reprises

Les Bas-fonds New Yorkais (1961) de Samuel Fuller (États-Unis, Policier, 1h39) avec Cliff Robertson, Dolores Dorn et Beatrice Kay

La Ciociara (1960) de Vittorio De Sica (Italie, Drame, 1h40) avec Sophia Loren, Jean-Paul Belmondo et Raf Vallone

Le Poison (1945) de Billy Wilder (États-Unis, Drame social, 1h41) avec Ray Milland, Jane Wyman et Phillip Terry

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici