Les Immortels

2
409
Photo de Les Immortels de Tarsem Sing avec Mickey Rourke et Henry Cavill

L'affiche de Les Immortels de Tarsem Sing avec Mickey Rourke et Henry Cavill

USA : 2011
Titre original : Immortals
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Metropolitan FilmExport
Durée : 1h50
Genre : Action, Fantastique, Aventure
Date de sortie : 23 novembre 2011

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Des corps musclés et huilés ainsi que des images à couper le souffle pour ravir ces dames; des batailles magistrales et les fesses de Freida Pinto pour allécher ces messieurs: forcément on ne pouvait pas rater Les Immortels, film événement de Tarsem Singh, le réalisateur-esthète de et de . Un voyage féérico-épique dans la Grèce antique aux côtés de Zeus… et de Mickey Rourke.

Synopsis : Les armées du roi Hypérion ravagent la Grèce, détruisant chaque village sur leur passage. Le roi sanguinaire ne laissera personne l’empêcher d’atteindre son but : libérer le pouvoir des Titans endormis afin d’anéantir les dieux de l’Olympe et l’humanité tout entière.
Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter la folie destructrice d’Hypérion, jusqu’à ce qu’un jeune tailleur de pierre, Thésée, jure de venger sa mère tuée par ses soldats…
Lorsque le jeune homme rencontre Phèdre, l’oracle, celle-ci est assaillie de troublantes visions. La jeune femme est désormais convaincue que Thésée est le seul qui pourra arrêter la destruction. Avec l’aide de Phèdre, Thésée rassemble une petite troupe de fidèles, et part affronter son destin dans une lutte désespérée pour préserver l’avenir de l’humanité.

Photo de Les Immortels de Tarsem Sing avec Mickey Rourke et Henry Cavill

Mythe Miteux?

Tels les contes de notre enfance, les mythes antiques continuent à fasciner et à émerveiller, et ont subi aux fils des âges les transformations et les adaptations auxquels les hommes ont voulu les soumettre. Dès les premières minutes de Les Immortels, on reconnaît des noms familiers : Thésée, les Titans , Zeus, etc, mais on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Une histoire fidèle aux mythes, une adaptation plus que libre ? Peu importe, que l’on connaisse les légendes antiques sur le bout des doigts ou non , on se laisse porter par l’histoire, l’important est de se souvenir des bases de ses cours de Grec avec Madame Mouskouri, pour voir les clin d’œil que nous fait Tarsem. L’une des scènes les plus marquantes est certainement la bataille de Thésée contre cet homme massif au casque en forme de Taureau en plein centre d’un labyrinthe (et zou, un clin d’oeil).

Cependant, les puristes crieront sûrement au scandale à plusieurs reprises car le mythe n’est pas respecté une seconde… alors disons, le tout de suite, amis fanatiques de mythologie restez à la porte ou allez-y pour admirer les décors.

Photos de Les Immortels de Tarsem Sing avec Mickey Rourke et Henry Cavill

Décors de déesses

Comment évoquer les films de Tarsem Singh sans mentionner les décors, les costumes et l’esthétique parfaite qui font de ses films de véritables œuvres d’art ? Après le très enchanteur The Fall, il nous offre une fois de plus avec Les Immortels un véritable festival pour les yeux. L’atmosphère feutrée et dorée de ce monde est tout à fait particulière et démontre à nouveau à quel point le réalisateur excelle dans l’art de mettre en image ces mondes si singuliers tout droit sortis de son imagination. Ses films bénéficient toujours d’une esthétique travaillée dans les moindre détails, mais avec Les Immortels il va plus loin en s’attaquant à un genre particulier (fantastico-épico-péplumique) qui lui offre le luxe de pouvoir aller plus loin dans la bizarrerie esthétique grâce à des costumes un peu fous mais qui siéent à merveille à Zeus et aux autres immortels. Les Titans et le grand Hypérion ont eux aussi leur style particulier où l’on reconnaît la patte de Tarsem, qui avait déjà utilisé des costumes parfois similaires pour The Fall.

C’est un ravissement pour les yeux, mais qui est aussi provoqué, reconnaissons le, par la plastique parfaite des acteurs (qui n’ont d’ailleurs que cela pour eux, vu leur interprétation plutôt banale). On attend avec impatience chaque scène où les Dieux et déesses nous apparaissent dans leurs habits de lumières faisant émaner d’eux une certaine sagesse voire une puissance peu commune qui se retrouve néanmoins ébranlée à certains moments du film.

Image de Les Immortels de Tarsem Sing avec Mickey Rourke et Henry Cavill

: épisode 2?

Dès que les premières images ont été révélées au public, le lien a été fait avec la fresque sanguinaire de : 300. Néanmoins, niveau violence, Les Immortels n’atteint certainement pas la démesure de 300 , malgré l’interprétation plutôt convaincante de Mickey Rourke en roi balafré.

Si le film offre du grand spectacle (des armées qui s’étendent sur des hectares, des hommes assoiffés de sang, des gorges tranchées, des têtes tranchées…) on s’attendait cependant à des batailles beaucoup plus grandioses et celles-ci s’achèvent au final un peu trop rapidement, se focalisant quasiment exclusivement sur Thésée. Le réalisateur nous offre au moins le plaisir de frissonner devant certaines scènes de batailles intenses et pleine de suspense et ne tombe pas complètement dans le cliché manichéen prévisible.

Toutefois, l’action se fait attendre, on nous fait gentiment languir avec des petites scènes de destruction de village ou d’amour torride entre le beau Thésée et la magnifique Phèdre (Freida Pinto). D’ailleurs la passion entre Thésée et l’oracle est évincée presque aussi soudainement qu’elle a commencée et on se demande si l’unique scène d’amour du film n’est pas un prétexte pour montrer la chute de rein de Freida Pinto à l’écran et pour faire oublier la pauvreté du scénario.

Malheureusement, le rythme du film souffre un peu de toutes ces digressions mais les quelques longueurs sont largement relevées par les décors magnifiques qui se succèdent à l’écran. Sans l’esthétique parfaite, le film frôlerait certainement le mauvais.

Résumé

Les Immortels est un film à l’esthétique parfaite, sublimée par des costumes et des décors somptueux qui nous projettent dans un monde d’une violente beauté pendant près d’une heure cinquante. Beauté qui par ailleurs l’emporte largement sur la prestation banale des acteurs et les scènes d’action assez décevantes. Si vous voulez voir du grand Tarsem Singh, regardez plutôt son précédent film, The Fall.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=K87bxWxaBsw[/youtube]

2 Commentaires

  1. Design cheap (merdique?), blabla inutiles et action ultra tardive (bah oui on nous annonce ça comme du 300 donc…). Les immortels est un film ennuyeux et moche sans réelle personnalité car, avouons le, Tarsem Singh n’y met pas que Tarsem Singh…..Un film à oublier!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici