Critique : Le Promeneur d’oiseau

3
2868

promeneur d'oiseau affLe Promeneur d’oiseau

France, Chine, 2014
Titre original : –
Réalisateur : Philippe Muyl
Scénario : Philippe Muyl
Acteurs :Baotian Li, Yang Xin Yi, Li Xiao Ran
Distribution : UGC Distribution
Durée : 1h40
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 7 mai 2014

Note : 3/5

Après Le Papillon, l’oiseau… Philippe Muyl filme le voyage à deux d’un vieil homme et de sa petite-fille dans une Chine verte, une odyssée pour rendre sa liberté à un volatile qui a vécu dans une cage en ville pendant 18 longues années.

promeneur d'oiseau 05

Synopsis : Zhigen a fait la promesse à son épouse récemment décédée de libérer son oiseau dans son village natal. Alors qu’il s’apprête à quitter seul la ville, sa belle-fille lui confie la garde de sa petite-fille Renxing. Ils partent pour un périple qui n’enchante guère cette citadine plus habituée au luxe et aux nouvelles technologies qu’à la modestie de la vie rurale. D’abord peu enthousiaste à l’idée de se confronter aux moustiques et à l’ennui de la campagne chinoise, l’enfant va s’épanouir en se rapprochant de leurs racines communes.

promeneur d'oiseau 07

Le Papillon en Chine

En 2002, Philippe Muyl a connu en France un succès d’estime avec Le Papillon dont Michel Serrault était l’acteur principal. Le réalisateur découvre en 2009 l’immense popularité de son film en Chine, son compositeur Nicolas Erréra ayant même croisé Jackie Chan qui lui fredonne la mélodie. Un remake est d’abord envisagé mais l’idée est abandonnée. Il préfère se lancer dans l’écriture d’un nouveau récit d’initiation dans ce pays dont il ne connaît ni la langue ni la culture, aidé à l’écriture par la productrice Ning Ning. Un tel sujet dans le cinéma chinois aurait été traité de façon exagérément mélodramatique mais heureusement la touche française permet une émotion plus maîtrisée.

promeneur d'oiseau 02

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux

Ce conte initiatique repose sur des bases connues avec un vieil homme bougon et sage qui transmet de nobles valeurs à un enfant en manque d’affection (Le Papillon n’est tout de même pas loin). Au contact de la nature et de la bonté de son grand-père, elle s’apprête à se libérer de sa cage de petite fille sérieuse et un brin égoïste. Ses parents obnubilés par leur carrière (son père est architecte, sa mère est femme d’affaires et doit se rendre à Paris) vont eux aussi apprendre à communiquer et pardonner au vieil homme qui était sorti de leur vie quatre ans plus tôt lorsqu’il avait brièvement perdu la gamine dans un marché aux fleurs.

La morale est certes naïve mais sans céder à un excès de mièvrerie même si le style et le fond sont éloignés du cinéma de Jia Zhangke, pour ne citer qu’un exemple éminent. Pas de politique ici, mais une comédie dramatique familiale classique et touchante malgré quelques excès de sensiblerie. Le papy bougon est interprété avec bonhomie par Li Baotian, remarqué dans quelques longs-métrages de Zhang Yimou dont Epouses et Concubines. Trouvée à l’issue d’un long casting qui a vu défiler plus de 200 candidates, la petite Yang Xinyi est charmante avec sa mine boudeuse. Les parents sont joués sans trop d’affect par Li Xiao Ran (Les Filles du botaniste) et Qin Hao (Mystery de Lou Ye).

Qin Hao, Yang Xinyi et Li Xiao Ran,
Qin Hao, Yang Xinyi et Li Xiao Ran

Résumé

Le Promeneur d’oiseau est un film familial de bonne facture doux et délicat, un joli voyage qui permet au spectateur occidental de découvrir des paysages magnifiques reculés de la campagne chinoise.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici