Critique : La Maison des Ombres – Festival de Gérardmer 2012

0
847
La Maison des Ombres Nick Murphy

La Maison des ombres afficheLa Maison des Ombres

Grande Bretagne : 2011
Titre original : The Awakening
Réalisateur : Nick Murphy
Scénario : Nick Murphy
Acteurs : Rebecca Hall, Dominic West, Imelda Staunton
Distribution : StudioCanal
Durée : 1h46
Genre : Thriller
Date de sortie : 17 juillet 2012 (DVD)

2/5

Le cinéma de maison hantée est un genre bien trop balisé pour séduire vraiment, à de rares exceptions prêts comme les films de Robert Wise (La Maison du diable) ou Stuart Rosenberg (Amityville, la maison du diable). Ce premier long-métrage de l’anglais Nick Murphy est hélas une réelle déception au fond terriblement prévisible…

maison des ombres 03

Synopsis : La très belle mais très tourmentée Florence Cathcart traque les fantômes en Angleterre en 1921, ou plus précisément tous ces charlatans qui pullulaient à cette période pour prétendre permettre à ceux qui ont perdu leurs proches de les contacter une dernière fois.

maison des ombres 00

X Flies… away

Malgré un bon démarrage qui laisse espérer découvrir un drame sur les traumatismes liés à la Première Guerre Mondiale dans le cadre d’un film d’enquête sur charlatans et fantômes réels qui se croiseraient comme du bon vieux temps de Fox Mulder et Diana Scully dont l’héroïne semble être l’ancêtre, ce n’est que du déjà-vu, avec une mise en scène quelconque, une écriture sans originalité et un montage maladroit où certaines séquences s’enchaînent sans grande cohérence en contradiction avec les prémices de départ.

maison des ombres 02
Le cadre historique est subtilement documenté mais malgré le talent de Rebecca Hall dans le rôle principal, de Dominic West en mutilé de guerre et d’Imelda Staunton en gouvernante autant bienveillante qu’inquiétante, ce film bien trop impersonnel agace par ses trucs de série B qui ne passent plus, comme les apparitions convenues de spectres censées faire bondir le spectateur, ça ne passe plus. Le pire est comment le personnage de Florence, d’abord présenté comme intelligent, devient terriblement bête. C’est bien dommage. On est bien loin des Autres de Alejandro Amenabar vers lequel Nick Murphy lorgne allègrement.

 La Maison des Ombres Nick Murphy

Conclusion

Ce long-métrage de Nick Murphy, primé à Gérardmer en 2012 démarre de façon originale, comme un ancêtre de X Files, avant de devenir un énième film de maison hantée… par ses clichés. Une déception.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici