Je crois que je l’aime

0
163
Je crois que je l'aime

Je crois que je l'aimeJe crois que je l’aime

France : 2006
Titre original : Je crois que je l’aime
Réalisateur :
Scénario : Pierre Jolivet
Acteurs : , ,
Distribution : StudioCanal
Durée : 1h 30min
Genre : Comédie
Date de sortie : 21 février 2007

Globale : [rating:3][five-star-rating]

« Il faut que je trouve une forme de voyage initiatique qui fait que j’aborde à chaque fois des genres différents. C’est comme ça que je me nourris » exprimait Pierre Jolivet dans une interview. Il se livre ici avec « Je crois que je l’aime » à la comédie amoureuse, non sans bonheur. 

Synopsis : Lucas, un riche industriel de 43 ans, célibataire, sort tout juste d’un terrible chagrin d’amour – la femme qu’il aimait était en fait à la solde de ses concurrents. Il rencontre alors Elsa, une jolie céramiste réputée de 38 ans à qui il a commandé une fresque pour décorer le hall de son entreprise. Irrésistiblement attiré par la jeune femme, Lucas va tenter de la conquérir.
Échaudé par sa précédente aventure, il charge le détective privé de sa société, Roland Christin, de découvrir pour quelles raisons étranges cette jolie femme est encore célibataire.

Je crois que je l'aime

Une histoire classique mais agréablement contée

Littérature et cinéma regorgent de rencontres improbables et d’attraction des contraires.

Ici Vincent Lindon, homme d’affaires à la réussite exceptionnelle mais malheureux en amour et se défiant des femmes croise Sandrine Bonnaire, artiste, indépendante, intelligente, sans grands moyens financiers et se méfiant des hommes…..

Rien d’original donc mais au final une histoire plaisante qui fonctionne à merveille.

La réalisation de Pierre Jolivet est fine et enlevée, les dialogues ne manquent pas de mordant et de répliques savoureuses, les situations s’enchainent sans temps mort éliminant ainsi l’ennui d’une certaine prévisibilité.

Un couple assez irrésistible

La rencontre Bonnaire – Lindon est une incontestable réussite, la complicité manifeste des acteurs donne tout son sel à leur duo et le spectateur les suit avec régal. C’est quand même le propre de ce style de cinéma de nous faire voir avant les protagonistes qu’ils sont faits pour s’entendre et là c’est bien une évidence !

Sandrine Bonnaire, habituée principalement aux rôles dramatiques, se montre très à l’aise dans la légèreté et la comédie. Vincent Lindon porte dans le regard juste ce qu’il faut de vulnérabilité pour la faire fondre.

Je crois que je l'aime

Le charme des seconds rôles

François Berléand en détective accro à toutes les technologie d’espionnage, Kad Merad en ami lucide, un brin caustique, Liane Foly en associée québecoise, ex-amante, Paul Dray en chauffeur complice composent une savoureuse galerie de portraits et prennent toute leur part à l’intrigue.

Résumé

Une jolie petite comédie romantique pleine d’humour, sans mièvrerie. Pas révolutionnaire et pas inoubliable peut-être mais avec un agréable goût de mélange délicieusement réussi.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Oz9c0UIB79E[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici