Critiques de films Science fiction — 05 décembre 2013
Hunger Games – L’embrasement

Hunger games l'embrasement_afficheHunger Games – L’embrasement

États-Unis : 2013
Titre original : The Hunger Games – Catching Fire
Réalisateur :
Scénario : Simon Beaufoy, Michael Arndt d’après
Acteurs : , , ,
Distribution : Metropolitan FilmExport
Durée : 2h26
Genre : Science fiction
Date de sortie : 27 novembre 2013

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Deuxième volet de la franchise adaptée des romans de Suzanne Collins, Hunger Games-l’embrasement était attendu au tournant, car il avait la lourde tâche de se renouveler, mais également de faire oublier les faiblesses du premier opus. Et pour que la sauce prenne, il n’y a pas de secret : on prend les mêmes et on recommence. Jennifer Lawrence est au rendez-vous pour donner vie à la valeureuse Katniss Everdeen aux côtés de son partenaire Josh Hutcherson qui interprète son acolyte, Peeta Mellark.

Synopsis : Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais…

Hunger games

Le feu et les cendres

Difficile de porter à l’écran la suite d’un film sans tomber dans le déjà vu et Hunger Games-l’embrasement ne fait pas exception à la règle puisque l’on retrouve la recette qui avait fait son succès : une héroïne forte et déterminée, un concept abject de combat à mort entre 24 êtres humains, deux univers en totale opposition (les districts gris et tristes et le Capitole et ses couleurs chatoyantes). Tel un rituel, certaines scènes font écho au premier volet, mais sont teintées d’une noirceur nouvelle. Ce second volet se veut en effet plus sombre et plus tragique. La tension monte dès le début du film, et au bout de quelques minutes, les premières larmes commencent à couler face à l’horreur de ce jeu inhumain.

Cependant, force est de reconnaître que le passage à ce nouvel opus est relativement bien négocié, grâce à une longue partie se déroulant dans les districts avant de faire entrer les personnages principaux dans l’arène. La première partie souligne toute l’horreur de ce monde dystopique, et met en avant les thèmes de la manipulation et du pouvoir. Ce qui avait été à peine touché du doigt dans le premier volet se retrouve ici approfondi, le film y gagnant en noirceur et permettant au spectateur de développer une plus grande empathie envers les personnages, lui faisant ressentir un profond sentiment d’injustice. En soulevant des thèmes aussi sombres et graves que l’oppression d’un peuple ou le divertissement-spectacle par la cruauté, cette saga parviendra certainement à toucher un large public.

Hunger Games Jennifer Lawrence

Tout feu, tout flamme

Avec un budget de 130 millions de dollars, Francis Lawrence (De l’eau pour les éléphants, je suis une légende) a eu tout le loisir de développer cet univers extraordinaire et de porter à l’écran des images spectaculaires. La surenchère était de mise pour évincer le premier volet, et on assiste, émerveillés, à des moments impressionnants et à de belles trouvailles côté costumes. Bien que l’ensemble soit loin d’être parfait et que le tout reste assez conventionnel, le film offre quelques belles séquences d’émotion ainsi que des instants palpitants.

Ce second volet s’est également enrichi de nouveaux personnages, attachants et originaux, à l’image de Mags (Lynn Cohen)  ou antipathiques et mystérieux, tel que Plutarch Heavensbee interprété par Philip Seymour Hoffman qui maîtrise son rôle mais ne semble pas à sa place dans cet univers. Néanmoins, c’est Jennifer Lawrence qui envoûte et obsède la caméra de bout en bout dans le rôle d’une héroïne loin d’être aseptisée comme celles que l’on pourrait trouver dans ce genre de saga visant à l’origine un public adolescent. Forte et rebelle, Katniss a évolué depuis le premier volet et se retrouve confrontée au traumatisme qui suit son expérience et à des responsabilités qu’elle aurait souhaité éviter.  Elle captive le spectateur jusqu’à l’image finale qui laisse l’action en suspens, laissant un léger goût de frustration.

Hunger Games

Résumé

Le second volet de la saga Hunger Games parvient à ne pas s’essouffler grâce à une lecture plus approfondie des personnages et des enjeux sous-jacents de ces jeux. Malgré quelques passages qui laissent une impression de déjà vu, Hunger Games l’embrasement est une suite plutôt réussie, grâce à une première partie plus sombre et une seconde partie spectaculaire.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=OcCAXN2RGII[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Claudine

Cet article a été rédigé par Claudine Jonard, Rédactrice de Critique Film.