Goya 2021 : le palmarès

0
1223

Le maître de cérémonie Antonio Banderas ouvre la 35ème cérémonie des prix à Malaga © 2021 Academia de Cine
Tous droits réservés

Dans quatre jours aura lieu la 46ème cérémonie des César. Nos voisins du sud auront été très légèrement plus rapides. En effet, la 35ème cérémonie des prix a d’ores et déjà eu lieu avant-hier. Comme c’est hélas désormais la nouvelle norme en temps de pandémie, la soirée s’est essentiellement tenue sous forme virtuelle.

Ainsi, l’acteur Antonio Banderas, lauréat l’année dernière pour son rôle dans Douleur et gloire de Pedro Almodovar, et la journaliste Maria Casado ont certes animé les festivités sur scène à Malaga. Et divers numéros musicaux et comiques ont entre autres rendu hommage aux disparus des douze mois passés et au centenaire de la naissance du célèbre réalisateur espagnol Luis Garcia Berlanga (Bienvenue Mr Marshall). Mais sinon, les spectateurs de la première chaîne de la télévision publique espagnole ont eu droit à un enchaînement de remerciements par voie de Zoom dans les près de trente catégories récompensées par l’Académie du cinéma espagnol.

Le grand gagnant de la soirée était Las niñas de Pilar Palomero qui repart avec quarte trophées dont ceux du Meilleur Film et du Meilleur Premier Film. Il s’agit du quatrième film d’une réalisatrice récompensé du prix suprême du cinéma espagnol après Ne dis rien de Iciar Bollain en 2004, de même que The Secret Life of Words en 2006 et The Bookshop en 2018, tous deux de Isabel Coixet. Pour comparaison, les César français ont célébré à quatre reprises des films faits par des femmes : Trois hommes et un couffin de Coline Serreau en 1986, Vénus beauté [institut] de Tonie Marshall en l’an 2000, Le Goût des autres de Agnès Jaoui l’année suivante et Lady Chatterley de Pascale Ferran en 2007.

L’autre grand gagnant, côté catégories techniques, était Les Sorcières d’Akelarre de Pablo Aguero, prévu de sortir au cinéma en France chez Dulac Distribution dès la réouverture des salles. Il s’est imposé à cinq reprises pour l’excellence de ses décors, de ses costumes, de sa musique, du maquillage et des effets spéciaux. Et c’est également au fin fond des catégories techniques que l’on retrouve le seul lauréat français, a priori, en la personne du monteur du son Nicolas De Poulpiquet, fermement installé en Espagne où il avait déjà gagné deux s du Meilleur son, pour Les Sorcières de Zugarramurdi de Alex de la Iglesia en 2014 et Veronica de Paco Plaza quatre ans plus tard.

Du côté de l’interprétation, la Meilleure actrice et le Meilleur acteur ont été victorieux dès leur première nomination. Par contre, les deux comédiens récompensés pour les seconds rôles font davantage figure de vétérans. Ainsi, avait déjà gagné le de la Meilleure actrice en 2018 pour No se decir adios de Lino Escalera et celui du Meilleur acteur en 2008 pour Bajo las estrellas de Félix Viscarret.

Enfin, comme déjà annoncé fin novembre 2020, l’actrice espagnole (* 1955), vue entre autres chez Luis Buñuel, Pedro Almodovar et Pablo Berger, a reçu un d’honneur pour l’ensemble de son œuvre.

du Meilleur acteur pour No mataras © 2021 Alberto Ortega / Academia de Cine Tous droits réservés

Meilleur Film : Las niñas de Pilar Palomero, sans date de sortie en France

Meilleure réalisation : pour Adu, sans date de sortie en France

Meilleure actrice : dans Ane, sans date de sortie en France

Meilleur acteur : dans No mataras, sans date de sortie en France

Meilleure actrice dans un second rôle : dans , prochainement au cinéma en France

Meilleur acteur dans un second rôle : dans Sentimental, sans date de sortie en France

Meilleur scénario original : Las niñas par Pilar Palomero, sans date de sortie en France

Meilleur scénario adapté : Ane par David Perez Sañudo et Marina Pares Pulido, sans date de sortie en France

Meilleur Film européen : (Royaume-Uni) de Florian Zeller, prochainement au cinéma en France

Meilleur Film ibéro-américain : L’Oubli que nous serons (Colombie) de Fernando Trueba, prochainement au cinéma en France

Meilleur Documentaire : El año del descubrimiento de Luis Lopez Carrasco, sans date de sortie en France

Meilleur Film d’animation : La gallina Turuleca de Eduardo Gondell et Victor Monigote, sans date de sortie en France

Meilleur Premier film : Las niñas de Pilar Palomero, sans date de sortie en France

Meilleur espoir féminin : dans Ane, sans date de sortie en France

Meilleur espoir masculin : dans Adu, sans date de sortie en France

d’honneur © 2021 Miguel Cordoba / Academia de Cine Tous droits réservés

Meilleure direction de production : Adu, sans date de sortie en France – Ana Parra et Luis Fernandez Lago

Meilleure photo : Las niñas, sans date de sortie en France – Daniela Cajias

Meilleur montage : El año del descubrimiento, sans date de sortie en France – Sergio Jimenez

Meilleurs décors : Les Sorcières d’Akelarre, prochainement au cinéma en France – Mikel Serrano

Meilleurs costumes : Les Sorcières d’Akelarre, prochainement au cinéma en France – Nerea Torrijos

Meilleure musique originale : Les Sorcières d’Akelarre, prochainement au cinéma en France – Aranzazu Calleja et Maite Arroitajuregi

Meilleure chanson originale : « Que no que no » de , prochainement au cinéma en France – Maria Rozalen

Meilleur son : Adu, sans date de sortie en France – Eduardo Esquide, Jamaica Ruiz Garcia, Juan Ferro et Nicolas De Poulpiquet

Meilleurs effets spéciaux : Les Sorcières d’Akelarre, prochainement au cinéma en France – Mariano Garcia Marty et Ana Rubio

Meilleurs maquillage et coiffure : Les Sorcières d’Akelarre, prochainement au cinéma en France – Beata Wotjowicz et Ricardo Molina

Meilleur court-métrage de fiction : A la cara de Javier Marco Rico

Meilleur court-métrage documentaire : Biografia del cadaver de una mujer de Mabel Lozano

Meilleur court-métrage d’animation : de Abraham Lopez Guerrero

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici