Festival de Gerardmer 2017 : Grave Palmarès

0
152

 

Voici le palmarès de la 24ème édition du Festival du Film Fantastique de qui s’est déroulé du 25 au 29 janvier 2016. Les jurys des courts et des longs-métrages ont salué indirectement le travail des sélectionneurs de la 2016 en attribuant leurs grands prix respectifs à deux films découverts sur la Croisette dirigés par deux jeunes réalisatrices qui créent des atmosphères très particulières et bien différentes.

, et la productrice Julie Gayet

Julia Ducournau, primée par le Jury officiel présidé par Jean-Paul Rouve et par le jury des critiques, mêle dans le récit initiatique d’une adolescente au régime très particulier à un cinéma de genre au premier degré, riche en sous-entendus sur l’humanité en général et la féminité en particulier, avec un humour qui n’empiète pas sur l’effroi suscité. Garance Marillier, déjà complice de la cinéaste prometteuse sur le court Junior, confirme le talent dévoilé dans leur premier essai commun voici déjà cinq ans. La naissance d’un auteur passe parfois aussi par la complicité avec un ou une interprète en symbiose l’un(e) avec l’autre, et c’est bien le cas ici.

Dans son court-métrage , la réalisatrice grecque crée elle aussi une atmosphère étrange et inquiétante, mais dans un tout autre registre. Elle dirige de très jeunes acteurs impressionnants, filmés comme des fantômes dans un univers mystérieux et opaque qui exerce sur le spectateur une fascination teintée d’inquiétude. Une découverte saluée par le jury présidé par Xavier Palud (le radical The Divide) qui était accompagné de Swann Arlaud, Nicolas Bary, Constance Rousseau et Thomas Salvador.

Les autres films primés sont d’autres vrais grands moments de cinéma d’une édition que l’on peut qualifier de grand cru. est un film de super-héros italien avec beaucoup d’humour mais aussi de l’émotion et du romantisme malmenés par un grain de folie qui vient casser le classicisme de ce genre quand il nous vient d’outre-Atlantique. On est bien loin des codes prévisibles de Marvel et de DC et ce changement de style fait du bien. Après le déjà excellent Le Garçon Invisible de Gabriele Salvatores sorti en juillet 2015, le cinéma transalpin s’emploie à un renouvellement bienvenu, avec un sens du divertissement réjouissant.

Dans (qui représentait le Royaume-Uni aux Oscars 2017) deux terreurs se confrontent dans l’appartement où vivent une jeune mère et sa fille : celle horrifique des djinns et celle plus concrète de la Révolution islamique dans l’Iran de la fin des années 80 qui interdit à cette femme médecin de travailler à cause de ses engagements anciens.

de reçoit également deux prix, celui du public, ainsi que celui de la meilleure musique, soutenu par la SACEM. Une composition fascinante signée Cristobal Tapia de Veer qui mérite très largement son prix qui accompagne ses prometteurs débuts. D’origine chilienne, il a également composé les thèmes de la série policière Utopia ainsi que de l’inédite encore Dirk Gently, détective holistique créée par Max Landis.

Colm McCarthy et son film The Girl with all the gifts

est, avec notamment le non récompensé de M. Night Shyamalan, l’un des coups de coeur de notre cher Julien lors de ce Gérardmer 2017. Il s’agit pour lui d’un film d’horreur sans concession, avec l’autopsie la plus terrifiante jamais vue à l’écran, qui a glacé le public et mis mal à l’aise les spectateurs dès son ouverture..

Le palmarès complet

  • Grand Prix et Prix de la critique : Grave de Julia Ducournau (France & Belgique). Sortie en salles le 15 mars
  • Prix du jury ex-aequo : Under the shadow de Babak Anvari (Royaume-Uni / Iran), déjà disponible en VOD depuis le 7 janvier,
  • Prix du jury ex-aequo : On l’appelle Jeeg Robot de Gabriele Mainetti (Italie), sortie en salles le 12 avril
  • Meilleure musique originale : Cristobal Tapia de Veer pour The Girl With All The Gifts de Colm McCarthy (Royaume-Uni), sans date de sortie
  • Prix du public : The Girl With All The Gifts
  • Prix du Jury SYFY : Under the shadow
  • Prix du Jury Jeunes : The Autopsy of Jane Doe de André Øvredal (Royaume-Uni), sans date de sortie
  • Grand Prix du court-métrage : Limbo de Konstantina Kotzamani (France, Grèce)

https://youtu.be/scm6iDLKa1A

https://youtu.be/tQ4yHb-7edk


Les autres articles du festival de Gérardmer 2017 :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici