Festival de Gérardmer 2012 : impressions à mi-festival

0
21
Festival de Gérardmer 2012, impression à mi-festival

Festival de Gérardmer 2012, impression à mi-festival

Et oui on est vendredi ce qui signifie que le en est déjà à mi-parcours. L’occasion de faire un premier point sur cette 19ème édition.

Après avoir enchainé la cérémonie d’ouverture, la première journée et ses 6 projections ainsi que la seconde avec 5 films à découvrir, un sentiment de déception se dégage. En effet la programmation de ce 19ème festival est pour l’instant très moyenne.

Pourtant votre cher rédacteur est un inconditionnel de Gérardmer et était plus qu’heureux d’assister à cette nouvelle édition, surtout après les rumeurs d’annulation (voir notre article). Mais force est d’admettre que cette programmation promise comme étant plus internationale et plus représentative du genre est en fait surtout décevante.

Tout d’abord le film d’ouverture, Twixt a laissé un sentiment mitigé au sein du public. Il faut admettre que si ce n’était pas Coppola qui l’avait réalisé, il n’aurait probablement pas eu sa place au festival. Ensuite les deux premières journées furent plus qu’éprouvantes pour tous les amoureux de cinéma fantastique. Les 5 films en compétition présentés (Beast, La Maison des ombres, Pastorela, Hell et Eva) sont d’un niveau très moyen, Pastorla et Eva relevant le niveau grâce à une bonne dose d’humour pour le premier et un coté fantastico-romantique pour le second.

Concernant les films hors compétition, The Day dans le genre film post-apocalytique était tout juste sympathique et Norwegian Ninja une œuvre difficile à comprendre car totalement barrée. Heureusement nous avons assisté à une grosse surprise, The Incident, du français Alexandre Courtes (hors compétition) qui a remporté un énorme succès dans la salle pour une première réalisation réussie.

Hommage à Ron Perlman au festival de Gérardmer 2012

L’hommage à Ron Perlman fut un moment agréable grâce à l’humour et la décontraction de Jean-Jacques Annaud et Jean-Pierre Jeunet qui ont offert de beaux discours drôles et originaux qui ont forcément fait mouche.

Et le public dans tout ça ? (car c’est bien ce dernier qui fait vivre le festival) Et bien il a répondu présent malgré toutes les rumeurs de ces derniers mois mais l’engouement est moins important que les autres années et l’affluence du premier jour semble moins forte.

Une certaine désillusion ressort de ce 19ème festival de Gérardmer, comme si la magie avait quitté les lieux. On n’est qu’à mi-parcours et il faut encore attendre le week-end pour voir si l’intérêt reprend mais pour le moment on ne peut qu’être déçu par l’événement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici