FEFFS 2016 : rétro M for Murder

3
307
Maniac avec Joe Spinell

FEFFS 2016 bandeau affiche

Dernières news du prochain Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, qui se déroulera du 16 au 25 septembre 2016, un événement attendu par tous les fans de cinéma de genre de la région, et qui accueillera en tant que président du jury de la compétition internationale William Lustig, réalisateur des cultissimes Maniac et Maniac Cop 1 et 2 !

Comme vous le savez si vous avez lu nos précédentes news, la rétrospective sera consacrée aux serial killers, à travers une sélection de 9 longs-métrages couvrant une large partie de l’histoire du 7ème Art, et explorant le personnage à la fois révulsant et fascinant du tueur en série sous toutes les facettes : malsaine, décalée, clinique, ou même dans le registre de l’humour noir.

Maniac avec Joe Spinell
Maniac avec Joe Spinell

Les neuf films présentés lors de cette section du festival seront :

M LE MAUDIT (M : Eine Stadt Sucht Einen Mörder) de Fritz Lang (1931, Allemagne), l’un des chef-d’oeuvres de Fritz Lang, sur un tueur d’enfants dans l’Allemagne d’avant le nazisme.

NOBLESSE OBLIGE (Kind Hearts And Coronets) de Robert Hamer (1949, Grande-Bretagne), comédie noire à l’anglaise où Alec Guinness interprète tous les membres d’une famille aristocrate, dont l’héritier éloigné d’une famille ducale projetant d’éliminer tous les prétendants qui le séparent du titre.

L’ETRANGLEUR DE BOSTON (The Boston Strangler) de Richard Fleischer (1968, USA), film à la frontière entre thriller et film expérimental, s’inspirant en partie du tueur Albert De Salvo.

CRUISING de William Friedkin (1980, USA), thriller noir et malsain, totalement habité par l’interprétation d’Al Pacino, dans le rôle d’un policier infiltrant les milieux SM gay new-yorkais afin de traquer un meurtrier d’homosexuels.

MANIAC de William Lustig (1980, USA), le classique du cinéma d’horreur des années 80, et le plus grand rôle de Joe Spinell, dans le rôle d’un tueur névrosé par son passé dans le New York de la 42ème Rue.

SCHIZOPHRENIA (Angst) de Gerald Kargl (1983, Autriche), véritable chef-d’oeuvre méconnu, longtemps quasi invisible avant sa réhabilitation par une poignée de cinéphages dont Gaspar Noé, narrant par une mise en scène hallucinante un tueur psychopathe cherchant à tuer de nouvelles victimes, à peine sorti de prison.

HENRY : PORTRAIT OF A SERIAL KILLER de John McNaughton (1986, USA), film à petit budget entre documentaire et fiction, basé sur les tueurs Henry Lee Lucas et Otis Toole. (voir notre hommage à Tom Towles)

MANHUNTER (Le Sixième Sens) de Michael Mann (1986, USA), adaptation stylisée à outrance du roman Dragon Rouge de Thomas Harris, et première apparition du mythique personnage de Hannibal Lecter.

CARMIN PROFOND (Profundo Carmesi) d’Arturo Ripstein (1996, Mexique), transposition au nord du Mexique des «tueurs aux petites annonces», le couple Raymond Fernandez-Martha Beck, ayant également inspiré les films Les Tueurs de la Lune De Miel de Leonard Kastle et Alleluia de Fabrice Du Welz.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici